Aller au contenu principal

Formation
Construire un bâtiment vaches laitières, se former pour mûrir son projet !

Les Chambres d’agriculture de Normandie organisent des sessions de formation sur la conception des bâtiments vaches laitières. Eric Leroux du GAEC Vailor à St-Fraimbault (61) a suivi l’une d’entre elles. Il nous livre son témoignage sur cette formation.

Eric Leroux du GAEC Vailor à St-Fraimbault (61) nous livre son témoignage sur cette formation.
Eric Leroux du GAEC Vailor à St-Fraimbault (61) nous livre son témoignage sur cette formation.
© CA 61

Qu’est ce qui vous a amené à participer à la formation “Construire un bâtiment VL fonctionnel et à un coût maîtrisé” ?

On a un projet de modernisation de l’atelier vaches laitières. J’ai mis aux normes mon atelier laitier en 1999. Depuis, je me suis mis en GAEC et le troupeau s’est développé. Ainsi, le bâtiment, conçu initialement pour 55 vaches, ne suffit plus à loger mes 75 vaches laitières. Le but de cette modernisation est de se remettre aux normes, mais aussi d’améliorer le confort des animaux et enfin d’améliorer le confort des éleveurs ! Je pense que pour être performant, il faut avoir un confort de travail permettant de pallier aux imprévus et de prévenir les problèmes avant leur apparition.Nous n’avions aucune solution préétablie mais nous souhaitions valoriser l’existant pour limiter les coûts. J’ai souhaité participer à cette formation pour élargir les idées d’évolution possibles, pour trouver les arguments en faveur ou en défaveur de telle ou telle solution. J’étais le seul du GAEC à participer. Aussi, il a fallu beaucoup échanger pour trouver notre solution


Qu’avez-vous tiré de cette formation ?

Le principal bénéfice de la formation est remettre en cause les éventuels a priori que nous aurions pu avoir sur la conception du bâtiment. Les solides données techniques et économiques fournies lors de la formation ont permis de murir notre projet. La qualité de la formation est liée aux intervenants, mais aussi pour une moindre part aux autres participants.

Quelles sont les séquences de la formation que vous avez le plus appréciées ?

La visite de bâtiments de la 2e journée a été essentielle. Voir un bâtiment avec un couloir de distribution de chaque côté a été un déclic pour moi. Cela nous a permis d’imaginer un projet évolutif. Lors de la première journée, nous avons détaillé les différentes voies pour maîtriser les coûts en gardant une bonne fonctionnalité. Cette phase a également été essentielle.

Quels conseils donneriez-vous aux éleveurs ayant un projet de construction ?

Mon premier conseil est de ne pas partir avec des idées arrêtées. On doit avoir des objectifs clairs au départ, mais être ouverts sur les solutions.Mon deuxième conseil est de se donner du temps. En GAEC encore plus qu’en individuel, il faut réfléchir, échanger, argumenter ses idées. C’est de cette façon que l’on peut éviter les erreurs de conception.Enfin, il faut concevoir des bâtiments évolutifs de manière à ne pas se bloquer tout en maîtrisant les coûts.

D’où en êtes-vous dans votre démarche de projet ?

Depuis 6 mois, nous avons beaucoup réfléchi et nous allons mener notre projet en 3 étapes : en 2012/2013, nous agrandissons notre stabulation et notre fumière pour nous remettre aux normes. En 2014, nous optimisons notre salle de traite et enfin, à une échéance plus lointaine, nous avons déjà réfléchi à un schéma d’ensemble permettant de développer notre atelier en fonction des perspectives et en utilisant l’existant. Concrètement, nous calons notre fumière pour 120 VL, mais le reste du logement sera évolutif mais pas surdimensionné. Concernant la traite, la formation nous a permis de nous rendre compte de l’importance de la circulation des vaches laitières pour la performance de la salle de traite. Aussi, notre objectif est de transformer notre 2 x 6 EPI en 2 x 8 TPA. Nous ferons également en sorte de limiter au maximum les surfaces à nettoyer (parc d’attente et sortie des animaux) en utilisant des caillebotis).


Vous posez-vous encore des questions sur votre bâtiment ?

Nous sommes en aire d’exercice paillée actuellement et nous ne sommes pas arrêtés sur le choix “aire paillée ou logettes”. Aussi pour l’instant nous restons en aire paillée en prévoyant une évolution possible en logettes. D’autre part, notre schéma d’évolution d’ensemble est globalement calé mais pourra être adapté. Nous savons que nous ne serons pas bloqués et c’est là l’essentiel.

Les formations des Chambres d’agriculture de Normandie

- “Construire un bâtiment fonctionnel et à un coût maîtrisé” par la Chambre d’agriculture de l’Orne les 19 et 26/02/2013. Contact : Vincent Roussel 02 33 62 28 83.

- “Bien adapter ses bâtiments lors d’une extension de troupeau” par la Chambre d’agriculture du Calvados les 13 et 27/11/2012.

Contact : Sylvain Kientz 02 31 70 25 69.

D’autres sessions sur le sujet seront proposées début 2013.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Commémorations : des restrictions de circulation à prévoir le 6 juin 2024
À l'occasion des commémorations du 80e anniversaire du Débarquement, une zone de circulation régulée (ZCR) va être mise en place…
La grande championne du concours régional Prim'Holstein, cette année, est PLK Plusbelle du Gaec Christal de l'Eure.
[EN IMAGES] Festival de l'élevage de Vire : le Graal pour PLK Plusbelle
Elles étaient nombreuses sur le ring de l'hippodrome de Vire, samedi 1er juin 2024 : les Prim'Holsteins venues du Calvados, de l'…
Valentin Flajolet est polyvalent, entre bovins, ovins et équins. Avec Tatiana, génisse de 20 mois, il participe à son 1er concours en tant qu'associé.
Valentin Flajolet, jeune éleveur bien dans ses bottes dans le Calvados
Installé depuis le 15 avril 2024, Valentin Flajolet conjugue entre existant et nouveauté. À Rumesnil, dans le Calvados, il…
Yvonne Mancel, entourée de son fils, Jacques, sa belle-fille, Christine et sa petite-fille, Barbara.
À 103 ans, Yvonne Paris se souvient de la drôle de guerre
À 103 ans, Yvonne Paris fait partie des témoins précieux de cette Seconde Guerre mondiale. Dans les moindres détails, elle se…
Hervé Morin veut régionaliser l'accès à l'agrivoltaïsme
Après avoir tapé du poing sur la table sur la "méthanisation", Hervé Morin remet le couvert sur "l'agrivoltaïsme". La Région…
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département.
L'association L214 s'infiltre dans une ferme ornaise
La semaine dernière, l'association L214 s'est introduite dans un élevage de volailles du département. Une action dénoncée par la…
Publicité