Aller au contenu principal

Bâtiments équins
Confier son projet de construction aux services bâtiments des Chambres d’agriculture de Normandie

L’activité équine est forte en Normandie et de nombreux éleveurs, cavaliers ou propriétaires, qu’ils soient dans le galop, le trot ou le sport ainsi que les centres équestres font appel aux conseillers bâtiments des Chambres d’agriculture de Normandie pour les aider dans leur choix et dans leurs démarches administratives.

Vue sur les boxes extérieurs accolés au barn.
Vue sur les boxes extérieurs accolés au barn.
© CA 14

Les services bâtiment des Chambres d’agriculture de Normandie existent depuis près de quarante ans et ont une forte expérience dans le logement des animaux, le travail de l’homme, les circuits, l’urbanisme, le dossier administratif et apportent un réel plus sur les projets équins.


Une réflexion globale

Séverine Quéré est une jeune agricultrice. Elle s’est installée en 2010 sur une structure équine existante dans une commune du Pays d’Auge, Le Mesnil Mauger, située dans le Calvados. Son exploitation, le Haras du Hauzey, fait du débourrage et du pré-entraînement élève des yearlings et les garde entre 3 et 5 mois. Cette activité se développe sur une exploitation qui était constituée au départ de 16 hectares avec 15 boxes et une piste de trotteur de 750 m. L’ensemble des bâtiments était très peu fonctionnel.
Séverine Quéré, comment avez-vous connu le service bâtiments de la Chambre d’agriculture ? J’ai appris qu’il y avait un service bâtiments dans les Chambres d’agriculture lors de mon parcours d’installation en tant que JA puis, ensuite, avec le constructeur qui ne fait pas de suivi administratif.
Pourquoi avoir fait appel aux services de la Chambre d’agriculture ? Nous nous sommes installés ici en 2010 avec peu de bâtiments, nous avions besoin rapidement de boxes et d’un hangar pour le fourrage. Nous savions à peu près ce que nous voulions en termes de bâtiments. Par contre, le conseiller nous a bien aidés sur le choix des matériaux.Pour nous, le fait de choisir la Chambre a été une solution de facilité car le dossier complet nous a été remis, prêt à être déposé en mairie. Par ailleurs, la Chambre d’agriculture connaît bien les administrations et nous savions que le dossier ne poserait pas de problèmes pour les services instructeurs. Une fois le permis de construire obtenu rapidement, nous avons contacté quatre constructeurs et nous avons choisi celui qui nous semblait le meilleur en rapport qualité prix.
Qu’est-ce qui a changé après la construction ? Nous avons donc construit 14 boxes et un hangar de stockage ; cela nous a permis d’accroître notre activité. Les boxes de 3,50 m par 4 m sont biens, fonctionnels, lumineux et aérés. Pour le curage, nous faisons appel à une entreprise avec un petit valet de ferme qui vient toutes les semaines. A l’avenir, nous aurons notre propre matériel. Depuis, nous avons fait construire 10 boxes de plus en 2011.
Deux phases importantes : 2010 et 2011, qu’en est-il de 2012 ? L’activité continue à croître ; les propriétaires sont satisfaits de notre travail. Nous avons eu de nouveau besoin de l’équipe bâtiments cet été et avons donc constitué un nouveau dossier de permis de construire. Après son dépôt en mairie, nous avons eu l’autorisation de construire au bout de deux mois seulement. Nous sommes pleinement satisfaits de notre premier bâtiment donc nous avons réalisé “son jumeau” c'est-à-dire 14 boxes de plus à l’autre extrémité du hangar de stockage. Nous allons reprendre le même constructeur. Les travaux vont démarrer cet hiver car il nous faut le nouveau bâtiment pour le mois de septembre 2013.


Accompagnement

Les services bâtiments des Chambres d’agricultures de Normandie accompagnent les agriculteurs dans leur projet de la conception à la réalisation.Le service des bâtiments peut réaliser la demande de permis de construire et mener le porteur de projet dans une réflexion commune sur ses problématiques d’organisation du travail, de bien être animal et environnementale. Le conseiller réalise un ou plusieurs avant-projets sommaires et chiffre le projet définitif.Ensuite, une étude de faisabilité peut-être réalisée avec un conseiller d’entreprise spécialisé équin lorsque le service bancaire souhaite une étude pour donner son engagement. Ces investissements concernent des projets qui auront un impact sur le chiffre d’affaires dégagé par l’exploitation ; demandez aux conseillers bâtiment de votre Chambre d’agriculture !

Qui contacter ?

- Normandie : 02 33 31 49 72 www.normandie.chambagri.fr
- Calvados : 02 31 70 25 55 www.webagri14.com
- Manche : 02 33 06 45 00 www.manche.chambagri.fr
- Orne : 02 33 31 48 73 www.orne-agri.com
- Eure : 02 32 78 84 57 www.agri-eure.com
- Seine-Maritime : 02 35 59 47 60 www.seine-maritime.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité