Aller au contenu principal
Font Size

Conseil département du Calvados : 20 000 euros pour financer des audits d’élevage

Les élus départementaux du Calvados viennent de voter 20 000 euros pour financer les audits d’élevage dans le département afin d’orienter les éleveurs vers le meilleur dispositif de soutien.

Lundi dernier, en session au Conseil départemental du Calvados, les élus ont acté le soutien de la collectivité aux audits d’élevage dans le but d’améliorer les conditions de travail. C’est Cédric Nouvelot, conseiller départemental en charge de l’agriculture et de la pêche qui a présenté le rapport. Au final, c’est une enveloppe de 20 000 euros qui a été déterminée pour accompagner une trentaine d’exploitation. “A l’étude des premiers dossiers par la cellule d’urgence départementale mise en place cet été, il est apparu que certains dossiers nécessitent une analyse plus approfondie de l’exploitation afin de permettre de mieux appréhender leur fonctionnement” rappelle l’élu départemental. Partant de ce constat, l’analyse constituerait un outil important pour diriger l’exploitant vers le dispositif le plus adapté. Encore faut-il réaliser cet audit et le financer. Au départ, le conseil départemental envisageait de participer à hauteur de 80 % pour un montant maximum de 500 €. Vu la difficulté à mobiliser des fonds complémentaires, le conseil départemental est revenu sur sa décision portant sa participation à hauteur de 100 % pour un montant maximum de 650 euros TTC, c’est-à-dire financer la totalité de ces audits. “On conventionnera avec chacun des organismes agrées par la cellule d’urgence à savoir la Chambre d’agriculture, le Centre d’économie rurale, Littoral Normand, le Groupement de défense sanitaire du Calvados, la Fédération régionale des centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture en milieu rural et le Groupement des agriculteurs biologiques du Calvados”. Pour les élus, cette décision permet d’affirmer leur volonté de “maintenir ces exploitations dans notre département” conclut l’élu départemental. Avec 20 000 euros budgétés, ce sont trente audits qui pourront être réalisés. Prêts en cas de neige L’hiver approchant à grand pas, le dispositif hivernal est donc mis en place pour pouvoir intervenir le cas échéant depuis le 16 novembre jusqu’au 14 mars prochain. Plus de 70 agents du Conseil départemental sont donc prêts à intervenir 24h/24 et 7j/7, sur 1 150 km de routes. “Il n’est en effet pas économiquement envisageable d’effectuer un service permanent sur la totalité de nos 5 730 km de routes” note Olivier Colin (Cabourg), président de la commission Aménagement, environnement. Mais sur ces 1 150 km, 80 % du trafic journalier du Calvados est recensé. Des niveaux de service ont donc été établis pour “assurer la continuité du transit entre les pôles d’activités et de services”. En cas de verglas, les engins de salage interviendront. En cas de neige, les 24 étraves montées sur des tracteurs pourront être mobilisées pour “désenclaver les bourgs situés sur le réseau secondaire” indique Olivier Colin. L’objectif étant d’éviter toute situation de circulation impossible pendant les heures de travail et lorsque le réseau principal est praticable. Les différentes agences routières disposent d’un camion équipé d’une saleuse automatique et d’une lame de déneigement. 23 stocks de sel de déneigement sont d’ores et déjà constitués.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Moisson 2020 : Et si les blés redonnaient un peu d’espoir ?
Toutes les semaines, nous vous proposons de faire le point sur l’avancement des récoltes dans le Calvados, la Manche et l’Orne.…
(VIDEO) Une Lexion à tapis semi-chenillée dans le Bocage
À Villy-Bocage dans le Calvados, Thierry Bossuyt tourne avec la nouvelle Lexion 7700 qu’il a achetée en commun avec son frère.…
Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, curieux du contexte local
Julien Denormandie est venu visiter la ferme de François Rihouet à Périers (50) et écouter les demandes liées à plusieurs…
Requiem pour l’abattoir de Saint-Hilaire
Vendredi 10 juillet, Manuel Pringault, président du groupe Teba et patron de la société d’abattage saint-hilairien, ASH (gérante…
MC DO CONTRAT
Contrat McDo : « Je connais le prix, quelle que soit la date de sortie »
Romaric, Bernard et Françoise Anquetil élèvent des Prim’Holstein à Saint-Jean-des-Champs (50). Depuis 2007, les jeunes bovins…
Julie Bléron, gendarme référente agricole cultivée sur le milieu
Julie Bléron est référente agricole de gendarmerie depuis le mois de janvier. Sa mission est de recréer du lien entre les deux…
Publicité