Aller au contenu principal

Concours Limousine à Lisieux : Loyal, 5 ans et 1,3 tonne

Gilles Fougères, éleveur de Limousines près de Honfleur, participe au concours départemental de la race samedi 6 avril, à l’hippodrome Lisieux.

© J

llll « Si je participe aux concours, c’est grâce à mon fil Gabriel. Il aime ça et il nous a lancés », sourit Gilles Fougères. L’éleveur de Limousines est installé dans le Pays d’Auge, à Fourneville. Cette année, il présente trois animaux au départemental de Lisieux. « C’est un peu moins que d’habitude parce que mon fils passe son BTS Acse à la fin de l’année. Il a moins de temps. »
Le nombre d’inscrits au concours suit la même tendance, un peu à la baisse, note Etienne Aubert, président du syndicat des éleveurs de Limousines du Calvados.
Le concours de Lisieux existe depuis « plus de vingt ans. Cette année, entre 50 et 60 animaux défileront sur le ring de l’hippodrome de Lisieux, contre 75 les autres éditions, compare Étienne Aubert. Mais il a une bonne cote : on y voit du monde, on y fait un peu de commerce. Et il y a les comices d’arrondissement des races Normande et Prim’Holstein. »

L’exploitation
Gilles Fougères a son siège d’exploitation à Fourneville, à quelques kilomètres de Honfleur. Il compte 90 mères Limousines et une centaine d’hectares.
« Le parcellaire est très morcelé, précise-t-il. Mes parents étaient agriculteurs à Honfleur, ils se sont fait exproprier. Je suis arrivé ici en 1998, les vaches en 2000. » L’éleveur sélectionne ses animaux sur le développement musculaire et l’allaitement, il agrandit son outil de travail au fur et à mesure, mais tout reste « précaire. J’ai beaucoup d’îlots qui appartiennent à la Ville d’Honfleur ». Près de 90 % de sa SAU est en herbe. Les animaux, labellisés, sont nourris à l’herbe et au foin. Gilles Fougères est en autonomie alimentaire, « sauf pour les compléments azotés ». La parcelle la plus éloignée se situe à dix kilomètres. Alors, pour la mise à l’herbe, Gilles Fougères remplit sa bétaillère. « Je passe beaucoup de temps avec mes animaux. Ils gagnent ainsi en docilité lorsque je les manipule. »

Double activité
L’éleveur apprécie les moments d’échange au concours de Lisieux.
« Il y a une bonne ambiance, on oublie les soucis du quotidien. » Car il souligne les difficultés d’élever des races à viande, même en label. Le président du syndicat confirme : « on compte entre 30 et 40 adhérents dans le département, avec des élevages allant de 20 à 130 mères. Mais beaucoup sont doubles actifs : en limousines, les élevages sont souvent purs alors les gens ont un deuxième travail à côté ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Session de la Chambre d’agriculture de l’Orne lundi 21 juin 2021, sans les représentants de l’Etat qui ont fait valoir leur droit de réserve en raison du second tour des élections le 27 juin 2021.
La récolte 2021 s’annonce belle dans l'Orne
La dernière session de l’Orne, lundi 21 juin, a été marquée par l’absence, pour cause d’élections, du personnel administratif d’…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
« Marc Vandecandelaere (président de la coopérative Linière du Nord de Caen : « St-Manvieu-Norrey est le site idéal, pas de voisin et pas de consommation de terres agricoles » . DR
Le site de teillage à Saint-Manvieu-Norrey opérationnel en septembre 2022
Le permis de construire est déposé. Si tout va bien, la nouvelle usine de teillage de St-Manvieu-Norrey  (14) devrait être…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Publicité