Aller au contenu principal

CHOLET - JANVIER 2009

Lundi 26 janvier Amenés 880, dont 11 bœufs, 186 génisses, 558 vaches, 10 taureaux et 115 jeunes bovins. L’ambiance commerciale est beaucoup plus calme, avec une présentation assez importante et largement suffisante pour les besoins exprimés. La vente est normale sans plus dans le domaine des bonnes femelles Blondes d’Aquitaine. Les animaux légers ou manquant de finition sont malmenés. Dans les Limousines et les Charolaises de qualité bouchère, la commercialisation est plus difficile avec des cours en baisse, un tri sévère sur l’âge (+ ou-de 10 ans) et des invendus. La tendance est lourde dans le bétail de choix secondaire avec des cours en baisse. Dans les réformes laitières, le commerce s’avère plus calme avec un léger tassement des cours. En jeunes bovins, les échanges sont lents avec un fléchissement des cours sur l’ensemble de la gamme. 5% d’invendus. (L.C.). Cours orientés à la baisse.Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,96-4,27-4,08 (-0,03); U 3,60-3,93-3,74 (-0,03). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,63-4,50 (=); U 3,96-4,37-4,20 (=); R 2,82-3,66-3,10 (-0,03). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,32-4,60-4,40 (=); U 3,74-4,30-4,10 (=); R 2,90-3,58-3,13 (=). Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,63-4,50 (=); U 3,96-4,37-4,20 (=); R 2,90-3,66-3,13 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,32-4,60-4,40 (=); U 3,74-4,30-4,10 (=); R 2,90-3,58-3,13 (=). Lundi 19 janvier Amenés 1002, dont 10 bœufs, 207 génisses, 629 vaches, 10 taureaux et 146 jeunes bovins. La présentation est importante avec plus de 1.000 animaux de boucherie sur le marché. L’activité commerciale est plus calme, avec une offre suffisante pour les besoins exprimés. Dans le domaine des viandes de qualité bouchère (Blondes d’Aquitaine, Limousines ou Charolaises), la vente est plus calme avec un plafonnement des prix. Les transactions sont plus tendues dans le bétail de choix secondaire, avec un tri plus sévère pour les vaches âgées, grasses ou de moyenne conformation, avec des tarifs légèrement revus à la baisse. Dans les réformes laitières, la vente est normale avec des cours stables. En jeunes bovins, les échanges sont un peu moins actifs, avec des tarifs en léger repli notamment dans les sujets de choix secondaire (manquant de poids). (L.C.). Tendance plus calme. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 4,00-4,27-4,11 (=); U 3,63-3,96-3,77 (-0,04). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,63-4,50 (=); U 3,96-4,37-4,20 (=); R 2,90-3,66-3,13 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,32-4,60-4,40 (=); U 3,74-4,30-4,10 (=); R 2,90-3,58-3,13 (=). Lundi 12 janvier Amenés 966, dont 23 bœufs, 191 génisses, 564 vaches, 12 taureaux et 176 jeunes bovins. Encore une très belle présentation sous le parc des prairies. Le nombre et la qualité sont présents et intéressent une clientèle d’acheteurs réguliers. Les transactions sont plus suivies et dans une gamme de prix facilement maintenue pour les femelles Blondes d’Aquitaine lourdes et bien finies. Le placement est également plus régulier pour les bonnes génisses et les jeunes vaches Charolaises ou Limousines. La commercialisation est assez fluide avec une nouvelle remontée des cours pour les réformes allaitantes de choix secondaire ou bas de gamme. Dans les réformes Frisonnes, Normandes ou Montbéliardes, les tarifs sont un peu mieux défendus. En jeunes bovins, l’offre est plus importante et couvre plus facilement les besoins exprimés. La vente reste néanmoins assez régulière, mais dans une gamme de prix qui tend à se stabiliser voire à plafonner. (L.C.). Bonne activité commerciale. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 4,03-4,27-4,11 (=); U 3,66-4,00-3,81 (-0,02). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,63-4,50 (=); U 3,96-4,37-4,20 (+0,02); R 2,90-3,66-3,13 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,32-4,60-4,40 (+0,03); U 3,74-4,30-4,10 (+0,07); R 2,90-3,58-3,13 (+0,03). Lundi 5 janvier Amenés 909, dont 10 bœufs, 190 génisses, 568 vaches, 10 taureaux et 131 jeunes bovins. La présentation est d’un très bon niveau qualitatif et quantitatif pour ce premier marché de l’année, avec le retour de l’ensemble des opérateurs (vendeurs et acheteurs). La commercialisation est assez fluide en ce qui concerne la viande haut de gamme (Blondes d’Aquitaine et Limousines) lourdes et bien finies. En Charolaises, la demande est plus régulière pour les bonnes génisses et les jeunes vaches viandées avec des tarifs maintenus plus facilement. Les transactions sont également plus fluides avec une légère remontée des cours pour les réformes allaitantes de choix secondaire (notamment en jeunes vaches). La vente est normale avec des tarifs reconduits pour les vaches Frisonnes, Normandes ou Montbéliardes. En jeunes bovins, les échanges restent faciles avec des tarifs qui demeurent élevés, aussi bien en Charolais que pour les Blonds d’Aquitaine. (L.C.). Bonne reprise d’activité. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 4,03-4,27-4,11 (+0,05); U 3,69-4,00-3,83 (+0,03). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,40-4,63-4,50 (=); U 3,94-4,35-4,18 (=); R 2,85-3,63-3,13 (+0,08). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,29-4,57-4,37 (=); U 3,68-4,28-4,03 (=); R 2,82-3,51-3,10 (+0,05).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité