Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Charolais : “ouvrir nos portes pour promouvoir la race”

En 2007, Nicolas Braudeau s'est installé hors-cadre familial à la Lacelle. L'agriculteur évoquera son parcours et sa passion le 31 janvier. Il participe à l'opération porte ouvertes organisée par le Syndicat charolais de l'Orne. Objectif : la promotion de la race.

© SB

Le parcours de Nicolas Braudeau n'est pas des plus communs. Certes, il a côtoyé dès son plus jeune âge le monde agricole en venant en vacances chez sa grand-mère, installée à quelques pas de son habitation actuelle, à La Lacelle. Pour autant, il est davantage un citadin, ayant grandi dans la région d'Alençon.
Passionné d'agriculture, il décide de passer un diplôme agricole pour ensuite intégrer le monde de l'entreprise. “Ne pouvant pas évoluer comme je le souhaitais, j'ai décidé de m'installer” explique le quadragénaire. A la troisième tentative, Nicolas Braudeau obtient le droit de s'installer. “Je me suis battu” assure-t-il. Et il continue de le faire. A la tête d'un cheptel de 78 vaches allaitantes, il a choisi la race charolaise pour son gabarit, ses caractéristiques. “C'est une race rustique” affirme-t-il.

Féru de génétique
Sur la surface de 80 ha qu'il exploite, il cultive 8 à 10 hectares de maïs et une dizaine d'hectares de blé dans l'objectif de “m'autofinancer”. La moitié de ses terres se situe dans l'Orne et quelques parcelles en Mayenne, département limitrophe. Féru de génétique, il n'hésite pas à faire quelques centaines de
kilomètres pour acquérir des
animaux et investir. “Je suis descendu dans le Centre pour reprendre un élevage d'une vingtaine de vaches, un élevage qui compte 35 ans de génétique. Aujourd'hui, les index évoluent dans le bon sens”. Ce qui fait la satisfaction de l'homme qui se définit comme un éleveur dans l'âme. 
Fier de mon métier
Une satisfaction qu'il souhaite faire partager lors des portes ouvertes organisées par le Syndicat charolais de l'Orne le 31 janvier prochain dans l'ensemble du département. “C'est l'occasion de promouvoir la race et de montrer que je suis fier de mon métier, indique-t-il, je n'ai rien à cacher”. 
Ce n'est pas simple tous les jours. Il en convient, mais se veut déterminé. “La somme des charges nous assassine alors que le cours de la viande est en baisse, ainsi que les céréales sans oublier les normes qui nous sont imposées. Nous sommes obligés de serrer les budgets sans cesse”. L'équation financière n'est donc pas simple à résoudre sachant que la réforme de la Pac n'est pas encore finalisée (lire encadré). Et les aides deviennent compromises. “Pour le moment, personne ne sait où l'on va” déplore-t-il. Or, depuis huit ans, il ne cesse d'évoluer, d'investir pour avoir un outil de travail de qualité, et si possible le transmettre à ses enfants.

Alexis, la relève
Alexis, du haut de ses 13 ans, est mordu par le même virus. Il a grandi dans cet environnement. Même s'il n'est qu'en 4e, il envisage de poursuivre ses études dans un établissement agricole à Sées ou La Ferté Macé. D'ores et déjà, il donne un coup de main à son père. Très jeune, il s'est occupé d'un veau, Hercule, mort il y a quelques mois. “Le cœur a lâché” confie-t-il d'un ton attristé. Depuis, son père lui a confié Jafar. Ce qui redonne le sourire du jeune homme, impatient
de la porte ouverte pour le
montrer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Fermer les abattoirs, c’est tuer les éleveurs
Dimanche 7 juin 2020, le préfet de la Manche a pris la décision de fermer le dernier abattoir de la Manche, à Saint-Hilaire-du-…
MOISSON ORGE
Les orges ouvrent le bal des batteuses
Dès le milieu de la semaine dernière, les batteuses ont ouvert le bal de la moisson. Les orges, comme à leur habitude, sont les…
Le soja normand prend de l’ampleur
En 2019, la Région lance un appel à projets pour son plan protéines végétales. Le Soja made in Normandie (SMN), alliant, entre…
PAYSAGE SAFER
JA de Normandie et Safer de Normandie font cause commune
En prenant 33 % des parts de la Scea Safer de Normandie, JA de Normandie pointe du doigt les dérives d’un marché de cessions de…
Publicité