Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Conjoncture laitière à fin janvier

Conjoncture mondiale
Tirée majoritairement par l’Europe, la hausse de collecte cumulée des grands bassins mondiaux se généralise sur la fin d’année, en dépit d’une prévision de production Néo-Zélandaise revue à la baisse fin Décembre 2017.
La demande internationale en produits laitiers reste dynamique, bien que les principaux exportateurs de matière grasse aient limité leurs envois de beurre en raison de moindres disponibilités.
Les cours mondiaux des différentes commodités connaissent un sursaut à la hausse sur les premières semaines de 2018, y compris les prix du beurre et du cheddar qui interrompent ainsi leur effondrement amorcé fin 2017.

Conjoncture européenne
La collecte européenne regagne encore en dynamisme en novembre, pour atteindre + 1,8 % sur 11 mois.
Cette augmentation de l’offre est toutefois à nuancer pour ce qui concerne l’Allemagne et la France, les deux premiers producteurs européens, dont les collectes demeurent inférieures à leur niveau de 2016 en cumulé.
Après des mois de progression, certains Etats-membres voient leurs prix du lait sortie ferme atteindre un plafond sur la fin d’année, sous l’effet des récentes évolutions à la baisse des cours notamment du beurre et des fromages.

Conjoncture française
Depuis le mois d’août, la collecte française est repassée très largement au-dessus de la courbe de l’an passé. Elle demeure cependant en recul de 0,4% sur 11 mois au niveau national.
Les cours de produits industriels « beurre » et « laits en poudre » évoluent à la baisse, maintenant un écart conséquent de valorisation entre matière grasse et matière protéique. Les prix de vente sortie usine marquent le pas en novembre pour l’ensemble des PGC, à l’exception du beurre plaquette et de la crème.

Indicateurs trimestriels
Prix du lait allemand :
Base mensuelle : Prix allemand Novembre 2017:
380,96 €/1 000 litres
Base cumul 12 mois : Prix allemand – moyenne
(décembre à novembre) : 342,21 €/1 000 litres
Valorisation Beurre-Poudre : basée sur les données des 4 dernières semaines : 276,90 €/1 000 L
Indicateur Coût de production MILC - 12 mois glissants en octobre 2017 : 105,1 (base 100=2010)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité