Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CHOLET - SEPTEMBRE 2009

Lundi 28 septembre Amenés 865, dont 25 bœufs, 181 génisses, 573 vaches, 11 taureaux et 75 jeunes bovins. L’activité commerciale est assez calme avec une présentation plus étoffée. Dans les Blondes d’Aquitaine et les Limousines, la commercialisation est hétérogène avec une gamme tarifaire très ouverte. Les femelles lourdes et très bien conformées se négocient normalement pour une clientèle ciblée. En revanche, dès que la qualité ou le poids ne sont plus là, la vente est beaucoup plus difficile. Dans les Charolaises de qualité bouchère, le commerce est lent avec des tarifs reconduits. le placement est un peu mieux suivi dans les vaches Frisonnes et Normandes. Dans les jeunes bovins, les apports sont moins importants et obligent les acheteurs à faire quelques concessions sur les prix. Amenés 865 - Ambiance asez calme. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,90-4,06-3,98 (=); U 3,35-3,81-3,58 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,85-4,27-4,12 (=) ; R 2,85-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,24-4,57-4,27 (=); U 3,70-4,20-3,96 (=); R 2,90-3,51-3,08 (+0,03). Lundi 21 septembre Amenés 773, dont 23 bœufs, 142 génisses, 462 vaches, 11 taureaux et 135 jeunes bovins. Face à la modestie des apports, l’activité commerciale est un peu plus régulière dans la marchandise de coupe. Les échanges demeurent assez calmes pour les Blondes d’Aquitaine, même si l’offre est moins importante que la semaine dernière. Dans les limousines et les Charolaises de qualité bouchère, la demande est réservée mais les tarifs pratiqués sont stables. Les transactions sont un peu plus régulières pour les réformes allaitantes de choix secondaire qui voient un léger redressement de leurs tarifs. Pas de changement en réformes laitières. Dans les jeunes bovins, le placement est régulier avec des cours facilement reconduits pour les charolais. Léger mieux pour les laitiers. Les tarifs se tiennent en Blonds d’Aquitaine de moins de un an. Amenés 773 - Légère détente pour les vaches de coupe. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,90-4,06-3,98 (=); U 3,35-3,81-3,58 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,85-4,27-4,12 (=) ; R 2,85-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,24-4,57-4,27 (=); U 3,63-4,20-3,96 (=); R 2,82-3,51-3,05 (=). Lundi 14 septembre Amenés 765, dont 16 bœufs, 157 génisses, 496 vaches, 10 taureaux et 86 jeunes bovins. L’activité commerciale est un peu moins dépressive, mais elle demeure néanmoins très calme. La réduction des apports atténue la pression des acheteurs et permet une certaine stabilisation des prix dans le domaine des femelles charolaises ainsi que pour les réformes allaitantes de choix secondaire. Les transactions sont en revanche assez tendus avec une offre suffisante pour les besoins en Blondes d’Aquitaine et Limousines. L’écart tarifaire entre les bonnes lourdes (bouchères) et celles plus communes, âgées ou manquant de poids est de plus en plus grand, avec un tri sévère. En réformes laitières les cours sont reconduits. La tendance est également à la stabilisation des prix pour les jeunes bovins, toutes catégories confondues. Stabilisation des prix. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,90-4,06-3,98 (=); U 3,35-3,81-3,58 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,85-4,27-4,12 (=) ; R 2,85-3,60-3,10 (=). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,24-4,57-4,27 (=); U 3,63-4,20-3,96 (=); R 2,82-3,51-3,05 (=). Lundi 7 septembre Amenés 813, dont 10 bœufs, 159 génisses, 531 vaches, 10 taureaux et 103 jeunes bovins. L’ambiance commerciale demeure dépressive, même si la réduction des apports a quelque peu atténué la dégradation des cours. La demande est ciblée sur des femelles Blondes d’Aquitaine de plus de 500 kg. Dans le reste de la gamme, la vente est laborieuse et les tarifs sont malmenés. En charolaises, mis à part quelques très bonnes génisses bouchères triées pour la cheville, les échanges sont de nouveau tendus avec des cours revus à la baisse pour les bonnes vaches charolaises, Limousines ou Rouge des prés. La vente est lente avec néanmoins une atténuation de la baisse en réformes allaitantes de choix secondaires(moins offertes). La pression reste soutenue sur les Frisonnes, les Normandes et les allaitantes bas de gamme avec un tri sévère sur la finition. En jeunes bovins, les acheteurs maintiennent la pression sur les charolais, les blonds lourds ou la marchandise commune. les très bons Blond d’Aquitaine restent stables. Déprime commerciale. (L.C.). Au kg net : Jeunes bovins Blonds d’Aquitaine E 3,90-4,06-3,98 (=); U 3,38-3,81-3,58 (=). Génisses Blondes d’Aquitaine E 4,34-4,57-4,42 (=) ; U 3,85-4,27-4,12 (=) ; R 2,88-3,60-3,10 (-0,03). Vaches Normandes R- 3 inc.; Blondes d’Aquitaine E 4,24-4,57-4,27 (=); U 3,63-4,20-3,96 (=); R 2,85-3,51-3,05 (-0,03).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité