Aller au contenu principal

culture
Choix de mélange pour prairie de longue durée

Les 2 principaux critères de choix sont les objectifs d’utilisation dominante de la prairie : pâturage ou fauche, et les caractéristiques pédo-climatiques de la parcelle.

Un choix d’espèces cohérent selon ces critères terrain/uti-lisation contribue au maintien de l’équilibre de la prairie. En-trent en jeu également, la durée de vie de la prairie, l’exigence alimentaire des animaux utilisateurs (le critère “valeur alimentaire” a plus d’importance pour des vaches laitières hautes productrices), et le mode de conservation (foin, ensilage, affourragement).


En pâturage dominant

L’introduction de trèfle blanc, permet de limiter voire de tendre vers l’autonomie azotée, et d’améliorer la valeur alimentaire de l’herbe pâturée. D’autres objectifs justifient l’introduction d’autres espèces :

- mieux coller à la situation de la parcelle (parcelle séchante, très froide, humide) ;

- obtenir un meilleur étalement de la production dans la saison, avec les espèces qui poussent en été (fétuque élevée, dactyle..) ;

- atténuer la variabilité interannuelle (espèces adaptées à différentes situations climatiques) ;

- améliorer la pérennité de la prairie.


Pour une utilisation en fauche

En fauche dominante, c'est-à-dire dans les systèmes où l’herbe a une place marquée, les espèces suivantes deviennent dominantes : luzerne, trèfle violet, fétuques, dactyle, fléole (tableau 1). Elles sont faciles à faucher et sèchent plus vite (sauf le trèfle violet) que le ray grass anglais et le trèfle blanc. Tenir compte du type de récolte pour choisir les espèces :

- ensilage : adaptées : toutes les graminées, sauf les ray grass anglais tardifs ; peu adapté : la luzerne (sauf préfanage poussé ou conservateur);

- foin : adaptées : fétuque élevée, dactyle, fléole, brome, RGA et RGH, luzerne ; peu adaptées : trèfle violet, trèfle blanc et ray grass anglais tardif.

Constituer le mélange

Choisir 2 à 3 espèces dominantes très adaptées à la situation de la parcelle et au mode d’exploitation prévu. On ajoute ensuite 2-3 espèces d’accompagnement ayant un rôle complémentaire : par exemple des espèces gazonnantes (trèfle blanc, pâturin des près) capables de coloniser les espaces vides et de réduire le sol nu, ou bien une espèce s’installant rapidement (ray grass) pour limiter le salissement à l’implantation.La plupart des distributeurs proposent des mélanges “tout faits”.Certains sont intéressants, mais il nous paraît préférable de constituer soit même un mélange qui sera plus facilement adapté au contexte spécifique de l’exploitation. On aura de plus la possibilité de choisir les meilleures variétés pour les différentes espèces, à condition de prévoir le mélange suffisamment à l’avance. (tableau 2).

Critères de choix des variétés

Quel que soit l’espèce, les variétés ne sont pas forcément disponibles à tout moment auprès des distributeurs, il faut parfois passer commande, ce qui rajoute un délai d’environ un mois. Il faut donc largement anticiper les semis, votre prairie y gagnera en pérennité.

Avec le ray grass anglais faire le bon choix

Les variétés les plus tardives sont les plus intéressantes pour le pâturage. Elles sont plus souples : il y a plus de temps sans épis au 1er cycle. En contre-partie, quand on va des très précoces vers les très tardives, le démarrage en végétation se fait un peu plus tard.

- Variétés très tardives, tardives, ½ tardives : les mieux adaptées au pâturage, très bonne souplesse d’exploitation, plus faible remontaison (en moyenne) et comportement très gazonnant).

- Variétés intermédiaires, ½ précoces, précoces : ont un intérêt sur les parcelles froides, accessibles tôt, ou si la pousse estivale est ralentie. A limiter à quelques parcelles dans le circuit de pâturage.
Les ray grass tétraploïdes ont des feuilles plus larges, sont plus riches en eau, et souvent plus appétents que les diploïdes.

- Ray grass tétraploïde : meilleure consommation au pâturage, rusticité par rapport aux maladies.

- Ray grass diploïde : ils ont une forte capacité de tallage (donc de résistance au piétinement) et une meilleure pérennité, mais sont un peu plus difficiles à gérer au pâturage. A choisir en cas de fauche. Le mélange de variétés diploïdes et tétraploïdes permet un bon compromis entre valeur alimentaire et pérennité de la prairie.

- Autres critères de choix

La remontaison et la souplesse d’exploitation sont des critères importants à vérifier, surtout si l’on utilise des variétés intermédiaires (ou précoces).

- Résistance à la rouille : le ray gras y est sensible, avec impact sur la productivité et l’appétence.

Trèfle blanc : il existe différents types de TB du plus au moins agressifs, à adapter au couvert qu’il accompagne. S’il est semé dans une prairie de fauche, optez pour un trèfle dit géant qui pourra rester concurrentiel vis-à-vis du fort développement des graminées qui l’entourent.


Les autres espèces

Le choix est un peu moins pointu, voici quelques critères à repérer pour quelques espèces :

- Fétuque élevée : en règle générale il faut choisir une variété tardive à feuilles souples (meilleure appétence et parfois digestibilité). Un travail est en cours sur la digestibilité par variété.

- Fétuque des près : choix limité, la pérennité est son point faible, donc ce critère peut jouer.- Dactyle : certaines variétés sont plus adaptées au pâturage, mais ce critère n’est pas sur les tableaux comparatifs.

- Luzerne : les variétés adaptées à la région sont du type flamand. Les variétés à tiges fines sont les mieux consommées, mais plus sensibles à la verse. Elles sont aussi plus faciles à sécher, d’où moins de risque de pertes de feuilles. Prenez en compte la résistance aux maladies et aux nématodes des tiges, les variétés récentes ont apporté des progrès à ce niveau.

- Trèfle violet : évitez les variétés tétraploïdes et informez vous sur la pérennité de la variété.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

circulation engins agricoles
Il manque 50 cm pour la circulation des engins agricoles
La circulation des tracteurs et autres engins agricoles en zones périurbaines ou en cœur de bourg devient de plus en plus…
Aurélie Cauchard au Meilleur pâtissier
Aurélie Cauchard sélectionnée au Meilleur pâtissier
Agricultrice à Savigny (centre Manche), Aurélie Cauchard est montée à Paris pour tenter une nouvelle aventure. Elle sera dès ce…
SUCRERIE CAGNY - BETTERAVES
Projet de sucrerie dans le Calvados : un dossier refermé mais toujours en veille
Le projet d’étude d’une nouvelle sucrerie dans le Calvados, pour faire suite à la fermeture de Cagny, est refermé. Les…
Visite Xavier Bertrand - 61
Xavier Bertrand prend les agriculteurs aux tripes
Le président des Hauts-de-France a rencontré une poignée d’agriculteurs samedi 9 octobre 2021 à la foire Saint-Denis à Montilly-…
SOJA MOISSON
Le soja se moissonne sous un soleil d’octobre pas si chaud
Dans la plaine de Caen, à Creully-sur-Seulles, Virginie Sartorio a moissonné sa parcelle de soja, lundi 11 octobre 2021. L’…
VIDEO. L’andaineur à tapis améliore la qualité des fourrages
Florian Lottin est entrepreneur de travaux agricoles à Villedieu-lès-Bailleul dans l’Orne. Aussi à la tête de sa propre…
Publicité