Aller au contenu principal

Machinisme
Consommation des tracteurs agricoles

Avec du GNR proche d’ 1€ TTC du litre, la consommation des tracteurs revient au devant de la scène. Les utilisateurs ont souvent constaté une détérioration de la consommation des tracteurs et fait un lien avec l’évolution des normes antipollution. Les tracteurs sont aussi mieux équipés (transmission, hydraulique…) ce qui contribue à accentuer les pertes entre le moteur, la prise de force et les roues. Pour y voir plus clair, il existe de des références : essais officiels, résultats de bancs d’essais…

Essais OCDE

Le contrôle de la puissance et de la consommation à la prise de force est pratiqué depuis plus de 40 ans. Ce test se déroule selon un protocole commun établi par les différentes stations d’essais officielles européennes et américaines (CEMAGREF, DLG, Nebraska…). Pour chaque tracteur la consommation et le couple sont mesuré aux différents régimes du moteur, ce qui permet d’établir différentes courbes caractéristiques.La consommation est contrôlée pendant 2 heures à la puissance maximale, puis à charge lourde et à charge légère, soit respectivement 100, 85 et 42,5 % de taux de charge. La puissance maximale et la consommation sont également affichées au régime normalisé de la prise de force (540 ou 1 000 trs/min). Dans les années 80/90, la puissance était surtout délivrée à haut régime. Le moteur manquait un peu de souplesse, mais coté consommation, les résultats n’avaient rien a envié à ce que l’on observe depuis ces dernières années (tableau 1). A cette époque les constructeurs testaient pratiquement tous leurs tracteurs.

Essai Powermix

Lors des essais OCDE, les mesures de consommations sont effectuées aux différents régimes du moteur à “pleine charge”. Dans la pratique, les tracteurs sont plus souvent utilisés à charge partielle et à régime intermédiaire. La procédure a donc évolué récemment pour publier, des résultats de consommation à la prise de force, avec des régimes et des niveaux de charges plus faibles. Les tracteurs ayant des utilisations beaucoup plus variées que le travail à la prise de force, la DLG (Allemagne), en concertation avec les autres centres d’essai et les tractoristes a développé depuis 2006 un protocole baptisé “Powermix”. Le principe de l’essai Powermix consiste à simuler à l’aide d’un camion “frein” différents type de travaux agricoles et de mesurer la consommation correspondante.

- Le cycle des travaux de traction comprend 2 essais à 60 et 100 % de charge du moteur : le premier essai, à vitesse plus lente, équivaut à un labour. Le second à vitesse rapide, correspond à un travail de déchaumage.

- Le deuxième cycle comprend les travaux à la prise de force à vitesse d’avancement lente et rapide, avec trois taux de charge (40, 70 et 100 %). Ces travaux correspondent à la herse rotative et à la faucheuse.

- Le dernier cycle sollicite à la fois la prise de force, la traction et l’hydraulique comme pour l'épandage de fumier et le pressage. Au final, 12 mesures de consommation sont effectuées et affichées en gramme par kilowatts et par heure (g/kWh). La consommation spécifique “Powermix” correspond à la moyenne des 12 mesures. Elle est logiquement, plus représentative du comportement global du tracteur. Plus elle est basse, plus le tracteur est économe en carburant.La consommation spécifique “Powermix” est moins favorable que la consommation spécifique à la prise de force à pleine charge (tableaux 2 et 3).

Comparaison rapide

La lecture des consommations en g/kWh n’est pas évidente puisque l’utilisateur est surtout habitué aux litres de carburant qu’il met dans le réservoir de son tracteur. Pour réaliser quelques comparaisons, le tableau 4 donne la quantité de GNR nécessaire par tranche de 10 chevaux selon la consommation Powermix moyenne du tracteur.


Tier 4 plus favorable que Tier 3

Au regard des essais disponibles à la DLG, il apparaît que les tracteurs Tier 4 obtiennent un meilleur résultat de consommation au test Powermix. Le gain et de pratiquement de 40 g/kWh, hors additif AdBlue. La consommation d’additif varie de 3 à 8,6 % et représente en moyenne 5 % de la consommation de GNR. Le prix d’Adblue étant deux fois moins élevé que le GNR (0.4 €/l), on peut considérer actuellement, qu’il faut majorer la consommation spécifique de 2.5 % sur les tracteur “AdBlue”. Cela représente environ l’équivalent de 7 g/kWh de GNR.

Comment accéder aux références

Sites : www2.oecd.org ou www.dlg-test.de


Comment connaître les performances de votre tracteur

Le banc d’essai AILE sera en Basse-Normandie du 11 au 15 juin 20012. Contact auprès des Chambres d’agriculture ou de la Fédération bas-normande des CUMA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

ABATTOIR SAINT HILAIRE
Les élus mettent fin à la régie de l’abattoir de Saint-Hilaire
La communauté d’agglomération Mont-Saint-Michel Normandie a décidé le 15 décembre de mettre un terme à la régie de l’abattoir de…
Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Publicité