Aller au contenu principal

CONSEIL DEPARTEMENTAL de la Manche : « allier tradition et innovation »

Tradition, innovation, anticipation et audace marqueront le premier discours des vœux de Marc Lefevre comme président du Conseil départemental de la Manche. Le 15 janvier dernier, il s’adressait aux élus et forces vives du département.

Marc Lefevre a présidé sa première cérémonie des vœux devant les forces vives manchoises qui ont répondu en masse. DR
Marc Lefevre a présidé sa première cérémonie des vœux devant les forces vives manchoises qui ont répondu en masse. DR
© SB

Marc Lefevre n’aurait pas pensé faire sa 20e cérémonie de vœux comme président.
Et ce fut le cas le 15 janvier dernier devant une assemblée « impressionnante », reconnaît-il dès qu’il s’est présenté au micro aux côtés de Jean-Marc Sabater, préfet de la Manche. En effet, il a été élu le 15 mars 1998 conseiller général du canton de Sainte-Mère-Eglise, et le 6 novembre dernier, il succédait à Philippe Bas au poste de président.

Avoir de l’audace
Pour cette première cérémonie, le président a voulu montrer que la Manche avait la capacité à « allier tradition et innovation », tout en ayant de l’audace.
Il a argumenté notamment au travers du secteur agricole et de
l’agroalimentaire. Cela se caractérise quand par exemple « la laiterie devient usine agroalimentaire transformant la production agricole en produits prêts à préparer et à utiliser par un consommateur pressé mais exigeant. »
Investissements de 85 millions d’euros
Cette ligne de conduite se traduit par l’investissement. Si Marc Lefevre est fier d’annoncer que pour la 10e année, le département n’augmentera pas les taux d’imposition, il prévoit par la même occasion un programme d’investissement à hauteur de 85 millions d’euros. Parmi les chantiers, il faudra compter sur le soutien du développement du centre d’expérimentation du Smel (Syndicat mixte du littoral), outil au service de la conchyliculture, de l’aquaculture et de la pêche situé à Blainville-sur-Mer, le pôle de recherche d’Actalia basé à Saint-Lô, ou encore l’extension et la restructuration du laboratoire d’analyses départemental à Saint-Lô.

Les contournements se poursuivent
Sur le domaine routier, le contournement de l’axe Longueville-Avranches avec le contournement de Marcey-les-Grèves se poursuivra jusqu’à l’année prochaine avant de continuer par celui de Saint-Pair-sur-Mer. La route Coutances-Saint-Lô connaîtra différents travaux d’aménagement et de
sécurisation afin d’améliorer la circulation.
Si l’enveloppe financière consacrée à l’agriculture reste similaire, la distribution peut être modulée. Et cette année 2018 voit les aides aux petits investissements doubler. « C’est un accompagnement des agriculteurs parfois en grande difficulté. Notre souhait est qu’enfin les négociations aboutissement à une plus juste répartition des marges permettant la rémunération à son juste prix du produit agricole », assure Marc Lefevre.

Vigilant au Brexit
Autre sujet qui interpelle la profession agricole : le Brexit. « Pour nous département frontalier, cette question est à prendre au sérieux. Cette mer de quelques miles seulement nous sépare et nous rapproche à la fois de nos voisins. Nous l’avons en héritage et la partageons entre nations. Les ressources halieutiques ne connaissent pas de frontières administratives. Cette mer, nous l’exploitons de manière commune. C’est pour cela que la question des zones d’exploitation de nos pêcheurs manchois reste un véritable sujet d’actualité et de vigilance », prévient le président du Département.

Le numérique : chantier prioritaire
La Manche prévoit également de poursuivre ses investissements dans le haut début.
Les différents acteurs du monde agricole l’attendent également. « Le numérique est notre chantier prioritaire », promet Marc Lefevre. « C’est un véritable défi organisé sur 15 ans où il nous fait surmonter les obstacles et apprendre à les anticiper. »
En 2017, 16 600 prises ont été ouvertes à la commercialisation en dehors des secteurs de Saint-Lô et Cherbourg. Les prochains territoires à être raccordés seront Barneville, Villedieu-les-Poeles… « Il faut poursuivre mais mieux et plus vite », promet-il.
Pour conclure, le vœu de Marc Lefevre est de faire des habitants, des entreprises, de toutes les forces vives des « ambassadeurs de notre département ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 6e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS confirme, vendredi 26 mars 2021, qu'un sixième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans la zone historique.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian Duchemin vend la Ferme du Val d'Odon
Christian Duchemin passe la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de la Ferme du Val d'Odon,…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité