Aller au contenu principal

Conseil départemental et MFR : un soutien financier jusqu’en 2021

La Manche compte dix Maisons familiales rurales. Réunies au sein d’une Fédération territoriale, elles bénéficient du soutien financier du conseil départemental, défini au travers d’une convention jusqu’en 2021.

CONSEIL DEP CONVENTION MFR
Une convention jusqu’en 2021 régit le partenariat entre le conseil départemental de la Manche et la fédération des MFR Ouest Normandie. Des aides de fonctionnement et d’investissement sont ainsi octroyées.
© ARCHIVE

Le réseau des Maisons familiales rurales (MFR), à l’échelle du territoire Ouest Normandie, se compose de 11 MFR (10 dans la Manche et la MFR de Vire), 150 salariés (directeurs, moniteurs, secrétaires, personnels de la vie résidentielle) et 150 administrateurs. 1 500 jeunes, apprentis et adultes y sont formés chaque année. « Mon rôle est de fédérer toutes les associations des 11 MFR vers un projet commun. C’est aussi les accompagner dans leur développement », indique le directeur de la Fédération territoriale, Benoît Guilmineau.  
Pour mener à bien cette mission, la Fédération bénéficie du soutien financier du Département, qui intervient à hauteur de 25 000 € par an, au titre du fonctionnement. S’ajoute chaque année une aide de 150 000 € pour des investissements visant à accompagner de un à cinq projets. Cette année cette somme sera allouée à la MFR de Condé-sur-Vire pour la seconde tranche de la construction de l’internat, dont la livraison est programmée en 2021.
De plus, depuis 2019, une convention pluriannuelle définit une aide de 50 000 € par an pour l’acquisition d’outils pédagogiques innovants. Des outils utilisés notamment pour dynamiser et enrichir le contenu pédagogique et pour être en phase avec le futur milieu professionnel du jeune.

Faire évoluer l’offre de formation

La promotion des formations auprès des jeunes sera également accompagnée. Les MFR se positionnent comme une alternative à la voie du collège classique, une possibilité de retrouver goût aux études après des difficultés scolaires et aller vers des parcours d’études valorisants.
Quant aux besoins des entreprises, ils seront identifiés afin de faire évoluer l’offre de formation. Pour ce faire, les 3 000 maîtres de stage de la Manche seront mis à contribution afin de mieux cerner les besoins en main-d’œuvre par métier dans les filières d’activités rurales.
Le Département accompagnera les MFR dans les études prospectives afin de tendre vers un taux d’insertion conséquent. Il était de 85 % en début 2020 pour les jeunes sortis depuis six mois de formation en MFR.
La formation par alternance ainsi que l’insertion sociale et professionnelle des jeunes restent les principales ambitions des MFR. Si les portes ouvertes dans les établissements ne peuvent se dérouler, des rendez-vous personnalisés sont proposés pour apporter des éléments dans des formations allant du CAP au BTS, dans les domaines de l’agriculture bien entendu, mais également des services à la personne, du commerce, de la petite enfance, de la santé ou encore de la sécurité et de la cybersécurité.

 

Les pratiques innovantes encouragées
Dans les méthodes d’apprentissage, le réseau des MFR Ouest Normandie mise sur le développement d’outils pédagogiques innovants. Cela se traduit par l’acquisition d’imprimantes 3D, de drones utilisés avec smartphone, ou encore de simulateurs de vieillissement et de studios d’enregistrement vidéo « rapidmooc ».
Ces investissements sont soutenus par le conseil départemental de la Manche à hauteur de 50 000 €.
Un budget annuel reconduit entre 2019 et 2021 pour soutenir et encourager le développement de ces pratiques innovantes. Les MFR s’appuient sur des nouvelles technologies, des outils de réalité virtuelle et/ou augmentée pour dynamiser les cours et enrichir leurs activités pédagogiques. Au-delà de répondre aux attentes des besoins du territoire en matière de formation, les MFR cherchent également à donner le goût d’apprendre aux jeunes pour les conduire vers la vie professionnelle. Et ces nouvelles technologies font écho aux pratiques utilisées notamment en agriculture. Effectivement, l’agriculture connectée favorise le partage d’information, d’aide à la décision via des applications… Ces jeunes seront donc en ligne avec leur futur métier.
 
Benoît Guilmineau directeur de la Fédération territoriale des MFR Ouest Normandie 
‘‘ Les MFR constituent un tremplin vers l’emploi  ,,
>> Vous la dirigez depuis septembre 2019, quels sont les enjeux pour la Fédération des MFR Ouest Normandie ?
Sur les 11 MFR que compte la Fédération, notre ambition est de répondre au mieux aux attentes des besoins du territoire. Or, on constate toujours des métiers sous tension, notamment en agriculture. Le taux d’emploi dans ce secteur est de 96 %. Dans les domaines du commerce, de l’agroéquipement ou encore de l’aquaculture, il est de 100 %. Pour autant, on se doit de travailler sur l’attractivité de ces métiers pour attirer des jeunes, parce que les MFR constituent un tremplin vers l’emploi. 
>> La formation en alternance reste l’identité des MFR. La réforme de l’apprentissage a-t-elle été bénéfique pour votre réseau ?  
Des formations ont été ouvertes au statut de l’apprentissage, comme à Granville (bac professionnel commerce) et Coutances (CAP et bac pro travaux paysagers). D’autres sont en réflexion à Condé-sur-Vire (BTSA génie des équipements agricoles). L’apprentissage permet à la fois de recruter davantage de jeunes et de répondre à des besoins d’entreprises. Les jeunes sont motivés. Reste la difficulté de trouver des entreprises. 
>> Le conseil départemental soutient le réseau financièrement, mais pas seulement. Un exemple ?
Depuis deux ans, les jeunes des MFR de la Manche sont associés au conseil départemental pour faire la promotion du territoire au Salon international de l’agriculture à Paris. C’est une belle expérience de partenariat entre notre structure et la collectivité. L’appel lancé auprès des jeunes a toujours eu un bon écho. Mettre des jeunes en avant pour valoriser le territoire est une excellente chose. 
> 10 MFR dans la Manche sont regroupées au sein de la Fédération territoriale Ouest Normandie, incluant la MFR de Vire (Calvados).
> 85 %, c’est le taux d’insertion professionnel six mois après la sortie de formation en MFR. Il est de 90 % au bout de trois ans. 
> 150 000 €, c’est le montant d’aide départementale dédié aux investissements définis par la fédération Ouest Normandie en 2020.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

AUTORISATION CHASSE 61
Feu vert à la chasse dans l’Orne
Jeudi 5 novembre, la commission départementale de la chasse et de la faune sauvage était en réunion extraordinaire. Malgré le…
SOJA NORMAND MOISSON
Le potentiel du soja prend racine
Au printemps, des éleveurs adhérents à l’OP des 3 Vallées (Danone) et des cultivateurs ont semé 29 ha de soja, en partenariat…
SCoT Caen métropole
Le futur visage de la métropole de Caen
Le nouveau SCoT de Caen métropole réduit la possibilité d’urbaniser les terres agricoles et naturelles. Une enveloppe foncière…
Pascal Desvages et Stéphane Carel Président et directeur de la coopérative de Creully (14).
Coopérative de Creully (14) : " Nos choix stratégiques sont confortés "
Malgré la crise sanitaire et autre perturbateur conjoncturel et structurel, la coopérative de Creully (14), qui tient son…
LIN ET COVID
Le lin : une filière d’excellence à l’épreuve de la Covid
80% de la production mondiale de fibre de lin teillé est d’origine européenne et la France en est le leader mondial. Outre leur…
CIRCUITS COURTS PORTES OUVERTES
Des caissettes à la ferme au magasin de détail
Sébastien, Héloïse et Benjamin Allais développent leur vente directe à Occagnes (61) avec la construction d’un nouveau magasin.…
Publicité