Aller au contenu principal

Sanitaire
Charançon de la tige du colza : à surveiller de près

Dès la reprise de végétation, le colza est sensible au charançon de la tige. Cet insecte nécessite la plus grande vigilance au printemps. La nuisibilité est forte en cas de présence du ravageur dans les cultures. La surveillance des parcelles et le positionnement des interventions sont les éléments clés pour contrôler cet insecte en 2008.

Eclatement de la tige suite à des piqûres de charançon de la tige du colza.
Eclatement de la tige suite à des piqûres de charançon de la tige du colza.
© DR
Une arrivée précoce mais ne pas se précipiter
Avec les premières températures douces enregistrées fin janvier, les premières captures ont été enregistrées en Poitou-Charentes et région Centre. Toutefois, le colza n’avait pas encore atteint le stade sensible. Ce dernier s’étale de la reprise de végétation au stade de boutons séparés. Il faut néanmoins rester vigilant et surveiller les parcelles à l’aide des cuvettes jaunes.

Par temps doux, intervenir rapidement après les premièrescaptures
Les charançons envahissent les cultures lors de belles journées ensoleillées, en l’absence de vent et avec des températures supérieures à 12 °C.
Dès la reprise de végétation qui peut être variable selon les variétés, on dispose de 8 jours pour intervenir après les premières captures. En effet, avant d’entrer en phase de ponte, l’insecte doit se nourrir : on dispose donc d’un délai entre ces premières captures et le début de la nuisibilité. Toutefois en conditions fraîches ou froides, et notamment en cas de premières arrivées très précoces comme cette année, ce délai peut être allongé : les insectes mettent plus de temps à entrer en ponte et le vol peut être étalé. A l’inverse, en cas de colonisation retardée, il est nécessaire d’intervenir sans délai.
En plus de la cuvette jaune, l’outil proPlant permet de prévoir les arrivées d’insectes sur le colza au printemps. Cet outil est accessible gratuitement sur le site cetiom www.cetiom.fr
Il utilise les prévisions météo à 3 jours pour anticiper les vols et pontes d’insectes.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Publicité