Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CHOLET - OCTOBRE 2009

Lundi 26 octobre Amenés 846, dont 21 bœufs, 175 génisses, 552 vaches, 10 taureaux et 88 jeunes bovins. Les apports et l’activité commerciale sont réguliers. L’ambiance commerciale est toujours aussi calme dans les femelles Blondes d’Aquitaine avec des prix plus ou moins malmenés dans la marchandise moyenne, manquant de poids ou trop âgée. La demande s’avère un peu mieux suivie dans les bonnes génisses et jeunes vaches charolaises avec des tarifs mieux défendus. La vente se montre calme dans le bas de gamme. Dans le domaine des viandes industrielles, la tendance à la baisse est nettement confirmée avec des perspectives peu encourageantes. En jeunes bovins, les transactions sont régulières avec une fermeté des prix sur l’ensemble de la gamme. (L.C.). Amenés 846. Commerce difficile en femelles. Vente mieux défendue en jeunes bovins. Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,99-4,15-4,07 (+0,03); U 3,44-3,89-3,68 (+0,02). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,81-4,27-4,12 (=) ; R 2,90-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,20-4,54-4,27 (=); U 3,66-4,18-3,94 (=); R 2,90-3,43-3,05 (=). Lundi 19 octobre Amenés 866, dont 23 bœufs, 181 génisses, 541 vaches, 13 taureaux et 108 jeunes bovins. L’activité commerciale est un peu plus régulière avec une présentation encore assez étoffée. La vente rest e calme pour les Blondes d’Aquitaine, avec des tarifs toujours discutés pour les moyennes, manquant de poids ou trop âgées. La commercialisation est en revanche un peu mieux suivie dans le domaine des bonnes génisses et des jeunes vaches charolaises de qualité bouchère, avec des tarifs mieux défendus. En réformes allaitantes, la gamme de prix reste assez large entre celles plus jeunes convenant dans le poids et celles de choix secondaire ou légères. Les prix sont stables pour les vaches Frisonnes et Normandes. En jeunes bovins, les transactions sont fluides avec une légère plus value sur l’ensemble de la gamme. (L.C.). Amenés 866. Commerce un peu plus régulier. Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,96-4,12-4,04 (+0,03); U 3,44-3,86-3,66 (+0,03). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,81-4,27-4,12 (=) ; R 2,90-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,22-4,54-4,27 (=); U 3,66-4,18-3,94 (=); R 2,90-3,43-3,05 (=). Lundi 12 octobre Amenés 832, dont 23 bœufs, 168 génisses, 530 vaches, 10 taureaux et 101 jeunes bovins. L’activité commerciale n’est pas beaucoup plus dynamique que la semaine passée. Même si les tarifs se stabilisent dans les Blondes d’Aquitaine, le commerce reste sélectif au détriment des Blondes moyennes ou trop âgées. La vente est normale, sans plus, pour les charolaises de qualité bouchère, avec une demande ciblée en fonction du poids et de l’état d’engraissement. Dans les réformes allaitantes, les échanges sont assez réguliers pour celles convenant dans le poids mais le commerce reste tendu pour celles de choix secondaire ou légères. Les tarifs sont reconduits pour les vaches Frisonnes et Normandes. Dans les jeunes bovins, les transactions demeurent fluides dans les sujets ordinaires et laitiers. Bonne demande dans les Blonds d’Aquitaines (L.C.). Amenés 832. Commerce laborieux. Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,93-4,09-4,01 (+0,03); U 3,41-3,83-3,63 (+0,03). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,81-4,27-4,12 (=) ; R 2,90-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,22-4,54-4,27 (=); U 3,66-4,18-3,94 (=); R 2,90-3,43-3,05 (=). Lundi 5 octobre Amenés 760, dont 4 bœufs, 130 génisses, 505 vaches, 12 taureaux et 109 jeunes bovins. L’ambiance commerciale se montre une nouvelle fois assez calme malgré une présentation en léger repli. La tendance est lourde dans les femelles Blonde d’Aquitaine avec une offre assez large en nombre et en qualité. Les génisses et jeunes vaches lourdes et très bien conformées se négocient avec des tarifs revus à la baisse. Les échanges sont laborieux, dès que la qualité, le poids ou l’âge ne correspondent pas à la demande. Dans les Charolaises de qualité bouchère, la demande est ciblée et les tarifs sont reconduits. Le commerce est plus calme, même si la fourchette tarifaire est sans grand changement dans les réformes allaitantes, avec toujours une séparation entre les animaux jeunes viandés et ceux de choix secondaires ou légers. Les tarifs se stabilisent dans les vaches Frisonnes et Normandes. Dans les jeunes bovins, la vente est normale avec des cours stables dans les bons charolais. Le placement rest efluide pour les sujets ordinaires et les laitiers. Amenés 760 - Le calme règne toujours. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,90-4,06-3,98 (=); U 3,38-3,81-3,60 (+0,02). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,81-4,27-4,12 (=) ; R 2,85-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,24-4,54-4,27 (=); U 3,66-4,18-3,94 (-0,02); R 2,90-3,48-3,05 (-0,03).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ELISE HEBERT
« Si je n’essaie pas, je serai déçue »
Anxieuse, mais bosseuse, Élise Hébert, 22 ans, est salariée de l’entreprise de travaux agricoles Vandecandelaère, à Saint-Manvieu…
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Publicité