Aller au contenu principal

Concours Limousine à Lisieux : Loyal, 5 ans et 1,3 tonne

Gilles Fougères, éleveur de Limousines près de Honfleur, participe au concours départemental de la race samedi 6 avril, à l’hippodrome Lisieux.

© J

llll « Si je participe aux concours, c’est grâce à mon fil Gabriel. Il aime ça et il nous a lancés », sourit Gilles Fougères. L’éleveur de Limousines est installé dans le Pays d’Auge, à Fourneville. Cette année, il présente trois animaux au départemental de Lisieux. « C’est un peu moins que d’habitude parce que mon fils passe son BTS Acse à la fin de l’année. Il a moins de temps. »
Le nombre d’inscrits au concours suit la même tendance, un peu à la baisse, note Etienne Aubert, président du syndicat des éleveurs de Limousines du Calvados.
Le concours de Lisieux existe depuis « plus de vingt ans. Cette année, entre 50 et 60 animaux défileront sur le ring de l’hippodrome de Lisieux, contre 75 les autres éditions, compare Étienne Aubert. Mais il a une bonne cote : on y voit du monde, on y fait un peu de commerce. Et il y a les comices d’arrondissement des races Normande et Prim’Holstein. »

L’exploitation
Gilles Fougères a son siège d’exploitation à Fourneville, à quelques kilomètres de Honfleur. Il compte 90 mères Limousines et une centaine d’hectares.
« Le parcellaire est très morcelé, précise-t-il. Mes parents étaient agriculteurs à Honfleur, ils se sont fait exproprier. Je suis arrivé ici en 1998, les vaches en 2000. » L’éleveur sélectionne ses animaux sur le développement musculaire et l’allaitement, il agrandit son outil de travail au fur et à mesure, mais tout reste « précaire. J’ai beaucoup d’îlots qui appartiennent à la Ville d’Honfleur ». Près de 90 % de sa SAU est en herbe. Les animaux, labellisés, sont nourris à l’herbe et au foin. Gilles Fougères est en autonomie alimentaire, « sauf pour les compléments azotés ». La parcelle la plus éloignée se situe à dix kilomètres. Alors, pour la mise à l’herbe, Gilles Fougères remplit sa bétaillère. « Je passe beaucoup de temps avec mes animaux. Ils gagnent ainsi en docilité lorsque je les manipule. »

Double activité
L’éleveur apprécie les moments d’échange au concours de Lisieux.
« Il y a une bonne ambiance, on oublie les soucis du quotidien. » Car il souligne les difficultés d’élever des races à viande, même en label. Le président du syndicat confirme : « on compte entre 30 et 40 adhérents dans le département, avec des élevages allant de 20 à 130 mères. Mais beaucoup sont doubles actifs : en limousines, les élevages sont souvent purs alors les gens ont un deuxième travail à côté ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité