Aller au contenu principal

CHOLET LUNDI - OCTOBRE 2008

Lundi 27 octobre Amenés 782, dont 26 bœufs, 148 génisses, 499 vaches, 11 taureaux et 98 jeunes bovins. Les sorties moins étoffées ne relancent en aucun cas le commerce. Les acheteurs trient sévèrement leurs achats en fonction de l’état d’engraissement et laissent de côté les vaches surtout si elles sont moins bien finies, trop grasses ou trop âgées. Les très bonnes femelles bouchères blondes d’Aquitaine ou limousines s’écoulent lentement à des prix qui se négocient après beaucoup de discussions et à des prix juste maintenus sur la place. La lenteur des transactions est beaucoup plus présente dans les bonnes vaches charolaises de qualité bouchère, ainsi que dans l’ensemble des réformes allaitantes de choix secondaire où les prix se prennent encore quelques centimes d’euros en moins. Les vaches frisonnes et normandes sont une nouvelle fois pénalisées par le manque de consommation et l’alourdissement du marché, qui plonge cette catégorie dans de grosses difficultés d’écoulement des stocks. En jeunes bovins, les cours plafonnent face à une demande beaucoup moins active qui annonce même un ralentissement du marché. Relève de 5% surtout en vaches intermédiaires. (L.C). Amenés : non communiqués. Vente toujours sélective. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,77-3,96-3,81 (=); U 3,51-3,74-3,58 (+0,03). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,52-4,75-4,57 (=); U 4,00-4,42-4,25 (=); R 2,90-3,75-3,25 (-0,05). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,77-4,34-4,10 (=); R 2,90-3,60-3,20 (-0,05). Lundi 20 octobre Amenés 813, dont 18 bœufs, 170 génisses, 541 vaches, 10 taureaux et 74 jeunes bovins. Les arrivages sont moins importants, mais ils s’avèrent largement suffisants pour les besoins exprimés. Pour les animaux très bien conformés, l’offre est limitée après le concours de la semaine dernière. La vente est lente et les tarifs sont maintenus pour les bonnes femelles blondes d’Aquitaine ou limousines (sauf pour les mauvaises qui sont délaissées). La tension commerciale est nettement plus marquée pour les bonnes vaches charolaises de qualité bouchère, lourdes et bien finies ainsi que dans l’ensemble des réformes allaitantes de choix secondaire, avec un tri sévère pour les vaches légères et manquant de finition. Nouvelle dégradation tarifaire dans les vaches frisonnes et normandes. En jeunes bovins, les tarifs se sont stabilisés dans les bons sujets, la vente reste régulière pour les moyens sujets et les laitiers. (L.C). Vente toujours sélective. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,77-3,96-3,81 (=); U 3,51-3,74-3,58 (+0,03). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,52-4,75-4,57 (=); U 4,02-4,42-4,25 (=); R 3,00-3,80-3,30 (-0,05). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,34-4,10 (=); R 2,95-3,63-3,25 (-0,05). Lundi 13 octobre Amenés 913, dont 12 bœufs, 184 génisses, 584 vaches, 10 taureaux et 123 jeunes bovins. La présentation reste importante et couvre largement les besoins des acheteurs présents. La tension commerciale s’accentue sur les catégories bas de gamme. La vente est lente et les tarifs sont néanmoins maintenus pour les femelles blondes d’Aquitaine (sauf pour les mauvaises : délaissées), les limousines, les bonnes génisses et les jeunes vaches charolaises de qualité bouchère, lourdes et bien finies. La pression tarifaire est plus importante dans les réformes allaitantes de choix secondaire avec un tri sévère pour les vaches légères et manquant de finition. Baisse significative pour les vaches frisonnes et normandes. Le jeune bovin est la seule catégorie pour lequel le commerce est assez fluide avec des tarifs maintenus sans difficulté. (L.C). Commerce difficile. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,77-3,96-3,81 (=); U 3,48-3,74-3,55. Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,52-4,75-4,57 (=); U 4,02-4,42-4,25 (=); R 3,05-3,85-3,35 (-0,05). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,34-4,10 (=); R 3,00-3,67-3,30 (-0,05). Lundi 6 octobre Amenés 845, dont 10 bœufs, 194 génisses, 616 vaches, 13 taureaux et 112 jeunes bovins. L’offre est en progression (beaucoup de petite marchandise) et s’avère suffisante pour les besoins exprimés. L’ambiance commerciale est tendue avec un tassement des cours dans l’ensemble des femelles blondes d’Aquitaine (manque de besoins). Les transactions demeurent régulières avec une stabilité des prix dans les bonnes génisses et les jeunes vaches de qualité bouchère (lourdes et bien finies). En réformes allaitantes de choix secondaire, si les vaches viandées maintiennent leur prix, le tri est plus sévère pour celles plus communes et manquant de finition. La vente est normale avec un maintien des prix en vaches normandes, léger tassement pour les frisonnes. En jeunes bovins, la vente est fluide avec une meilleure tenue des cours dans les charolais et les Rouge des Prés. Pas de modification tarifaire pour les blonds d’Aquitaine. (L.C). Commerce difficile. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,77-3,96-3,81 (=); U 3,45-3,74-3,55 (+0,02). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,52-4,75-4,57 (-0,05); U 4,07-4,42-4,25 (-0,05); R 3,06-3,91-3,40 (-0,05). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,34-4,10 (-0,04); R 3,05-3,72-3,35 (=).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Le Gaec Lorin-Barbot prévoit de toujours produire du lait en 2032
Le Gaec Lorin-Barbot de Les Cresnays (sud Manche) prévoit de toujours produire du lait d’ici dix ans. Pour autant, les…
Zéro glyphosate ou le défi impossible en Normandie ?
Peut-on se passer du glyphosate ? Depuis 2019, cette vaste question a été travaillée via le plan « transition glyphosate…
PAC 2023-2027 : le nouveau système de suivi du parcellaire est « vraiment intrusif »
Dans le cadre de la future programmation de la Politique agricole commune (PAC) qui entrera en vigueur en janvier 2023, la…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Philippe Leprince, directeur de l’OP Bovins d’Agrial : « Transformer la décapitalisation en atout »
En octobre 2022, l’OP Bovins d’Agrial a organisé sa « Journée puissance viande » dans le pays du granit, à Saint-Michel-de-…
Publicité