Aller au contenu principal

Maïs ensilage
Cinq règles d’or pour réussir son silo

La récolte du maïs fourrage est une étape essentielle pour obtenir un ensilage de qualité, appétant et riche en énergie. Choisir le bon stade de récolte, hacher le produit à la bonne dimension, confectionner un silo hermétiquement clos sont des opérations clé.

Le hachage a deux objectifs apparemment contradictoires : hacher fin pour faciliter le tassement du silo tout en laissant des brins assez longs pour la mastication des vaches.
Le hachage a deux objectifs apparemment contradictoires : hacher fin pour faciliter le tassement du silo tout en laissant des brins assez longs pour la mastication des vaches.
© S. Leitenberger

1Choisir la date de récolte en observant le remplissage des grains. Lorsque les conditions de cultures ont été “normales”, ce qui devrait être le cas en 2009, le stade optimal de récolte se situe à 32-33 % de matière sèche dans la plante entière. À ce stade, les trois amidons (laiteux, pâteux et vitreux) sont répartis en trois tiers dans les grains de la couronne centrale d’un épi.


2Maîtriser la finesse de hachage pour la conservation et la consommation. Le hachage a deux objectifs apparemment contradictoires : hacher fin pour faciliter le tassement du silo tout en laissant des brins assez longs pour la mastication des vaches. Les gros morceaux (>20 mm) sont indésirables car ils gênent le tassement et provoquent des refus à l’auge : il ne faut donc pas dépasser 1 % de gros morceaux (un gobelet pour un seau de 10 litres !). Pour les particules moyennes (entre 10 et 20 mm), il faut viser l’objectif de 10 % au moment de la distribution à l’auge. Moins il y en a, meilleur est le tassement et la conservation du silo, surtout si la teneur en MS du maïs dépasse 35 %. Attention enfin de se rappeler que les dessileuses et mélangeuses réduisent la taille des particules : l’ensilage de maïs peut perdre, en 5 minutes de mélange, un tiers de ses particules moyennes. L’attaque des grains est à adapter à la maturité. L’amidon vitreux des maïs à plus de 32 % de MS a besoin d’être fractionné pour que sa digestion soit optimisée: c’est le rôle des éclateurs de grains disponibles sur la plupart des ensileuses.

3Prévoir un avancement suffisamment rapide du front d’attaque du silo. Dans le silo de maïs fourrage, les pertes interviennent surtout au front d’attaque, pendant l’utilisation de l’ensilage. Une des conditions à respecter pour éviter les échauffements consiste à avancer le front du silo plus vite que la reprise des fermentations. On retient généralement les valeurs minimales suivantes d’avancement du front d’attaque : 10 cm par jour en moyenne en hiver, 20 cm par jour en moyenne en été.

4Éviter la présence de terre dans le silo. La terre apportée par les roues des tracteurs et des remorques est une source de spores butyriques qui mettent en péril la bonne conservation du silo. Pour éviter ce risque, préférer les silos sur sol bétonné et les zones de circulation proches du silo en terrain stabilisé.

5Tasser pour enfermer le moins d’air possible dans le silo. Le processus de fermentation qui aboutit à la stabilisation du fourrage se fait en milieu anaérobie. C’est pourquoi il est important de chasser le maximum d’air du silo par un tassement efficace. Avec l’évolution vers des ensileuses de très grand débit, le tracteur tasseur n’a plus le temps d’effectuer un travail correct, surtout en cas de taux de MS élevé. Dans ce cas, il faut revoir la cohérence du chantier, soit par un retour à une machine moins performante, soit par la confection simultanée de deux silos avec deux tracteurs tasseurs. L’absence d’oxygène est nécessaire pour que les fermentations se déroulent bien; le renouvellement de l’oxygène relance les échauffements… Le jour de la récolte, la fermeture du silo doit donc être le plus hermétique possible, grâce à une bâche plastique, bien posée et bien protégée.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
COOP LIN VILLONS LES BUISSONS
La Coop lin de Villons-les-Buissons compte sur deux nouvelles lignes de teillage
Désormais propriétaire des locaux de l’ex Agire (Centre d’Insémination artificielle) à Saint-Manvieu-Norrey, la coop lin de…
Publicité