Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Pâturage
Chez Thibaut Giraud, l’herbe ne se fait pas pleurer

Les conditions météo-rologiques de ces dernières semaines semblent être bénéfiques à la pousse de l’herbe. Témoignage de Thibaut Giraud, éleveur allaitant à La Chapelle-en-Juger (50).

Thibaut Giraud
© TG

Thibaut Giraud est agriculteur à La Chapelle-en-Juger, dans la Manche. Il est en installation progressive depuis trois ans et travaille à temps plein sur l’exploitation depuis le 1er janvier. La ferme, en agriculture de conservation, compte 75 ha, dont 20 ha de céréales et le reste en prairies naturelles, une trentaine de Charolaises et 20 bêtes d’engraissement. « J’utilise le pâturage tournant. Les vaches et les génisses reviennent tous les quinze à vingt-et-un jour dans une parcelle. A mon arrivée dans l’exploitation, j’ai passé des journées et des week-ends entiers à faire des clôtures pour créer des paddocks. Je suis parti d’une page blanche », raconte le jeune agriculteur. Cette année, l’herbe ne manque pas dans les prairies de Thibaut Giraud. « L’hiver dernier a été long. Je n’avais plus de stocks d’enrubannage. Je fauche toutes mes parcelles une fois par an. J’ai fait la première coupe autour du 20 mars. L’herbe a été enrubannée pour l’alimentation hivernale.»  

Coupe herbe
L’exploitant a effectué sa première coupe de l’herbe le 20 mars. Il devrait en refaire une d’ici quelques jours. DR

Du fumier à l’engrais
Cette année, l’exploitant va devoir faucher plus que prévu. « Il y a une bonne pousse de l’herbe grâce aux conditions météorologiques. Il y a eu une belle période estivale au mois d’avril, mais il y avait un vent d’Est chez moi. J’ai des terres argileuses, ça a ralenti la pousse de l’herbe. Depuis dix jours, la chaleur revient et les prairies repartent. Ici, on pleure davantage le soleil que la pluie », plaisante Thibaut Giraud. Cette année, l’exploitant a changé sa méthode de fertilisation. Habituellement, il épand du fumier dans ses prairies au mois de janvier. Mais cette année, ce n’était pas possible « car il faisait top humide. J’ai mis de l’engrais à la place. J’ai fait un premier passage avec un engrais de fond (18 N, 12 P, 26 K). J’ai fait le choix de ne pas mettre trop d’azote dès le départ pour permettre à la plante de se densifier plutôt que de prendre en hauteur. Si on met trop d’azote dès le départ, on perd en qualité de l’herbe lors de la première fauche ». L’éleveur a ensuite effectué un deuxième passage dans les prairies, avec 30 unités d’azote cette fois, afin de relancer la pousse de l’herbe. Il voit les bénéfices de la bonne pousse de l’herbe sur ses animaux. « Les vaches ont du lait, les veaux grandissent à vue d’œil.» Thibaut Giraud va effectuer sa seconde coupe d’herbe d’ici quelques jours. « Je vais faucher plus que prévu. Le réapprovisionnement de mes stocks pour l’alimentation hivernale est en bonne voie. S’il y a du surplus, je le commercialiserais.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité