Aller au contenu principal

Féverole
Comment maîtriser les pucerons noirs

Le puceron noir de la fève sur féverole, Aphis fabae, est le ravageur majeur de la culture pour la perte de rendement qu’il provoque, jusqu’à -12 q/ha (pertes mesurées dans des essais).

Son développement est parfois si important qu’il couvre par ses centaines, voire milliers d’individus les extrémités des plantes (tiges, fleurs, feuilles) formant des “manchons noirs” cachant totalement le végétal. Le puceron noir reste cependant moins nuisible sur féverole que le puceron vert sur pois. Son développement est plus lent. Il a également tendance à privilégier certains pieds de féverole contrairement au puceron vert qui a une répartition beaucoup plus homogène dans les parcelles de pois.

Un plus : arrivée du Pirimor G sur féverole
Depuis mars 2009, le Pirimor G est autorisé et distribué en France par Certis (encadré). Cet insecticide bien connu pour sa spécificité sur les pucerons apporte 375 g/ha de pyrimicarbe à 0.75 kg/ha.
En cas d’utilisation du Pirimor G (2 applications maxi), il convient de respecter autant que faire se peut  le seuil de traitement établi par Arvalis, soit 20 % de tiges avec des manchons de pucerons.
A ce seuil, les pucerons sont bien installés (pas de nouvelles arrivées) et en phase de croissance de la population. Les adultes de coccinelles ont terminé leur prospection et ont laissé la place à leurs œufs ; ces derniers ne sont pas affectés par les insecticides, permettant une forte activité larvaire ultérieure. Dans ces conditions, un seul traitement est suffisant.
Le Karaté K, (1 application maxi), est une association de pyrimicarbe, associé à une pyréthrinoïde, la lambda-cyhalothrine. Il apporte 125 g/ha de pyrimicarbe à 1.25 l/ha. Avec ce produit, le seuil d’intervention est de 10 % de tiges portant des manchons de pucerons.
Rappelons la “définition d’un manchon de pucerons noirs”, ce sont des pucerons accolés, au minimum 10-20 pucerons formant respectivement une plaque de l’ordre de 0,25 à 0,5 cm2, localisés presque exclusivement à l’extrémité d’une tige. Les pucerons se multipliant, le manchon peut recouvrir une grande partie du végétal.
Le marché à l’export pour une utilisation des graines de féverole en alimentation humaine impose une lutte ciblée contre la bruche. 2 applications sont le plus souvent recommandées avec l’association Karaté Xpress + Talstar Flo, la plus efficace contre cet insecte. Ces traitements ont une action sur les pucerons et dans de nombreuses situations seront suffisantes mais ils ne dispensent pas d’observer les parcelles pour suivre l’évolution des populations.
En résumé : seuil d’intervention pucerons noirs :
- avec Pirimor G : 20 % des plantes ont des manchons de pucerons ;
- avec Karaté K et autres insecticides autorisés : 10 % des plantes avec manchons.

Les auxiliaires, des alliés à ne pas négliger
Si les pucerons noirs peuvent arriver précocement sur la féverole avant le début de la floraison, ils restent en petit nombre et insérés dans le bourgeon terminal. Il est nécessaire d'écarter les feuilles et les fleurs du bourgeon pour les repérer.
Pendant la phase d'arrivée des pucerons, le nombre de tiges infestées reste faible avec des manchons de petite taille. Par contre, les adultes de coccinelles à 7 points sont déjà en quantité importante (phase de prospection) et on peut supposer qu'ils ralentissent le développement de ces premiers pucerons.
La forte croissance des pucerons intervient lorsque les plantes portent déjà les premiers étages de gousses bien développées.
La phase explosive apparaît relativement courte, de l'ordre de 15 jours ; elle expliquerait en partie aussi la nuisibilité moyenne du puceron noir sur le rendement.
Les pollinisateurs sont actifs dès les premières fleurs et sont beaucoup moins touchés par un traitement déclenché à 10-20 % de manchons plutôt qu'à un traitement trop précoce, en présence de 1-5 % de manchons.

Nouvel usage pour le Pirimor G
Pirimor G - Certis.
Composition : pyrimicarbe 50 %.
Famille chimique : carbamates.
Usages :
- pois : puceron noir, puceron vert ;
- féverole : puceron noir (nouvel usage depuis mars 2009) - 2 applications max.
Classement toxicologique : T (nouveau classement).
dangereux pour l’environnement.
Formulation : WG - granulé dispersable.
Dose homologuée : 0.75 kg/ha.
Bonne efficacité sur puceron vert à la dose de 0.5 kg/ha. (Cette dose réduite d’application n’a pas encore été testée sur puceron noir).
Mode d’action :
- action au niveau de la plante : contact et pénétration au niveau foliaire ;
- voie de pénétration dans l’insecte : contact  inhalation.
Délai avant récolte : 14 jours.
Zone non traitée : 5 m.
Délai de rentrée : 24 h.
Phrases de risques : R20 R25 R36 R50/53.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler près de Sées
Mercredi 21 avril 2021, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds, dans l'Orne, est…
L'abattoir ex-AIM renaît et abatterait jusqu’à 66 000 T de porc par an
L’avenir du site de l’abattoir de Sainte-Cécile s’écrit avec la Boucherie Saint-Michel, créée par Virginie Allaire-Arrivé et…
Inquiétude dans le Bessin après l’annonce d’un septième cas de tuberculose bovine
Les éleveurs du Bessin ont été invités à une réunion d’information sur la tuberculose bovine après la découverte d’un cas en…
BLAIREAU
Tuberculose bovine : la préfète signe l’arrêté de régulation des blaireaux
Mercredi 7 avril 2021, la préfète de l’Orne Françoise Tahéri a signé l’arrêté ordonnant les prélèvements de blaireaux dans les…
Un jeune agriculteur décède dans l’incendie d’un poulailler à Belfonds
Mercredi 21 avril, le feu s’est déclenché dans un bâtiment de volailles. L’éleveur, installé à Belfonds (61), est décédé…
Publicité