Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Prix du lait
Comment savoir ce qui peut être attendu ?

Depuis plusieurs mois, l’opacité sur la détermination du prix du lait est de rigueur. Certaines entreprises mettent en place leurs propres règles, d’autres continuent à suivre les indicateurs économiques publiés par le CNIEL chaque mois. Afin de comprendre la mécanique de prix attendu, un focus sur les indicateurs économiques est réalisé ci-dessous.

© TG

Quels sont les différents indicateurs économiques et comment peut-on les utiliser ?
Au début de chaque trimestre, l’indicateur F1 paraît en pourcentage, celui-ci peut s’appliquer sur le prix moyen national de 2012 (soit environ 315,76 €/1000l). Il paraît aussi chaque trimestre le prix de vente du beurre et de la poudre en équivalent lait du trimestre précédent.
Par exemple pour le troisième trimestre 2013, le F1 est de +6,5% et le prix de vente du beurre et de la poudre en équivalent lait du trimestre précédent est de 359,54 €/1000l.

Indicateurs de compétitivité
Chaque mois sont publiés les indicateurs de compétitivité France-Allemagne. L’un compare les prix Français et Allemand au mois le mois et l’autre compare les prix Français et Allemand sur une année. La comparaison des prix Français et Allemand pour un mois donné, est basée sur les données antérieures de 3 mois de celui-ci, ce qui entraine une évolution du prix du lait Français plus tardif que celui du prix Allemand, à la hausse comme à la baisse. Ainsi, pour analyser l’effet de la compétitivité en septembre, il faut comparer le prix Français de juin (saisonalisé) qui est de 350,18 €/1000l et le prix Allemand de juin qui est de 356,91 €/1000l. Après dessaisonalisation du prix Français de juin et comparaison avec le prix Allemand, l’effet attendu pourrait être positif d’environ 8  €/1000l. Ensuite, il faut comparer le prix du lait Français moyen de juillet 2012 à juin 2013 qui est de 318,53 €/1000l et le prix Allemand moyen de juillet 2012 à juin 2013 qui est de 323,01 €/1000l. L’effet attendu pourrait être nul. A tout cela s’ajoute la saisonnalité, qui pour septembre pourrait être aux environs des 30 €/1000l. Le prix de vente du beurre et de la poudre en équivalent lait des 5 dernières semaines, ainsi que le ratio coût d’alimentation sur prix du lait sont également fournis, mais pas utilisés pour connaître le prix attendu. Pour septembre, le prix du lait attendu pourrait être aux environs des 369 €/1000l selon les indicateurs. A cela peut s’ajouter la flexibilité qui varie selon le mix-produit des entreprises.
Quels sont les perspectives de prix pour le dernier trimestre 2013 ?
Compte-tenu des dernières données disponibles concernant les cours des produits laitiers, rien ne laisse présager pour l’instant un revirement de tendance. Le prix du lait devrait donc confirmer la tendance observée depuis le début 2013 et atteindre au quatrième trimestre 2013 des niveaux supérieurs au dernier trimestre 2012.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité