Aller au contenu principal

Distribution
Changement de chauffeur à Vivagri

Jean-Baptiste Caussade succède à François Monique à la direction générale de Vivagri, distributeur Case IH, dont le siège social est à Isigny-le-Buat (50).

Jean-Baptiste Caussade succède à François Monique à la direction générale de Vivagri
Passation de flambeau chez Vivagri. Un Manchois remplace un autre Manchois.
© TG

« Je suis né dans une remorque, je finis dans un tracteur ». François Monique manie le sens de la formule à l’heure de faire valoir ses droits à une retraite proche.

Fils de charron

Fils de charron dont l’entreprise s’est forgée une réputation dans la remorque, François Monique a grandi dans l’univers de la machine agricole. Après un passage de deux ans dans l’industrie, il se frotte au tracteur en mettant un pied dans l’entreprise Lehec, alors distributeur IH en difficulté à Saint-Hilaire-du-Harcouët (50). Nous sommes en 1986.  Et selon l’adage « j’y suis , j’y reste », c’est en donnant une impulsion sur la pédale d’accélérateur qu’il va poursuivre l’aventure. En 1991, il casse sa tire-lire et, entouré de 22 collaborateurs, créée Normagri et le concept de Normagristes. Une belle aventure mais contrainte par les aléas de la distribution dans une économie de plus en plus globalisée. Un panneau qui se décroche de la devanture sans crier « gare » lui fait prendre un peu de recul.
Mais François Monique se fait rattraper par son destin ou plus exactement par le Groupe Blanchard. Une belle entreprise familiale pleine d’ambition et qui souhaite agrandir son secteur et ses cartes.
En novembre 2002, François Monique part d’une feuille blanche pour créer Vivagri. « Le siège social, c’était le siège de ma voiture », plaisante-t-il aujourd’hui. En quelques années, Vivagri va devenir incontournable dans le paysage agricole régional avec aujourd’hui 7 bases, 55 salariés et 37 % d’augmentation du chiffre d’affaires l’an dernier. En 2019, l’entreprise a commercialisé 149 tracteurs neufs sur son secteur soit 11 % de parts de marché (premier concessionnaire Case IH en France) et entend désormais étendre son portefeuille produits.

Vers l’agriculture de précision

Développement d’une cellule « nouvelles technologies » avec l’agriculture de précision en dénominateur commun, naissance d’un nouveau savoir-faire dans le traitement de l’eau (...), plusieurs projets innovants sont sur les rails mais c’est à Jean-Baptiste Caussade qu’il appartient désormais de les faire prospérer. Jean-Baptiste n’évolue pas en terres inconnues. Petit-fils d’agriculteur du sud Manche et après deux BTS agricoles (productions agricoles et GDEA) et une école d’ingénieur à Dijon, il effectue ses premières armes dans le débroussaillage en tant qu’inspecteur commercial. « J’y ai découvert le terrain », apprécie-t-il.  Mais après 3 ans, c’est le monde des tractoristes qui s’ouvre à lui. Tout d’abord dans le vert puis dans le rouge. Il va exercer presque tous les métiers: du commercial au technique en passant par le SAV et la communication. « Une super expérience mais, après 15 ans, j’ai opté pour le retour aux sources », confie-t-il pour justifier un choix assumé.  
JBC n’a pas fait le choix de la facilité. Il aurait pu dérouler un plan de carrière tout tracé mais l’appel du terrain l’a emporté au gré d’un alignement des planètes au dessus du microcosme de la distribution agricole dans le ciel normand. Alors au nom de la rédaction et du service commercial de Réussir l’Agriculteur Normand, « bon vent à toi François et bienvenue à Jean-Baptiste ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité