Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Jeunes Agriculteurs de l'Orne
“C’est notre capacité à installer que l’on gaspille”

Les Jeunes Agriculteurs de l’Orne se sont mobilisés pour la protection des terres agricoles, à l’occasion de la semaine du foncier organisée au niveau national. 

© AD

“Cette friche fait 10 ha. Elle pourrait nourrir vos ci-toyens !”. C’est pour alerter les élus et sensibiliser les citoyens que les Jeunes Agriculteurs de l’Orne se sont réunis, jeudi 14 novembre sur la zone d’activité Actival d'Orne, à Fontenai-sur-Orne, en bordure de l’autoroute A88. A une encablure d’Argentan, “la zone a visiblement été surdimensionnée dès le départ. C’est dommage, car sur ces terres, nous aurions pu produire l’équivalent en blé de 55 tonnes de farine par an, soit 250 000 baguettes de pain, dénonce Guillaume Larchevêque, président des Jeunes Agriculteurs de l’Orne. Ces terrains ont été viabilisés, mais ils peuvent encore produire pour l’agriculture. Nous demandons de pouvoir modifier les documents d’urbanisme pour pouvoir les cultiver et les mettre en valeur”.  Les Jeunes Agriculteurs de l’Orne, projettent d’ailleurs de faire la preuve par l’exemple, en semant prochainement une friche du département. La recette des récoltes devant ensuite aller à une association caritative. 

Pour une cohérence territoriale
Terrains viabilisés laissés vacants,  projets surdimensionnés, friches industrielles laissées à l’abandon... JA demande surtout plus de cohérence dans les projets d’urbanisme, pour éviter les gâchis. “Pour cela, il faut donner plus de place à l’ONCEA (observatoire national de la consommation des espaces agricoles) et renforcer le rôle de la CDCEA (commission départementale de la consommation des espaces agricoles). Les avis qu’elle rend doivent être décisionnels plutôt que consultatifs, estime Guillaume Larchevêque. Aussi, la taxe sur le changement de destination des terres agricoles devrait être relevée à un taux qui dissuade réellement le gaspillage”.
Maintenir le dynamisme des territoires
“Protéger le foncier agricole, c’est une question d’indépendance alimentaire, mais aussi de dynamisme des territoires, souligne Guillaume Larchevêque. La rareté du foncier pénalise forcément les installations”.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité