Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chasse et agriculture : des CIPAN pour faisans

Les agriculteurs, acteurs incontournables dans la gestion du territoire, contribuent à préserver la flore et la faune sauvage. Des opérations avec la Fédération des Chasseurs de la Manche sont menées conjointement dans le cadre du réseau Agrifaune. Thierry Chasles, membre de ce réseau, nous apporte quelques précisions sur l’opération de repeuplement de faisans.

Le réseau Agrifaune, qu’est-ce que c’est ?
Issue d’une convention nationale passée entre l’ONCFS, la fédération nationale des chasseurs, la FNSEA et l’APCA, le réseau Agrifaune montre la volonté des agriculteurs et des chasseurs de travailler ensemble pour favoriser la prise en compte de la biodiversité, de la faune sauvage et de l’environnement dans les pratiques agricoles. Dans la Manche, la Fédération des Chasseurs, la Chambre d’Agriculture, la fédération des CUMA, la FDSEA et l’ONCFS ont signé une convention pour participer au développement d’aménagements et de pratiques agricoles favorables à la biodiversité notamment pour le petit gibier.

Concrètement, cela se traduit comment sur le terrain ?
En fait, Agrifaune est constitué d’un réseau d’exploitations agricoles dans notre département. Les agriculteurs testent de nouvelles pratiques plus favorables à la faune (modes de fauches, choix de couverts hivernaux, entretien des haies…) tout en gardant le caractère économique des exploitations agricoles. Nous les partageons aussi avec le public en organisant des actions de communications.

La fédération des Chasseurs de la Manche engage des opérations de repeuplement de faisans, en quoi consistent-elles ?
L’objectif est de retrouver des populations naturelles de faisans avec des oiseaux, issus de souche sauvage, âgés de 10 semaines qui seront lâchés sur différents secteurs du département. Pour s’inscrire dans l’opération, le territoire doit être composé de 2500 ha ou sur 3 communes attenantes. Dans ces conditions, une convention est signée entre les détenteurs des droits de chasse (privés ou sociétés) et la Fédération des Chasseurs de la Manche. Pendant 3 ans, les chasseurs s’engagent à ne pas trier les poules faisanes et aménager leur territoire. Pour cette opération, la Fédération des Chasseurs a alloué un budget de 90 000 € environ dont 13 000€ pour la mise en place de cultures intermédiaires pièges à nitrates (CIPAN) favorisant la ressource alimentaire hivernale des faisans.

Comment les agriculteurs peuvent-ils s’inscrire dans cette action ?
Les agriculteurs peuvent aménager le territoire pour accueillir les faisans et modifier leurs pratiques agricoles. Ainsi, pour cette année, 13 communes sur les 39 communes engagées dans l’opération de repeuplement vont implanter des CIPAN “faisans”, composées principalement de sarrasin. Cela se traduit par l’implantation de 280 ha de cultures sur 60 exploitations avec une prise en charge financière.

Les chasseurs et agriculteurs peuvent donc travailler ensemble ?
Il faut resserrer les liens déjà existants entre agriculteurs et chasseurs. Cette opération est un bel exemple pour témoigner que le monde de la chasse et le monde agricole doivent travailler ensemble. Le renforcement des liens agriculteurs-chasseurs sur une problématique complémentaire et bénéfique pour la biodiversité est bien là et nous devons poursuivre nos efforts ensemble.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité