Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

CLEPS Ouest : les producteurs montent le volume

L'Organisation de Producteurs CLEPS Ouest s'est réunie en assemblée générale, vendredi dernier à Saint-James. L'OP, via Sunlait, mène plusieurs projets en parallèle. Elle renégocie actuellement son contrat-cadre et s'interroge sur la gestion des volumes. Pour mieux cerner les attentes des adhérents, une enquête a été menée auprès

lll Pour que sa voix soit mieux entendue par Savencia, CLEPS Ouest a donné la parole à ses adhérents. D'abord, ils ont voté le déclenchement du dispositif « sous-réalisateur » à 85 %. Ce seuil permet de reverser les volumes non réalisés à la réserve.  Mais, la participation des producteurs passe par un échange plus direct. Ils ont donc été enquêtés. « Nous ne voulons pas leur proposer des choses toutes faites, issues d'un conseil d'administration ! Nous avons 700 adhérents qui ont tous un avis et des idées. Avec cette enquête, nous souhaitons connaître la volonté des producteurs et faire participer les adhérents. », souligne Denis Berrenger, président de l'OP. Les exploitants ont donc été interrogés sur les questions de volumes, de prix, de communication ou de conception du nouveau contrat.

Une volatilité rejetée
L'enquête montre des profils dynamiques. « Clairement, nos producteurs croient encore au lait demain. Ils ont toujours des projets même s'ils ont une forte demande de revalorisation de prix ». Les producteurs ont actuellement des difficultés à comprendre le fonctionnement du contrat. Ils sont, en revanche, assez nombreux à observer les indicateurs de marché. Les éleveurs craignent aussi la volatilité de leur paye de lait.

Plus de transparence
Dans le cadre de la loi Sapin 2, l'OP renégocie son contrat-cadre. Elle tente de transcrire au mieux les attentes de ses adhérents. Le but est de coller davantage au marché de l'entreprise. Concrètement, les producteurs veulent intégrer le mix produit et une valorisation fromagère pour les indicateurs de prix. «On veut plus de transparence», résument-ils.
Les adhérents de l'OP estiment également que la marge réelle des producteurs doit influencer le prix du lait. «Si on considère que nous sommes dans un tunnel acceptable de prix, par rapport aux indicateurs du marché, le prix ne serait pas impacté. En période de crise, on augmenterait la valorisation pour que nous obtenions une marge satisfaisante. A l'inverse si les cours flambent, nous acceptons de diminuer le prix du lait pour rester compétitif. Aujourd'hui, le mode de calcul n'est pas réactif, nous voulons donc travailler sur des indicateurs au mois le mois. Nous pourrions avoir des évolutions mensuelles qui suivraient le marché. Le sentiment d'un producteur d'être dans le juste prix dépend de sa marge », détaille Denis Berrenger.  L'OP espère donc que les calculs seront moins nébuleux à l'avenir.

Du volume demandé
Autre résultat de l'enquête, les producteurs demandent du volume. Pour les deux ans à venir, ils sont 54 % à vouloir augmenter leur production. Ils sont encore 25 % à le souhaiter d'ici 5 ans. Dans 10 ans, les adhérents de l'OP pourraient produire 15,5 millions de litres de lait supplémentaires. Proposer des volumes à d'autres entreprises est une piste avancée par l'assemblée. Elle est reprise par les représentants de l'OP : « nous n'avons pas de contrat d'exclusivité. Nous pouvons discuter avec d'autres transformateurs. Si on tire les prix vers le haut, peu importe où va notre lait. C'est un chantier qui demande du temps ».

Communication via Sunlait
CLEPS Ouest a adhéré à Sunlait. Cette Association des Organisations de Producteurs de lait livre Savencia et regroupe 12 OP. Sunlait organise la négociation avec Savencia. Mais l'organisation joue aussi la carte de la communication.- « Les consommateurs doivent suivre ce que fait Sunlait. Nous essayons d'avoir une grosse communication externe. Nous voulons des consomm'acteurs », résume Denis Berrenger. Sunlait a, par exemple, parodié une publicité de la marque Elle&Vire (visible sur youtube). Elle a ainsi rappelé que les vaches sont à l'herbe parce que des éleveurs s'en occupent. Actuellement, l'organisation a lancé une pétition. Elle invite les clients de l'entreprise Savencia à la signer. Objectif : être « payés à un prix décent pour la reconnaissance de notre travail. 35 centimes par litre de lait (prix de base), nous permettraient aujourd'hui de couvrir nos coûts de production et de percevoir un salaire minimum chaque mois ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
MARC BUON ET SA FILLE JULIE
Marc revit et fait sa rééducation en allant voir ses vaches
Agriculteur à Loucelles, ancien président de la FDSEA du Calvados et ancien vice-président de la Safer Normandie, Marc Buon est…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité