Aller au contenu principal

Lait
Contrats laitiers : la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage généralisée

Dans tous les contrats proposés par les laiteries, l’adhésion à la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage devient obligatoire. Son contenu s’enrichit en 2012.

1 - Une adhésion obligatoire

Toutes les laiteries mentionnent l’obligation d’adhérer à la Charte des Bonnes Pratiques d’Elevage dans leurs projets de contrat. Pour deux d’entre elles, un arrêt de collecte peut être causé par l’absence d’engagement dans la Charte, ou le non renouvellement de l’agrément, après échec du plan mis en œuvre pour le retrouver. Une laiterie se réserve la possibilité de compléter les exigences en matière de responsabilité sociétale et environnementale. La Charte se décline en six chapitres d'engagement : identification, santé du troupeau, alimentation, qualité du lait, bien-être des animaux et sécurité des personnes, protection de l'environnement. L’adhésion à la Charte est validée par un technicien, souvent l’Agent Relation Cultures de la laiterie, et doit être renouvelée par une visite de contrôle bisannuelle.

2 - Le contenu de la Charte évolue en 2012

Une majorité d’éleveurs laitiers adhère déjà à la Charte, puisque environ 90 % du lait produit en Normandie provient d’élevages chartés. Les exigences vont se renforcer en 2012. La quatrième version apporte des précisions dans certains domaines et de nouvelles exigences. Ainsi, elle accompagne les évolutions de la conditionnalité des aides PAC, en mentionnant l’obligation du bilan sanitaire d’élevage et de la visite sanitaire. La protection de l’environnement est davantage mise en avant, avec l’obligation de border les cours d’eau d’herbe ou d’arbres, la préservation de zones semi-naturelles et le maintien des prairies permanentes (leur retournement sera soumis à demande d’autorisation). Par ailleurs, l’accent est mis sur l’utilisation économe de l’eau et de l’énergie. Enfin, même en l’absence de salariés, d’apprentis ou de stagiaires, l’analyse des risques sur l’exploitation (par le biais du Document Unique de Prévention des Risques) est demandée, pour la sécurité des personnes extérieures intervenant sur l’exploitation. Ces nouveautés seront abordées lors des visites de renouvellement d’agrément, de façon à sensibiliser les éleveurs qui devront, si leurs pratiques ne sont pas conformes, s’engager à progresser. Les documents éleveurs sont relookés et un site internet est à disposition des éleveurs et du grand public.

En savoir plus

Consultez le site internet de la Charte :www.charte-elevage.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

[LES GAGNANTS DU JOUR] Race Blanc bleu : deux éleveurs normands se démarquent
Jeudi 29 février 2024, le concours général agricole de race Blanc bleu s'est déroulé sur le ring de présentation du hall 1 du…
La SCA normande mise à l’arrêt forcé par les agriculteurs à Lisieux
Lundi 29 janvier 2024, sous l’impulsion de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs, la profession s’est mobilisée pour bloquer la SCA…
[CÔTÉ JEUNES] TIEA 2024 : Le lycée agricole de Sées repart avec la médaille d'or
Cinq établissements normands ont fait le déplacement à Paris, pour participer au Trophée international de l’enseignement agricole…
Lucie Lesieur, heureuse éleveuse de Salers
À Rônai, dans l'Orne en Normandie, Lucie Lesieur s'épanouit enfin à la ferme. Après une formation en commerce, elle décide, alors…
[NEWS DU SALON] Grande championne, Hamada renouvelle l'exploit
Et un, et deux victoires à Paris pour Hamada, une Normande, jugée exceptionnelle par le juge, Charles Delalande le jour du…
[EN VIDEO] La Normande devient la star du Salon international de l'agriculture 2024
Sur les billets d'entrée, ou encore sur les affiches, dans le métro, la Normande sera à l'honneur pour la 60e édition du Salon…
Publicité