Aller au contenu principal
Font Size

Orne
Concours Charolais : taux de participation historique

Le concours d’Alençon est devenu une référence pour le bassin du Grand-Ouest. Le syndicat de la race récolte le fruit de plusieurs années de travail.

© AD
Avec 36 éleveurs et 177 animaux de 7 départements différents, jamais le concours charolais d’Alençon n’avait connu un tel engouement. “Cela fait quelques années que le concours d’Alençon est reconnu parmi la vingtaine de grands concours nationaux de la race, observe Hugues Bonhomme, éleveur au Chesne et secrétaire du syndicat des éleveurs charolais de l’Orne.
“Aujourd’hui, on récolte le fruit du travail du syndicat qui a poussé à faire d’Alençon le grand rendez-vous de la race dans le bassin du grand-Ouest, renchérit Jean-Pierre Dollion, vice-président et éleveur à La-Petite-Noë. C’est ici que s’opèrent les sélections pour pouvoir participer à la finale nationale, au Super championnat de Moulin dans l’Allier, en fin d’année”.
Les éleveurs de l’Orne réunis jeudi 27 septembre sur la ferme de Jean-Pierre Dollion étaient unanimes. Ils viennent participer à Alençon pour évaluer la qualité de leurs animaux, mais aussi pour se faire connaître, et partager un grand moment
de convivialité avec les autres
éleveurs. Assurément, c’est le mélange de ces trois choses qui fait que les éleveurs continuent de venir, de plus en plus nom-
breux.Jean-Pierre Dollion
“Chaque année je participe au concours”
“La charolaise est une race qui s’adapte bien à notre région. J’avais commencé avec une autre race, mais j’ai rapidement changé pour celle-ci, explique Jean-Pierre Dollion, vice président du syndicat des éleveurs de charolais de l’Orne. Aujourd’hui, je suis dans un système naisseur-engraisseur, avec 70 vaches inscrites au Herd-book. Quand j’ai des animaux de qualité, j’essaye de les vendre comme reproducteurs. Je ne fonctionne qu’avec l’insémination artificielle, en recherchant prioritairement la production laitière et le format”. Passionné de concours depuis plusieurs années, celui d’Alençon est le rendez-vous incontournable de l’année pour Jean-Pierre. Cette année, il présentera une sélection de dix animaux.
“Quand on fait de la génétique, c’est important de venir participer aux concours, pour se faire connaître. Mais on vient aussi pour le plaisir. S’il n’y avait pas ce côté là, il y aurait beaucoup moins d’inscrits”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité