Aller au contenu principal
Font Size

Etude
Consommation alimentaire de produits biologiques : où en est-on ?

Malgré la crise, les Français poursuivent leurs achats de produits alimentaires biologiques. En 2011, 60 % en ont consommé. 40 % déclarent en consommer au moins une fois par mois, 20 % en consomment au moins une fois par semaine, 6 % tous les jours.

Les raisons sont diverses mais essentiellement axées sur la santé et la qualité de ces produits. Les fruits et légumes demeurent les produits bio les plus plébiscités, devant les produits laitiers.


La consommation alimentaire bio…

En 2011, 40 % des Français consomment un produit bio au moins une fois par mois (contre 37 % en 2003). La demande des Français pour les produits alimentaires issus de l'agriculture biologique se maintient. Après 9 années d'études consécutives(1), les Français affichent un intérêt de plus en plus marqué pour une agriculture “durable” et citoyenne. Ils font un lien étroit entre alimentation et respect de l’environnement

.… c’est presque 3 % du marché alimentaire

En 2011, le marché alimentaire des produits bio en France est évalué à 3,75 milliards € TTC(2)  (contre 2 milliards € en 2007), soit 2,4 % du marché alimentaire global. Il s’est élevé à 3,9 milliards € en intégrant les achats pour la restauration collective (hors restauration commerciale). Ce marché est structurellement en augmentation. Entre 2010 et 2011, les achats par le consommateur final ont progressé de 11 % en valeur.La part de marché des produits bio est plus ou moins importante suivant les secteurs. Elle dépasse 10 % s’agissant du lait et des œufs, et atteint 6 % pour les 14 fruits et légumes les plus consommés en France.


Des consommateurs fidèles qui le resteront

Les consommateurs de produits biologiques en consomment, en moyenne, depuis 9 ans. La fidélisation des anciens consommateurs est forte et la part des produits bio dans le panier moyen tend à se développer. Il y a eu peu de nouveaux consommateurs car on observe une baisse du taux de consommateurs récents (depuis 1 an) avec 3 % en 2011 contre 8 % en 2010. Malgré un contexte économique difficile, 78 % des consommateurs prévoient maintenir leurs dépenses en produits bio en 2012, 18 % les augmenter (principalement sur les fruits et légumes, la viande et les produits laitiers), 2 % les restreindre.

Consommer bio pour préserver sa santé

Les principales motivations pour consommer des produits alimentaires bio sont : - la préservation de la santé (93 % en 2011 contre 91 % en 2010) ;- la sécurité, le fait que ces produits soient “sains” (90 % en 2011 contre 87 % en 2010) ;- la préservation de l'environnement (90 % en 2011 contre 86 % en 2010) ;- la qualité et le goût des produits (89 % en 2011 comme en 2010).Le bien-être des animaux (77 %) et les raisons éthiques (70 %) sont des raisons également citées.En 2011, les acheteurs de produits bio sont majoritairement des femmes, issues de la tranche d'âge 25 - 34 ans, de catégories socioprofessionnelles supérieures, habitants de grandes agglomérations ou l'Ile-de-France.Pour ceux qui n'en achètent pas, les principales raisons évoquées en 2011 sont : - des prix trop élevés (77 %) ;- le manque de “réflexe” d'achat (61 %) ;- pas assez de promotion sur ces produits (36 %) ;- le manque de confiance concernant les produits biologiques (24 %) ;- le non-intérêt pour l'agriculture biologique (24 %) ;- le manque d'information sur les spécificités de ces produits (22 %) ;- les produits bio sont difficiles à trouver dans leur magasin habituel (21 %).


Produits d'appel : les fruits et légumes

Comme les années précédentes, les produits bio les plus fréquemment consommés en 2011 sont : les fruits et légumes (par 89 % des consommateurs bio), les produits laitiers (72 %), les œufs (66 %). Viennent ensuite les produits d'épicerie : huile, pâtes, riz… (55 %), les boissons (49 %), la viande (47 %), le pain (40 %), le thé, café, infusions (35 %), les produits pour le petit déjeuner (30 %), les produits à base de soja (20 %), le poisson (15 %), les compléments alimentaires (9 %) et les petits pots pour bébé (3 %) (graphique 1). En 2011, les produits les plus recruteurs de nouveaux consommateurs (acheteurs depuis moins d'un an) sont : le vin, le poisson, le pain.On note également le développement des ventes des produits biologiques autres qu'alimentaires. En 2011, près de la moitié des foyers français a acheté au moins un “produit biologique” autre qu’alimentaire (produits vaisselle, lessive, produits cosmétiques et d'hygiène, produits de jardinage utilisables en bio, textile bio…).

Les grandes surfaces incontournables

Les lieux d'achat des produits alimentaires bio se multiplient et se diversifient (en acte d'achat) : - les grandes surfaces demeurent incontournables (65 % des consommateurs bio y réalisent leurs achats en 2011), principalement pour le lait, les fromages et autres produits laitiers, les œufs, les produits d'épicerie, le jus de fruit, le café/thé/infusion, les produits à base de soja, les produits pour le petit déjeuner et les petits pots pour bébé ;- les marchés (43 % en 2011), principalement pour les fruits et légumes ;- les magasins spécialisés (31 % en 2011), principalement pour le pain, le vin, les compléments alimentaires ;- la vente directe à la ferme (26 % en 2011), principalement pour les volailles ;- et les artisans (bouchers, boulangers) pour 20 % en 2011, essentiellement pour la viande et la charcuterie bio.En terme de chiffre d'affaires, les principaux circuits de commercialisation des produits bio sont (en sommes dépensées), pour 2011 :- les grandes surfaces alimentaires (49 %) ;- les magasins spécialisés bio en réseau (25 %) ;- les magasins spécialisés bio indépendants (10 %) ;- la vente directe du producteur au consommateur (11 %) ;- les artisans - commerçants (5 %).


Des importations en baisse

En 2011, on estime que 32 % (en valeur) des produits bio consommés en France proviennent de l'étranger (contre 38 % en 2009). Parmi les produits importés : - 31 % sont des produits exotiques, non obtenus sur le territoire français (bananes, fruits exotiques, café, thé, cacao…) ;- 31 % sont liés à des productions pour lesquelles la France n'a pas d'avantages déterminants (agrumes, soja, aquaculture, légumes méditerranéens, divers produits d'épicerie…) ;-38 % sont constitués d'importations ou d'introductions relais pour lesquelles la France a des atouts mais manque conjoncturellement de volumes (céréales, fruits et légumes tempérés frais ou transformés). Parallèlement, les exportations françaises de produits bio sont estimées à 192 millions € en 2011. Elles sont essentiellement constituées de vins issus de raisin bio (46 %), devant les produits d'épicerie (23 %) et les fruits et légumes (16 %).


(1) Enquête quantitative menée par CSA, pour le compte de l'Agence Bio, du 15 au 21 novembre 2011 auprès d’un échantillon de 995 personnes représentatif de la population française (en terme de sexe, âge - 15 ans et plus -, catégorie socioprofessionnelle du chef de famille, région et taille d’agglomération).
(2) Enquête AND-International / Agence Bio

En savoir plus

Davantage d'informations sur le site de l’Agence bio : http://www.agencebio.org/upload/pagesEdito/fichiers/Barometre_conso_2011.pdf


L’Observatoire normand de l’agriculture biologique est paru. Edition 2011 (données 2010)

L'observatoire régional de l'agriculture biologique dresse un état des lieux de l’agriculture biologique normande. Vous y retrouverez les grandes tendances pour chaque filière, de la production à la consommation.Cette publication est réalisée par Inter Bio Normandie en collaboration avec les groupements bio et les Chambres d'agriculture de Normandie. Véritable outil d'aide à la décision, l'observatoire s'adresse à tous les acteurs agricoles et agroalimentaires normands, les collectivités, les institutions, les enseignants, leurs partenaires et aussi les porteurs de projets.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

MALTRAITANCE CHEVAUX
Un cas dans le Calvados et un dans l'Orne: vigilance et bon voisinage contre les actes de barbarie sur les équidés
Le 25 août 2020, un cheval ornais est retrouvé avec une entaille à l’encolure. Vendredi 28 août 2020, deux chevaux du club…
VEAU 1835
Matricule 1835, levez-vous !
« Matricule 1835, levez-vous » ou l’histoire d’un veau condamné à ce que ses données morphologiques soient retirées de l’…
PAUL CHEVALIER JA 61
" J’ai été surpris mais content d’être élu au bureau "
Paul Chevalier est entré au bureau départemental jeudi 18 juin. À 20 ans, il est secrétaire général adjoint. S’il n’envisage pas…
Armand Prod’homme JA 61
" Pas d’élevage, pas de paysage "
Armand Prod’homme, 22 ans, est en cours d’installation au Gaec Olo, à Livaie, dans le secteur d’Alençon. Le nouveau responsable…
OPNC LACTALIS
Lactalis : L’accord-cadre est signé
L’OPNC (Organisation des Producteurs Normandie Centre) est la première des neuf OP adhérentes à l’Unell a avoir signé un accord-…
AGNEAU PRE SALE
Accrocher les wagons AOT à la locomotive AOP
Après 30 années de travail, l’agneau de pré-salé a enfin obtenu le fameux sésame AOP. Mais la vie dans les herbus n’est pas un…
Publicité