Aller au contenu principal

Claire Lequeux (conseillère en productions végétales à la Cran ) : le point sur les cultures post betteraves

La sucrerie de Cagny a fermé ses portes. Les dernières betteraves sont arrachées depuis peu dans le Calvados et dans l’Orne. Que mettre à la place ? Que peut-on semer fin janvier ?

© JP

>> Quelle culture remplace agronomiquement la betterave ?
Aucune. La betterave est une culture supplémentaire dans une rotation. Sur l’aspect racinaire, c’est une plante pivot qui permet un travail du sol. Sur l’aspect salissement, des herbicides différents des autres cultures sont appliqués. Cela permet de diversifier la matière active de traitement. Mais aussi d’espacer les cycles des ray gras et vulpins, problématiques chez nous. Les cultivateurs vont semer du maïs, de la féverole, des pois ou du tournesol, mais leur marge ne sera pas équivalente.

>> Et sur l’aspect économique justement ?
La betterave est une culture avec une marge suffisante, qui demande peu d’application de produits phytosanitaires, hors herbicides.
Elle a de bons rendements et était bien payée. Le lin, il y a quelques années, était plus faible mais les prix tendent à augmenter selon les années.

>> Quid des céréales, des endives ou du soja ?
Des exploitants tendent vers des orges de printemps mais les cours ne sont pas idéaux cette année. Certains vont tester. Pour les endives, c’est une bonne question. Le problème auquel les agriculteurs devront faire face risque d’être celui du matériel. Enfin, sur le soja, Certains agriculteurs ont déjà essayé, mais il existe peu de débouchés. D’autres vont surement tenter cette année.

>> Il y a aussi la problématique de la date : certaines parcelles viennent seulement d’être arrachées. Que sème-t-on fin janvier ?
Des variétés tardives de blé, adaptées au printemps. Certains agriculteurs vont implanter des variétés d’automne mais il existe un risque au moment de la levée. Si l’exploitant a les variétés en stock, je conseille de les écouler. S’il n’a rien prévu, alors une orge de printemps ou un blé de printemps sont conseillés. Attention à semer dans de bonnes conditions, dans un sol qui n’est pas gorgé d’eau. Il existe aussi les cultures plus tardives, qui se sèment au printemps, en même temps que la betterave ou le lin, comme l’avoine de printemps.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
COOPERATIVE CREULLY ESSAI CULTURE POMMES DE TERRE
La Coop de Creully plante le cadre des pommes de terre industrielles
La Coopérative de Creully teste avec une vingtaine d’agriculteurs la production de pommes de terre industrielles. Près de 150 ha…
Publicité