Aller au contenu principal

CHOLET - MAI 2008

Lundi 26 mai Amenés 861, dont 10 bœufs, 179 génisses, 539 vaches, 10 taureaux et 124 jeunes bovins. Les arrivages sont plus conséquents et pèsent sur la tendance. Les besoins de fin de mois sont modestes et permettent aux acheteurs de mieux faire correspondre leurs achats. Le placement demeure régulier avec une bonne tenue des cours dans les bonnes femelles Parthenaises, Blondes d’Aquitaine, limousines, Rouges des près, ou Charolaises, lourdes et bien finies. La demande est un peu moins soutenue avec un plafonnement des prix pour les vaches charolaises de qualité bouchère. L’activité commerciale s’avère plus calme avec un léger tassement des cours dans les réformes allaitantes de choix secondaire et bas de gamme (avec un tri plus sévère). L’offre couvre facilement la demande dans les vaches frisonnes pour lesquelles les tarifs enregistrent une légère moins value. Pas de changement en normandes. Dans les jeunes bovins, le commerce est également plus calme avec des tarifs reconduits dans l’ensemble. (L.C). Activité commerciale plus calme. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,66-3,89-3,78 (=); U 3,35-3,63-3,48 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,23-4,50-4,37 (=); R 3,28-4,12-3,58 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,70-4,50 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,30-3,74-3,46 (=). Lundi 19 mai Amenés 760, dont 15 bœufs, 159 génisses, 476 vaches, 12 taureaux et 98 jeunes bovins. La présentation est plus étoffée avec une gamme très ouverte (y compris quelques animaux pas finis non vendus dans le maigre). Ces apports correspondent mieux aux besoins un peu moins soutenus (achat de fin de mois) d’une clientèle d’acheteurs toujours aussi nombreuse sur le marché. Le commerce reste régulier avec une bonne tenue des cours dans les femelles Parthenaises, Blondes d’Aquitaine, Limousines, Rouges des près, ou Charolaises de bonne conformation, lourdes et bien finies. La vente est normale et dans une gamme de prix sensiblement maintenue pour les vaches Charolaises de qualité bouchère. L’activité commerciale reste fluide dans les réformes allaitantes de choix secondaire et bas de gamme, mais les tarifs pratiqués semblent se stabiliser. La tendance est identique en vaches frisonnes et normandes (mieux représentées). Dans les jeunes bovins, la demande est suivie pour les charolais, mais elle reste prudente en blonds d’Aquitaine. (L.C). Vente fluide dans l’ensemble. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,66-3,89-3,78 (=); U 3,35-3,63-3,48 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,23-4,50-4,37 (=); R 3,28-4,12-3,58 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,70-4,50 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,30-3,74-3,46 (=). Lundi 12 mai Marché décalé. A titre indicatif, nous reproduisons les cours du précédent marché. Marché décalé. A titre indicatif, nous reproduisons les cours du précédent marché. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,66-3,89-3,78; U 3,28-3,63-3,48. Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,77-4,62; U 4,23-4,50-4,37; R 3,22-4,12-3,58. Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,70-4,50; U 3,81-4,36-4,16; R 3,23-3,74-3,46. Lundi 5 mai Amenés 549, dont 10 bœufs, 113 génisses, 339 vaches, 10 taureaux et 77 jeunes bovins. Bonne activité commerciale pour ce marché peu approvisionné. La vente reste régulière dans une gamme de prix maintenue sans difficulté dans les génisses et les bonnes vaches blondes d’Aquitaine, lourdes. La commercialisation est également assez fluide pour les bonnes limousines ou les charolaises bien conformées. Les transactions sont actives avec une poursuite de la hausse pour les réformes allaitantes de choix secondaire et bas de gamme (nettement moins offertes). La vente se déroule sans trop de souci dans les vaches frisonnes et normandes. Dans les jeunes bovins, la demande semble un peu plus régulière avec des tarifs plus facilement maintenus dans les charolais. Le commerce reste tendu avec des tarifs stables dans les blonds d’Aquitaine. (L.C). Vente un peu plus facile dans les jeunes bovins charolais. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,66-3,89-3,78 (=); U 3,28-3,63-3,48 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,77-4,62 (=); U 4,23-4,50-4,37 (=); R 3,22-4,12-3,58 (+0,03). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,42-4,70-4,50 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,23-3,74-3,46 (+0,03).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité