Aller au contenu principal

CHOLET - SEPTEMBRE 2008

Lundi 29 septembre Amenés 860, dont 17 bœufs, 180 génisses, 570 vaches, 10 taureaux et 83 jeunes bovins. La présentation est un peu plus conséquente, mais l’activité commerciale s’avère néanmoins assez régulière, notamment dans la marchandise de coupe. En blondes d’Aquitaine, la vente est par contre assez calme avec une offre suffisante pour les besoins. Les tarifs sont plus discutés. Les transactions sont assez régulières avec un maintien des prix pour les bonnes génisses et les jeunes vaches charolaises de qualité bouchère, lourdes et bien finies. Les échanges sont plus réguliers dans les réformes allaitantes de choix secondaire avec une annulation des moins- values de la semaine dernière. La vente est normale avec un maintien des prix en vaches frisonnes et normandes. En jeunes bovins, le commerce est plus fluide avec une offre juste suffisante pour la demande, notamment pour les charolais et les rouges de prés. Maintien des cours en bonds d’aquitaine. (L.C). Vente assez calme. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,77-3,96-3,81 (=); U 3,40-3,74-3,53 (+0,02). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,12-4,47-4,30 (-0,04); R 3,10-3,96-3,45 (-0,03). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,34-4,14 (-0,02); R 3,05-3,72-3,35 (=). 2,95-3,72-3,35 (-0,05). Lundi 22 septembre Amenés 804, dont 14 bœufs, 167 génisses, 507 vaches, 11 taureaux et 103 jeunes bovins. L’ambiance commerciale est un peu moins laborieuse face à une présentation revue à la baisse. Les tarifs sont stables pour les bonnes femelles Blondes d’Aquitaine, mais la pression reste maintenue pour celles de conformation commune ou légères, peu sollicitées. Les transactions sont assez régulières avec un maintien des prix pour les bonnes génisses et les jeunes vaches charolaises de qualité bouchère, lourdes et bien finies. Les transactions sont calmes en réformes allaitantes de choix secondaire avec une légère baisse, notamment pour celles de conformation inférieure ou manquant de viande. La baisse est moins prononcée dans les vaches frisonnes et normandes. En jeunes bovins, la vente est normale avec des tarifs revus à la baisse pour les charolais et les blonds d’Aquitaine. (L.C). Activité commerciale moins laborieuse. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,74-3,96-3,81 (=); U 3,35-3,70-3,51 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,16-4,47-4,34 (=); R 3,05-4,00-3,48 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 2,95-3,72-3,35 (-0,05). Lundi 15 septembre Amenés 896, dont 11 bœufs, 192 génisses, 576 vaches, 10 taureaux et 107 jeunes bovins. L’activité commerciale reste très calme, avec une offre une nouvelle fois assez conséquente et suffisante pour les besoins exprimés. Les tarifs plafonnent dans les bonnes femelles Blondes d’Aquitaine, mais la pression reste maintenue pour celles de conformation commune ou légères, peu demandées. La vente est calme, mais les cours sont stables pour les bonnes génisses et les jeunes vaches charolaises de qualité bouchère, bien finies. Les transactions sont plus difficiles pour les réformes allaitantes de choix secondaire, avec des tarifs revus à la baisse et une forte pénalisation pour celles de conformation inférieure, manquant de viande. La baisse se poursuit également dans les vaches frisonnes et normandes. En jeunes bovins, les échanges sont calmes avec des tarifs orientés à la baisse dans les charolais. Peu de demande pour les blonds d’Aquitaine. (L.C). Commerce régulier en femelles blondes d’Aquitaine. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,74-3,96-3,81 (=); U 3,32-3,70-3,51 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,16-4,47-4,34 (=); R 3,05-4,00-3,48 (-0,03). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,00-3,72-3,40 (=). Lundi 8 septembre Amenés 919, dont 10 bœufs, 191 génisses, 573 vaches, 10 taureaux et 135 jeunes bovins. L’ambiance commerciale est plus calme, avec une présentation régulière mais nettement suffisante pour les besoins des acheteurs présents. Les transactions sont lentes et les tarifs plafonnent en bonnes femelles Blondes d’Aquitaine. Celles de conformation commune ou légère sont peu demandées. Les tarifs sont stables pour les bonnes génisses et les jeunes vaches charolaises de qualité bouchère, bien finies. Les tarifs sont nettement plus discutés pour les vaches de plus de 10 ans. Les échanges sont tardifs et plus sélectifs dans le domaine des réformes allaitantes de choix secondaire avec des tarifs revus à la baisse. La pénalisation est forte pour celles de conformation inférieure, manquant de poids et de finition. La baisse se poursuit pour les vaches frisonnes et normandes. Le commerce est un peu plus régulier en taureaux. En jeunes bovins, les transactions sont plus calmes avec des tarifs légèrement revus à la baisse dans les charolais. Les cours sont plus discutés également dans les blonds d’Aquitaine. (L.C). Amenés : non communiqués. Transactions lentes et plafonnement des prix. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,74-3,96-3,81 (=); U 3,35-3,70-3,51 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,20-4,47-4,34 (=); R 3,13-4,04-3,51 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,05-3,74-3,40 (-0,05). Amenés 920, dont 26 bœufs, 198 génisses, 537 vaches, 14 taureaux et 145 jeunes bovins. La présentation est moins importante, mais elle correspond sensiblement à une demande moins soutenue de la part des acheteurs présents. Les échanges demeurent fluides avec une bonne tenue des cours en bonnes femelles Blondes d’Aquitaine (lourdes), celles plus légères ou de conformation commune sont moins demandées. Peu de changement tarifaire pour les bonnes génisses et les jeunes vaches charolaises bien finies. La commercialisation reste en revanche sélective dans le domaine des réformes allaitantes de choix secondaire, avec une gamme tarifaire plus large entre les bonnes vaches viandées et celles de conformation inférieure, manquant de poids et de finition. Les tarifs restent orientés à la baisse pour les réformes laitières, mais la demande est peu régulière pour les taureaux. En jeunes bovins, les échanges sont un peu plus calmes avec des tarifs juste maintenus dans les races à viande. Légère baisse dans les laitiers. (L.C). Amenés : non communiqués. Commerce sélectif en réformes allaitantes. Au kg net : Jeunes bovins culards inc.; Blonds d’Aquitaine E 3,74-3,96-3,81 (=); U 3,35-3,70-3,51 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,57-4,80-4,62 (=); U 4,20-4,47-4,34 (=); R 3,13-4,04-3,51 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,37-4,65-4,45 (=); U 3,81-4,36-4,16 (=); R 3,13-3,74-3,45 (=).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
ANNE MARIE DENIS PRESIDENTE FRSEA
" Forger un syndicat régional moteur d’une agriculture multiple "
Rencontre avec l’Ornaise Anne-Marie Denis, présidente de la Fdsea 61 et désormais de la Frsea Normandie. Une femme de caractère,…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
La nouvelle équipe de JA 61
La restauration collective épluchée en AG
Vendredi 25 septembre, les Jeunes agriculteurs étaient réunis en assemblée générale à Montabard. La nouvelle équipe avait choisi…
Publicité