Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Chez Antoine, le bœuf à la côte

Antoine a la fierté de son métier d’artisan boucher chevillée au corps. Il assure grave aussi quand il s’agit d’assurer la promotion des bêtes d’exception finies aux petits soins par des éleveurs passionnés. Il est un des 840 acteurs de «made in viande».

© TG

lll Christophe Paris et Patrice Sallot ont l’œil affûté du maquignon. Normal, le premier est inséminateur et le second éleveur émérite. A un steak près, ils ont estimé le poids vif (1 310 kg) et de carcasse (794 kg) d’une magnifique Blonde d’Aquitaine. Achetée par la boucherie Antoine Mesnil (Villers-Bocage -14) à Benoit Péchard (Gaec de l’Hopital à Vassy). La vache était exposée au «Bœuf en fête» à Maltot il y a quelques jours pour promouvoir les races à viande.  Notre artisan boucher a profité de l’occasion pour organiser un jeu-concours consistant à en estimer le poids vif et de carcasse. Christophe et Patrice, les lauréats, ont reçu leur lot sous forme d’une côte préparée par l’artisan boucher. La remise des prix s’est déroulée jeudi dernier. Autre gagnant dans le cadre de l’opération «made in viande» : Pascal Baudin.


Uniquement de la Blonde
Onze ans dans la Manche, autant dans l’Eure et déjà 10 dans le Calvados. Antoine Mesnil et sa femme se sont construits, en 3 décennies, une réputation d’excellence qui fait aussi la fierté des 9 employés de la boutique. Sans doute quelques bottes secrètes non dévoilées dans cette quête de perfection mais aussi un choix parfaitement assumé, celui de la race Blonde d’Aquitaine. «Des femelles ayant fait un ou deux veaux et que des éleveurs triés sur le volet vont savoir finir avec patience. La Blonde, c’est une viande tendre, diététique, plus compliquée à finir, mais qui affiche un rendement exceptionnel». Benoit Péchard confirme:« 6 mois de finition avec du tourteau de lin». Un bon petit goût d’Omega en retour. Producteur de lait et de viande à Vassy, le GAEC de l’Hopital totalise 55 vaches allaitantes. «En travaillant en direct avec la boucherie, on ne subit pas les contres coups d’une conjoncture plus ou moins voulue», juge notre éleveur. Producteur également de JB (Jeune Bovin), Benoit parle en connaissance de cause. Le différentiel actuel dépasse 1,50 €/kg mais, du côté du consommateur, ça passe.

Made in Viande : 840 établissements ouverts
Lors des rencontres Made in Viande, organisées du 21 au 25 mai pour leur deuxième édition, ce sont près de « 840 établissements qui ont ouvert leurs portes au public » selon la lettre d’information d’Interbev du 30 mai. « Plus de 200 fermes et exploitations d’élevage, une vingtaine de marchés aux bestiaux et centres d’allotement, 70 abattoirs et entreprises de viande, près de 400 boucheries et triperies artisanales, plus;de 100 boucheries en grandes et moyennes surfaces et une trentaine de restaurants », ont également ouvert leurs portes selon l’interprofession des viandes. Le week-end a permis de recevoir familles, voisins et clients, tandis qu’en semaine, ce sont surtout les visites scolaires qui ont pris le relais. Interbev évoque également de nombreux reportage en région « qui ont permis de valoriser la démarche engagée dans la filière viande ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité