Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cœur de Normandy : une marque collective de producteurs

Un lait produit, transformé et conditionné en Normandie, tel est le contenu de la nouvelle brique Cœur de Normandy. Cette marque collective d’éleveurs de la Manche sera lancée le 8 septembre dans le cadre de la foire de Lessay.

© SB

llll Les premières briques Cœur de Normandy feront leur apparition le 8 septembre dans les allées de la foire de Lessay. Ce sera le coup d’envoi officiel d’une nouvelle marque collective de producteurs de la Manche, appelée Cœur de Normandy. 
Dans cette brique, se trouve ainsi un lait de consommation demi-écrémé. Sans aucun doute, c’est un lait produit, élaboré et conditionné en Normandie. « Notre objectif est de créer notre propre marque, une marque qui appartienne aux producteurs » explique Ludovic Blin, vice-président de la FDSEA de la Manche, en charge de la section lait. Et avec cette brique, les éleveurs manchois partent à la conquête de la valeur ajoutée auprès des consommateurs. Ces derniers se montrant favorables à un produit territoire. « Nous ne voulons pas non plus que d’autres maillons de la chaîne surfent sur l’image de notre territoire, un territoire qui est façonné par nous, éleveurs » poursuit le responsable syndical. Cœur de Normandy apparaît donc comme « la solution de développement économique permettant une revalorisation des produits agricoles » complète Ludovic Blin.

Un partenariat gagnant/gagnant
Cette nouvelle brique ne passera pas inaperçue dans les linéaires des grandes surfaces (Carrefour et Intermarché pour commencer). Sur un emballage blanc, le Mont-Saint-Michel et les léopards de la Normandy sont ancrés dans un cœur à moitié bleu, à moitié rouge. Quelques bruns d’herbe font référence à l’alimentation des vaches de Normandie, avec comme slogan « Choisir nos produits,  c’est soutenir notre revenu ». Clairement, l’achat des briques se veut être un acte « solidaire des éleveurs ». Avec le consommateur, les producteurs veulent créer un partenariat gagnant/gagnant, un contrat de commerce équitable.

Une référence à l’Histoire
En choisissant délibérément d’écrire Normandy avec un « y », les producteurs font référence à l’Histoire. « Les soldats qui ont débarqué en 1944 l’écrivaient ainsi ». L’Histoire fait que la Normandie est la région de France la plus connue dans le Monde. Ecrire Normandy avec un « y » démontre aussi une ouverture vers l’Europe et les marchés hors Etats-Unis. Ce Cœur de Normandy confirme que les produits avec une identification forte à un territoire sont modernes et son des atouts.

Protégé
Cette marque Cœur de Normandy, les éleveurs ont voulu la protéger. La marque a ainsi été déposée à l’INPI (Institut national de la propriété industrielle) en avril 2016. Mais pas seulement. Les producteurs ont voulu protéger le nom à l’échelle européenne, sur un vaste ensemble de produits dans la perspective d’élargir la gamme (produits laitiers, légumes, viandes, plats préparés, plantes, fleurs, produits de la mer…). En échange d’un prix acceptable, la marque garantira l’origine et la qualité des conditions de production.
A vos caddies ! Les producteurs seront dans des grandes surfaces afin d’échanger avec les consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
Publicité