Aller au contenu principal
Font Size

CIDRE COTENTIN : les producteurs développent leur notoriété à Paris

Les producteurs du Cotentin se sont déplacés à Paris pour organiser le 9e concours “Cidre Cotentin”. Une occasion de donner une nouvelle dynamique à ce produit en quête de notoriété.

© SB

Le 11 janvier dernier, cinq nouvelles médailles ont été attribuées lors du 9e concours de Cidre Cotentin qui, cette année, s’est déroulé à Paris, au restaurant Pomze, boulevard Haussmann. Un lieu ambassadeur de la pomme et des cidres de France, un des rares restaurants à proposer une carte des cidres. Et dans ce restaurant, à tous les étages, la pomme est présente. “C’est le fil conducteur de notre établissement”, assure le responsable de l’établissement, Daniel Dayan.
Pour le concours, trois salles du restaurant étaient réservées, accueillant ainsi journalistes, sommeliers, cavistes avec entre autres Philippe Cuq, caviste, Florence Andrieu, agent de communication pour caves et restaurants parisiens, Sébastien Demorand, journaliste à RTL, Christophe Saintagne, restaurateur, ex-chef du Meurice tenu par Alain Ducasse, Philippe Faure-Brac, meilleur sommelier du monde 1992.

Une véritable découverte
Treize cidres brut et extra brut ont été notés selon différents critères : la couleur, l’aspect, la typicité, la prise de mousse, la complexité et la qualité aromatique… “C’était une vraie découverte” indique Charlotte Lemonnier, acheteuse chez France Boissons. Un avis partagé par plus de 20 jurés puisqu’ils sont plutôt habitués à déguster des vins. Mais très rapidement, ils ont répondu favorablement à l’invitation de Dominique Hutin, journaliste et chroniqueur à France Inter “On va déguster”, et aux racines normandes, défenseur de la gastronomie normande et plus précisément des cidres artisanaux.

Un produit authentique
“Je me suis vite rendu compte qu’il y avait du sens à parler de cidre. Je voyais bien qu’il y avait un renouvellement de générations dans les exploitations, une effervescence” assure-t-il. Dominique Hutin n’a donc jamais lâché du regard ce produit. Il est l’un des fervents défenseurs aux côtés des producteurs. “On dit que la société a revu son comportement face à l’alcool. On dit que la société est en quête de vérité, qu’elle n’a plus le même pouvoir d’achat. Là, on a un produit avec un taux d’alcool faible, peu cher, authentique dans son expression artisanale, qui subit peu de traitement, non gazéifié, non pasteurisé”. Et le cidre Cotentin a tout simplement “la gueule de l’endroit où il est né : à la fois avec une identité maritime mais aussi avec une amertume élégante” explique le journaliste de France Inter. Cela en fait “un cidre à manger” aime dire Marie-Agnès Hérout, présidente du syndicat Cidre Cotentin.

Un jury professionnel
Si les producteurs de cidre sont montés à Paris pour ce 9e concours, c’est dans l’espoir d’acquérir encore plus de notoriété. “C’est un levier de promotion pour chaque producteur”, souligne Dominique Hutin. A terme, la valorisation permettra aux cidriers de mieux vivre de leur métier et aussi investir pour assurer la pérennité de leur produit.  En quelque sorte, ils se sont mis en danger face à des jurés qui ne connaissaient pas le produit. Mais le premier ressenti des producteurs est positif. D’une seule voix, ils reconnaissent “la capacité analytique” de chacun juré, aux profils pourtant totalement différents, et “l’approche rigoureuse” dont ils ont fait preuve. “On a eu un jury professionnel” conclut le groupe, reparti reboosté pour les prochaines étapes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
MLC AG
La revanche de la coop sur le grand export
Mardi 8 septembre, les Maîtres Laitiers du Cotentin étaient réunis en assemblée générale. La coopérative annonce la négociation…
Publicité