Aller au contenu principal

Concours Limousine à Lisieux : Loyal, 5 ans et 1,3 tonne

Gilles Fougères, éleveur de Limousines près de Honfleur, participe au concours départemental de la race samedi 6 avril, à l’hippodrome Lisieux.

© J

llll « Si je participe aux concours, c’est grâce à mon fil Gabriel. Il aime ça et il nous a lancés », sourit Gilles Fougères. L’éleveur de Limousines est installé dans le Pays d’Auge, à Fourneville. Cette année, il présente trois animaux au départemental de Lisieux. « C’est un peu moins que d’habitude parce que mon fils passe son BTS Acse à la fin de l’année. Il a moins de temps. »
Le nombre d’inscrits au concours suit la même tendance, un peu à la baisse, note Etienne Aubert, président du syndicat des éleveurs de Limousines du Calvados.
Le concours de Lisieux existe depuis « plus de vingt ans. Cette année, entre 50 et 60 animaux défileront sur le ring de l’hippodrome de Lisieux, contre 75 les autres éditions, compare Étienne Aubert. Mais il a une bonne cote : on y voit du monde, on y fait un peu de commerce. Et il y a les comices d’arrondissement des races Normande et Prim’Holstein. »

L’exploitation
Gilles Fougères a son siège d’exploitation à Fourneville, à quelques kilomètres de Honfleur. Il compte 90 mères Limousines et une centaine d’hectares.
« Le parcellaire est très morcelé, précise-t-il. Mes parents étaient agriculteurs à Honfleur, ils se sont fait exproprier. Je suis arrivé ici en 1998, les vaches en 2000. » L’éleveur sélectionne ses animaux sur le développement musculaire et l’allaitement, il agrandit son outil de travail au fur et à mesure, mais tout reste « précaire. J’ai beaucoup d’îlots qui appartiennent à la Ville d’Honfleur ». Près de 90 % de sa SAU est en herbe. Les animaux, labellisés, sont nourris à l’herbe et au foin. Gilles Fougères est en autonomie alimentaire, « sauf pour les compléments azotés ». La parcelle la plus éloignée se situe à dix kilomètres. Alors, pour la mise à l’herbe, Gilles Fougères remplit sa bétaillère. « Je passe beaucoup de temps avec mes animaux. Ils gagnent ainsi en docilité lorsque je les manipule. »

Double activité
L’éleveur apprécie les moments d’échange au concours de Lisieux.
« Il y a une bonne ambiance, on oublie les soucis du quotidien. » Car il souligne les difficultés d’élever des races à viande, même en label. Le président du syndicat confirme : « on compte entre 30 et 40 adhérents dans le département, avec des élevages allant de 20 à 130 mères. Mais beaucoup sont doubles actifs : en limousines, les élevages sont souvent purs alors les gens ont un deuxième travail à côté ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie
“ L’enfumage du plan de relance ”
Patrice Gauquelin, président d’EDT Normandie qui fédère 170 ETA (Entreprise de Travaux Agricoles) au plan régional, est très…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité