Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CHOLET - JUILLET 2008

Lundi 28 juillet Amenés 835, dont 13 bœufs, 187 génisses, 562 vaches, 10 taureaux et 63 jeunes bovins. L’ambiance commerciale est un peu comme le temps, lourde avec une présentation plus importante et suffisante pour les besoins exprimés. Les besoins des acheteurs sont moins relevés que la semaine dernière, notamment dans le domaine des viandes haut de gamme (blondes d’Aquitaine ou limousines) avec un tri plus sévère dans les animaux plus communs ou manquant de poids. La demande reste régulière pour les vaches charolaises lourdes ainsi que pour les réformes allaitantes jeunes et viandées. Cette marchandise est recherchée pour la coupe des GMS. Peu de changement tarifaire en ce qui concerne les allaitantes de bas de gamme, mais le tri reste marqué suivant l’âge et le poids. Les bonnes vaches frisonnes ou normandes sont normalement valorisées, mais les transactions sont par contre difficiles avec une poursuite de la baisse dans les animaux bas de gamme (trop maigres) et les taureaux. En jeunes bovins, la vente est un peu plus régulière avec des tarifs mieux défendus pour les charolais. Vente plus calme. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,66-3,89-3,74 (=); U 3,28-3,63-3,43 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,20-4,47-4,34 (=); R 3,25-4,07-3,51 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,20-3,74-3,45 (=). (=). Lundi 21 juillet Amenés 749, dont 14 bœufs, 151 génisses, 477 vaches, 11 taureaux et 96 jeunes bovins. De nombreux visiteurs sont présents sous le foirail pour observer les échanges. L’activité commerciale est assez régulière avec une présentation correspondant sensiblement aux besoins des acheteurs présents. La demande est ciblée en femelles haut de gamme avec des tarifs sensiblement maintenus pour les très bonnes blondes d’Aquitaine ou limousines. Tri plus marqué pour les animaux plus communs ou manquant de poids. Pour les charolaises et les réformes allaitantes jeunes et viandées, les transactions sont assez régulières avec des cours stables. La vente est calme pour les animaux manquant de finition ou trop légers. Dans le domaine des viandes industrielles (frisonnes et normandes), les tarifs sont facilement reconduits en vaches viandées, mais la pression reste marquée pour les animaux bas de gamme (trop maigres). En jeunes bovins, la situation reste tendue, malgré la modestie de l’offre. (L.C)Demande régulière. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,66-3,89-3,74 (=); U 3,25-3,63-3,43 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,20-4,47-4,34 (=); R 3,25-4,07-3,51 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,20-3,74-3,45 (=).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité