Aller au contenu principal

Collaborer ensemble au profit de la Normandie

C’est au Mont-Saint-Michel que le G5 normand s’est réuni. Un symbole fort pour les cinq présidents de conseils départementaux de Normandie sur leur volonté de travailler ensemble.

La troisième rencontre des présidents de départements s’est déroulée au Mont-Saint-Michel en présence de Sébastien Lecornu (Eure), Alain Lambert (Orne), Philippe Bas (Manche), Jean-Léonce Dupont (Calvados) et Pascal Martin (Seine-Maritime).
La troisième rencontre des présidents de départements s’est déroulée au Mont-Saint-Michel en présence de Sébastien Lecornu (Eure), Alain Lambert (Orne), Philippe Bas (Manche), Jean-Léonce Dupont (Calvados) et Pascal Martin (Seine-Maritime).
© david Daguier

Depuis leur élection respective à la tête du conseil départemental, les présidents, Jean-Léonce Dupont (Calvados), Sébastien Lecornu (Eure), Philippe Bas (Manche), Alain Lambert (Orne) et Pascal Martin (Seine-Maritime) ont manifesté leur souhait de collaborer ensemble au profit de la Normandie. Après Caen et Giverny, c’est au Mont-Saint-Michel que cette rencontre s’est déroulée. “C’est un honneur et un bonheur de recevoir mes collègues dans ce lieu emblématique de la Manche” confie Philippe Bas, qui au nom de ses collègues affirme “ne pas manquer d’ambition : nous nous sommes appelés le G5 de Normandie”. Mais lors de la prochaine rencontre, ils espèrent tous être 6 avec le président de région, et plus particulièrement leur candidat, Hervé Morin. Dès le mois de mai, Sébastien Lecornu avait affirmé haut et fort soutenir le maire d’Epaignes (27).

Les départements en danger
Mais pour le moment, ils travaillent à cinq. “Nous avons eu une réunion très féconde” assure Philippe Bas. Une réunion au cours de laquelle ils ont réaffirmé le point d’ancrage des départements dans la vie publique locale. C’est le seul échelon qui n’a pas bougé par rapport aux régions et aux communes nouvelles ou EPCI (Etablissement public de coopération intercommunal). Pour autant, ils tirent la sonnette d’alarme auprès de l’Etat déplorant la réduction de leur marge de manœuvre. “La situation financière des départements est difficile. Or, nous voulons conserver nos investissements” martèle le président de la Manche. Un avis appuyé par Pascal Martin de Seine-Maritime. “Nous sommes en grave danger. Nous avons beaucoup de mal à assumer le cœur de notre métier”. Ils veulent parler des politiques de solidarités “mises en péril” selon Jean-Léonce Dupont, et plus particulièrement le RSA (Revenu de solidarité active). Sans oublier la CVAE (Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises) que l’Etat prévoit reverser à 50 % aux régions, ces dernières ayant la compétence économique.

Un courrier au Premier ministre
Alors, ils vont ensemble adresser un courrier au premier ministre et faire une proposition de loi pour avoir plus de stabilité dans les départements. “Nous pensons qu’il faut par exemple laisser plus de temps aux EPCI de se mettre en place, et non laisser les préfets passer en force. Ce sont les élus qui doivent décider et prendre la main sur leur avenir” note Philippe Bas. Par ailleurs, ils vont demander une compension exacte pour le RSA. “Nous ne savons plus comment équilibrer nos budgets” déplore-t-il.

Passer de 5 à 6
Le G5 de Normandie pourrait s’étendre à 6. Ils envisagent au lendemain des élections régionales accueillir le nouveau président parce que “nous préconisons une gouvernance souple mais continue avec la Région” expliquent les élus départementaux. “Nous voudrions qu’il y ait une forte articulation entre les départements et la Région”, sachant que l’investissement des cinq départements représente 58 % et celui de la région 42 %. Tout ceci pour prôner une nouvelle façon de collaborer. Mais ils se sont promis également de se soutenir sur des projets importants ayant un impact de développement sur chaque département. C’est le cas bien sûr pour le Mont-Saint-Michel mais aussi le numérique dans la Manche ou dans l’Orne, l’amélioration des infrastructures et des systèmes de transport, le tourisme, la filière équine, les énergies marines renouvelables…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité