Aller au contenu principal

Philippe MARIE , producteur de lait et membre de la FDSEA du Calvados
Comme si on n’avait pas déjà assez donné !

Amertume après la prise de position de la FNIL sur le dossier laut.

L’heure est grave, car l’accord du 3 Juin est en passe de ne même plus être respecté. Saurons nous nous rassembler pour faire front et éviter cet échec, j’ose encore y croire.
L’heure est grave, car l’accord du 3 Juin est en passe de ne même plus être respecté. Saurons nous nous rassembler pour faire front et éviter cet échec, j’ose encore y croire.
© DR

“Après la chute du prix du lait que nous subissons depuis un an et une baisse de 54 % de notre revenu, la remontée des prix est une nécessité pour les producteurs de lait.
Les coopératives laitières l’ont bien compris en validant les propositions de la FNPL pour le 2e trimestre.
Provocation, il n’y a pas d’autre qualificatif quand certains industriels privés nous expliquent que nous allons devoir nous sacrifier encore pour sauver la balance commerciale française et le développement économique des territoires français. L’argument est léger, sauver les territoires en ruinant ses principaux acteurs que sont les agriculteurs; curieux paradoxe !
Attitude d’autant plus inacceptable que les conclusions de l’observatoire des marges de l’été dernier ont montré que les industriels n’étaient pas en reste quant à la répartition de la valeur ajoutée des produits agroalimentaires.
Il suffit enfin de regarder comment certaines entreprises ont pu se redresser en 2009 avec la baisse du prix du lait pour se convaincre que le seul problème de compétitivité avec l’Allemagne ne suffit pas à justifier la position des industriels privés. A moins qu’ils ne profitent de la division actuelle au sein des producteurs pour manœuvrer de manière plus osée dans les négociations. L’heure est grave, car l’accord du 3 Juin est en passe de ne même plus être respecté. Saurons nous nous rassembler pour faire front et éviter cet échec, j’ose encore y croire.”

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité