Aller au contenu principal

Conseil départemental de l’Orne : l’agriculture prend du poids économique

Parmi les nouveaux élus du conseil départemental de l’Orne, présidé par Alain Lambert, quatre agriculteurs siègent dans l'hémicycle. Ils ne siègeront pas dans la commission agriculture et développement durable parce qu'elle a disparu au profit de l'économie et des routes.

© SB

Jeudi 2 avril restera “une séance historique” comme l’a souligné le doyen de
l’assemblée, Guy Monhée. Et pour cause, beaucoup d’élus faisaient leur entrée dans l’hémicycle du nouveau conseil départemental pour la première fois. Une assemblée composée de 21 binômes femmes/hommes, dont la moyenne d’âge est de 54 ans contre 60 pour la mandature précédente.
Sans surprise, à 68 ans, Alain Lambert a retrouvé son fauteuil de président jeudi dernier. Face à lui, seul Frédéric Léveillé était candidat, représentant l’opposition socialiste. Avec 25 voix, Alain Lambert peut donc s’installer pour un nouveau mandat de six ans, et écrire “une nouvelle histoire de notre démocratie départementale” en souhaitant faire de l’Orne un “département économiquement prospère, socialement solidaire et humainement harmonieux”. Pour autant, cette élection a un goût particulier. “Elle me touche profondément, car elle donne un sens, plus fort encore, aux 30 années de vie que j’ai consacrées au département de l’Orne”.

Trois élus indépendants
Pour ce premier conseil départemental, Alain Lambert n’aura pas fait le plein des voix de la majorité départementale. Trois bulletins blancs ont été comptabilisés. “Ce sont des personnes qui se réservent le droit d’être indépendants, sans forcément s’opposer” explique Alain Lambert, qui se refuse d’avoir une approche soviétique de la démocratie. C’est donc un vote qu’il respecte, un vote d’élus qui, “la veille ne se connaissaient pas, et qui se donnent du temps de voir”. D’ailleurs, fait-il remarquer, le président a été élu avec le même nombre de voix que les vice-présidents.

Parité mal ordonnée
L’assemblée s’est féminisée. La loi l’a imposé. Sans hésitation, le président affirme qu’il s’agit d’une “très bonne chose”. Cela n’a pas été sans “nous inquiéter un peu. Nous sommes des hommes, nous sommes des humains”. La parité a dû être respectée également au niveau du nombre de vice-présidents, soit 5 femmes et cinq hommes. Ce qui est le cas. Mais cette parité sera mise à mal dans la nomination des vice-présidents puisque les deux premiers sont deux hommes. Les femmes viennent après. Ce qui s’est traduit très visuellement sur la photo de famille, le président Alain Lambert étant entouré de Jérôme Nury et Christophe de Ballore !

Un président pour 6 ans
Lors de la cérémonie des vœux, le président avouait se représenter surtout pour faire la transition au vu du renouveau de l’assemblée, quitte à partir avant la fin de son mandat. Jeudi dernier, il n’était plus dans cet état d’esprit. “Tant qu’on me posera la question, je ne partirai pas” lâche-t-il. Autrement dit, “plus la question me sera posée, plus il y aura de chance que je sois là pour six ans. Sauf si j’en décide autrement. Mais je veux être libre. J’ai horreur de tout ce qui porte atteinte à ma liberté”. Le message est clair.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité