Aller au contenu principal

Environnement
Composter le fumier de cheval, c’est possible

Le compostage du fumier de cheval est une alternative à son exportation chez des tiers. Il fournit un fertilisant utilisable sur prairies sans affecter la consommation de l’herbe par les chevaux.

Un problème d’évacuation
Ecouler son fumier de cheval est un problème pour de nom-breux élevages et centres équestres car la demande des champignonnières est en forte baisse et les agriculteurs voisins sont peu intéressés par des fumiers souvent trop pailleux. Par ailleurs, les surfaces épandables de ces élevages sont souvent restreintes et le fumier de cheval très pailleux est un produit peu adapté à l’épandage sur prairies.

Des essais réalisés à la Jumenterie du Pin
Ayant constaté également que les éleveurs de chevaux se débarrassaient de leur fumier puis achetaient des engrais pour fertiliser leurs prairies, les Haras nationaux en partenariat avec la Chambre d’agriculture de l’Orne ont mené une étude sur le compostage du fumier de cheval.
Des essais de compostage de différents produits (fumiers pailleux de boxes, fumiers de stabulations, mélanges avec des fumiers de bovins ou avec des tontes de pelouse) ont été réalisés depuis 2004. Les produits obtenus ont ensuite été réutilisés sur les prairies du Haras.

Principe et intérêts du compostage
Le compostage consiste à aérer de la matière organique contenant un peu d’eau et d’azote pour en accélérer l’évolution. La dégradation est réalisée par des micro-organismes. Elle permet d’obtenir un produit plus stable et hygiénisé. Les intérêts du compostage sont :
- de réduire le volume de fumier de 50 % et donc de faciliter l’épandage ;
- d’hygiéniser le fumier par la montée en température (destruction des parasites et graines d’adventices) ;
- de le stabiliser (ce qui limite le lessivage après épandage) ;
- de le désodoriser.

L’hygiénisation du fumier
Le compostage comprend une phase thermophile au cours de laquelle la température au sein du tas s’élève au dessus de 50 °C. C’est cette élévation de température qui va permettre la destruction des graines d’adventices, des virus, bactéries et parasites. Le maintien de la température au dessus de 50 °C pendant 6 semaines est nécessaire à une hygiénisation satisfaisante (D’après Bigot, Bourneau, Legeas, 1997).
Les essais réalisés à la Jumenterie n’ont jusqu’ici pas permis de mettre en évidence la destruction de l’ensemble des parasites car les fumiers à composter en étaient indemnes. L’étude se poursuit donc, avec des essais en laboratoire cet automne, pour reproduire les conditions du processus de compostage et vérifier la destruction de Rhodococcus et des principaux parasites du cheval.

Le fumier idéal
Les essais réalisés à la Jumenterie ont montré qu’un fumier pailleux de boxes ne se composte pas. Le fumier idéal est un fumier de stabulation riche en matière organique (C/N = 25-30 et 35 à 45 % de MS). Pour savoir si le taux d’humidité d’un fumier est convenable, le ‘test à la main’ peut-être pratiqué : prendre une poignée de fumier et la serrer, l’eau ne doit pas couler et en desserrant, le fumier doit conserver sa structure.
Un fumier pailleux nécessite d’être, par exemple, mélangé avec un fumier de bovin bien fait   pour pouvoir être composté.

Valeur fertilisante
Les pâturages utilisés par les chevaux présentent souvent des déficits en phosphore et potassium et l’apport de compost permet d’éviter un appauvrissement préjudiciable à la production d’herbe.
Un épandage de 10 à 15 t de compost par ha apporte 37 à 55 U/ha de phosphore et 79 à 118 U/ha de potasse, rendant ainsi inutiles les apports d’engrais minéraux. L’azote présent dans le compost n’est pas disponible au moment de l’épandage. Une étape de minéralisation est nécessaire. Celle-ci nécessite de l’eau et de la chaleur tout comme la pousse de l’herbe. Ainsi, la libération de l’azote intervient simultanément à la pousse de l’herbe, ce qui limite les pertes par lessivage. Cette libération va se faire progressivement, sur 4 années environ. C’est ce qu’on appelle “l’arrière effet”.
Pour une meilleure minéralisation au printemps, un épandage d’automne est préférable. La dose recommandée se situe entre 10 et 15 t par ha. Une dose plus importante (au delà de 20- 25 t/ha) aura peu d’effets sur la pousse de l’herbe et risque de poser un problème d’appétence surtout en cas d'apport tardif au printemps.
Un apport annuel est préconisé même à doses plus faibles.

Réalisation du compost
Laisser vieillir le fumier en tas ne suffit pas à le composter.
Deux retournements du tas à 6-7 semaines d’intervalle sont nécessaires. Les retournements peuvent être effectués à l’aide d’un épandeur ou d’une composteuse disponibles auprès d’une Cuma. Le compostage a lieu au champ après disposition du fumier en andain.
Les retournements aèrent le tas et relancent le processus de compostage. En faisant monter la température au sein du tas, ils permettront l’hygiénisation du compost.

Le coût
Le coût de production du compost va dépendre de l’équipement initial de l’exploitation. En effet, une exploitation qui ne dispose pas d’un chargeur, d’une remorque et d’un épandeur devra faire appel à l’entreprise pour l’ensemble de ces travaux.
Le retournement des tas par la composteuse revient à 1.25 €/t de fumier. Il faut compter 16 secondes/t (10 secondes + 6 secondes) pour deux retournements. L’épandage par entreprise va coûter de 0,91 € à 2,50 €/t selon l’équipement dont dispose l’éleveur. Au final, 1 tonne de compost épandue aura coûté entre 3,40 € et 5 € hors évacuation des boxes et de la stabulation.
Compte tenu du coût actuel des engrais, la valeur fertilisante d’1 tonne de compost s’élève à environ 24 €. Ainsi même si on ne dispose pas de matériel, composter son fumier reste plus économique qu’acheter des engrais mais demande plus de temps.
Clarisse LEMIERE
Chambre d'Agriculture de l'Orne
avec la collaboration
de l'équipe Réseau Équin
de Basse-Normandie

Un point sur la réglementation
Pour les élevages de chevaux dont la production de compost est inférieure à 1 tonne par jour, la règle en vigueur est celle du Règlement sanitaire départemental. Pour ces exploitations, le fumier ayant séjourné plus de deux mois sous les animaux peut-être stocké puis composté au champ. Le tas ne doit pas se trouver à moins de 35 m d’un point d’eau ou d’un tiers et à moins de 5 m d’une route.
En zone vulnérable, les distances sont plus importantes : 50 m pour les points d’eau et 100 m pour les tiers.
Attention, toutefois aux zones de captages, pour lesquelles des règles plus strictes existent.

La valorisation du fumier : un enjeu pour la filière équine

La gestion du fumier est devenue une réelle contrainte pour l’ensemble des professionnels qui hébergent des chevaux. La réduction et la restructuration de l’activité des champignonnières ont notamment entraîné une diminution des débouchés possibles, conduisant de nombreux professionnels à supporter un coût non négligeable pour l’enlèvement de leur fumier. Cette constatation a amené les différentes organisations de la filière équine à engager un projet global commun sur le sujet. L’enjeu étant transversal, la FIVAL (Fédération Interprofessionnelles du cheVAL de sport, de loisir et de travail), France Galop et la SECF (Société d’Encouragement à l’élevage du Cheval Français) se sont unis pour donner naissance à un programme d’action portant sur la valorisation du fumier. Le Pôle de compétitivité Filière équine a, quant à lui, été chargé d’assurer la coordination de ce programme. Le fond Eperon et l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) sont les principaux organismes financeurs. Ce programme a pour objectif d’adapter des techniques pertinentes à la valorisation agronomique ou énergétique du fumier de cheval : l’épandage direct, le compostage, la combustion et la méthanisation. Il aboutira à l’élaboration d’une grille de lecture permettant à chaque professionnel de la filière équine d’opter pour la solution de valorisation des fumiers la plus adaptée à sa situation et à la mise en place de pilote sur les différentes techniques. Les données techniques et les informations sur les différentes actions du projet “valorisation du fumier de cheval” sont disponibles dès maintenant sur demande auprès de :
Lola QUITARD,
coordinatrice du projet
“Valorisation du fumier de cheval” - Locaux de France Galop,
46 place Abel GANCE -
92655 Boulogne Billancourt
Tel : 01 49 10 20 77 -Mobile : 06 10 43 27 43
Fax : 01 49 10 22 04
Mail : fumier.cheval@orange.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité