Aller au contenu principal

Elevage
Comment optimiser la qualité du bouclage des bovins ?

Des bonnes pratiques de bouclage et de notification des mouvements, gages de sérénité pour l'eleveur.

En mettant en œuvre quelques bonnes pratiques et de la rigueur dans le suivi de l'identification des bovins, les éleveurs s'évitent d'éventuelles pénalités financières sur les aides PAC ou les risques de rupture de traçabilité pour un de leurs bovins. La qualité de l’identification en élevage passe par deux éléments essentiels : de bonnes pratiques de bouclage et de rebouclage des animaux et la notification des mouvements dans un délai de 7 jours maximum.

Optimiser la qualité du bouclage

La bonne tenue des boucles passe avant tout par l’utilisation d’un matériel de pose adapté sans oublier de désinfecter régulièrement la pince et le pointeau.Bien positionner et respecter le sens de la boucle contribuerontà limiter le taux de chute. Poser la boucle au 2/3 de l’oreille vers l’intérieur, grande plaquette devant.Pour le bouclage des veaux : le service identification alerte l’éleveur dès que son stock de boucles a atteint un seuil lui permettant de couvrir ses besoins durant la période de fabrication de sa nouvelle commande, estimée à environ 3 semaines.Attention : en fonction de la fréquence des vêlages durant cette période, il se peut que son stock disponible ne soit pas adapté.Pour ne pas être pris au dépourvu, l’éleveur retourne sa commande de boucles au plus vite. La quantité de boucles commandée doit correspondre à ses besoins pour une année. Il communique également les numéros de boucles en sa possession,  rendues inutilisables, perdues, détériorées ou autres…Par ailleurs, une surveillance régulière de la présence des deux boucles sur chacun de ses animaux évite des ruptures de traçabilité, qui entraînent la mise en œuvre d’investigations supplémentaires et coûteuses pour la remise en conformité de ses animaux et (ou) des pénalités pour perte de boucles lors des contrôles de l’administration. Le délai de mise à disposition des boucles de rebouclage est de 72 h. L’éleveur pose ces boucles à réception, ainsi il évite là encore tout risque de perte de traçabilité.Rappel : lors d’une transaction, vente ou achat, y compris à destination d’un abattoir, l’animal doit porter ses deux boucles. Un bon d’enlèvement qui atteste de la conformité de son animal au regard des exigences réglementaires en matière d’identification est signé. Une vérification de la  cohérence des boucles avec le passeport est réalisée à chaque départ ou arrivée d’un bovin.

Mouvements d’animaux

La notification régulière des mouvements d’animaux (naissances, achats, ventes et morts) permet la mise à jour permanente de l’inventaire.Afin de ne pas en oublier et aussi pour respecter le délai réglementaire l’éleveur notifie à son service identification, les mouvements d’animaux au plus tard dans les 7 jours qui suivent la date de l’évènement et  évite ainsi des pénalités pour notifications hors délai.Ces pénalités peuvent atteindre rapidement 1 % des aides.Deux supports de communication sont mis à la disposition : internet ou le document de notification papier  envoyé par la poste.La notification par internet est plus rapide (pas de délais postaux) et plus fiable. Les contrôles réalisés en temps réels lors de la saisie des données en améliorent la qualité et réduisent les coûts de l’identification.En Normandie, près de 70 % des mouvements d’animaux sont notifiés par internet.La notification papier peut générer plus d’anomalies : absence d’information, documents illisibles, erreurs d’interprétation lors de la saisie sont autant de causes de retour des documents entraînant ainsi des coûts supplémentaires et un allongement des délais de prise en compte des notifications.Quel que soit le support utilisé les informations indiquées ci-dessous sont obligatoirement renseignées : voir ci-dessous.

Les documents d’identification contribuent à la traçabilité des animaux

La vérification de ces documents dès réception permet de détecter rapidement toute anomalie ou tout oubli :- à réception des passeports l’éleveur contrôle l’exactitude des informations éditées, colle l’attestation sanitaire sur le passeport et classe les documents ;- chaque année le service identification envoie un livre des bovins qui permet de vérifier rapidement que les informations éditées sont cohérentes avec le cheptel présent et de signaler tout écart au service identification pour correction. Le contrôle régulier de l'inventaire sur internet permet également de détecter d'éventuelles incohérences.Le classement régulier de tous ces documents dans un lieu unique facilite ensuite le suivi.Les témoignages d’éleveurs montrent que les meilleurs résultats d’identification sont obtenus quand les activités sont conduites de façon régulière et organisée.
Pour plus d’informations n’hésitez pas à contacter votre service identification.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

KATRINE LECORNU - MARQUE GRAND FERMAGE - AGRIAL
Marque Grand Fermage : « on veut donner une image crédible et vraie de notre profession »
Katrine Lecornu est éleveuse à Nonant, dans le Bessin (14). Depuis deux ans, elle travaille avec l’équipe marketing d’Agrial sur…
Blandine Julienne, JA 61
Blandine Julienne : " J’aime gérer le relationnel et le terrain "
Blandine Julienne est installée en lait et cultures avec son conjoint Vivien à Bizou, dans le secteur de Longy-au-Perche. D’une…
VIDEO La Jaguar 990 TT Claas se démène dans la Manche
Le concessionnaire SM3 Claas a fait venir l’ensileuse 990 terra trac pour une démonstration dans la Manche. Venue d’Allemagne, la…
JULIEN DENORMANDIE
Julien Denormandie : « Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens »
« Dire que l’agriculteur se moque de l’environnement, c’est un non-sens », souligne le ministre de l’Agriculture avant d’ajouter…
Jennifer Morin, agricultrice
Jennifer Morin, « mieux vaut avoir le caractère bien trempé »
À Larchamp, commune nouvelle de Tinchebray-Bocage (61), Jennifer Morin est installée avec son mari en lait. Non issue du milieu…
Frédéric Bellanger, Orne
Chez Frédéric Bellanger, le bonheur est dans l’herbe
Pour Frédéric Bellanger, producteur de viande bovine à La Boursillière à Moutiers-au-Perche (61), le bonheur est dans le pré :…
Publicité