Aller au contenu principal

Coopérative linière du Nord de Caen : un cru du cinquantenaire prometteur

A la coopérative linière du Nord de Caen, l’échantillonnage des parcelles s’est déroulé mardi. Les craintes passées sont estompées.

Le 50e anniversaire de la coopérative de Villons-les-Buissons sera célébré le 3 juillet prochain. Les festivités se préparent pendant que le lin achève sa croissance. Entretien avec son président, Henri Pomikal.

Pourquoi une opération d’échantillonnage des parcelles ?
Nous prélevons effectivement, le même jour et quasiment à la même heure, un échantillon de chaque parcelle de nos adhérents. Soit un total de 200 échantillons environ correspondant à notre sole de 2000 ha. Cette photographie à l’instant T nous permet d’avoir une vision, quantitative et qualitative, de la prochaine récolte même si l’aléa climatique est toujours possible. Cette approche nous permet d’anticiper le plan de charge de l’usine. Faut-il envisager le passage de 35 à 39 h/semaine ? Faut-il prévoir un poste de nuit ? C’est un outil d’aide à la décision.

Comment se présente ce cru 2015 ?
La récolte n’est pas encore rentrée, il convient donc de rester prudent. On peut s’attendre cependant à un cru 2015/2016 de moyen à bon après une campagne 2014/2015 exceptionnelle. On craignait le pire il y a quelques semaines mais les deux derniers épisodes orageux sont venus régulariser la situation. Le coup d’eau de lundi a couché quelques parcelles mais, avec le beau temps annoncé dans les prochains jours, je pense qu’elles vont se relever.

Il se fait aussi du lin d’hiver sur votre territoire. Avantages et inconvénients ?
On en dénombre environ 250 ha et c’est en légère progression. Le risque gel est réel (- 12/-15o C). Le rouissage est délicat car on l’implante sur des surfaces caillouteuses qui retiennent mal l’humidité nocturne en été mais c’est un risque à calculer sur des terres où l’on ne sait plus trop quoi faire. La plupart de ces lins d’hiver sont arrachés. Quantitativement, on approche les rendements de lin de printemps. Qualitativement, ça décroche un peu. Donc à chacun de voir mais, pour la coopérative, c’est une façon de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Si le déficit hydrique s’était poursuivi, le tonnage lin d’hiver aurait assuré une partie non négligeable de notre plan de charge. 

La semaine prochaine, vous fêterez vos 50 ans, enfin ceux de la coopérative. Quel est le programme des festivités?
Animations, repas et, au préalable, inauguration d’une exposition avec démonstration d’un moulin flammand. Nous avons pour cela embauché Manon Drion, stagiaire en école de communication et d’évènementiel. Cette exposition sera ouverte du 4 juillet au 29 août, du lundi au samedi, de 14 h à 18 h, au grand public. Quatre espaces seront proposés : histoire du lin, qualité du lin, culture-transformation et débouchés-innovations. Une chaine de teillage sera également reconstituée pour visualiser les différentes étapes de travail. Une exposition ludique et pédagogique idéale aussi pour les vacanciers.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

tuberculose bovine
Dans la Calvados, un 7e cas de tuberculose bovine confirmé
Le GDS et la DDPP confirment, mardi 13 avril2021, qu'un septième foyer de tuberculose bovine a été détecté dans le Bessin.
SAMA THIBERVILLE 27
Un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27)
Depuis le 1er mars, la Sama propose un pôle fruits-légumes-arboriculture au départ de Thiberville (27). Au commerce : Olivier…
Christian et Catherine Duchemin vendent La Ferme du Val d’Odon à Alain Datin
Christian et Catherine Duchemin passent la main. Alain Datin, aussi directeur du négoce D2N, a pris la tête de La Ferme du Val d'…
TUBERCULOSE BOVINE, REUNION THURY HARCOURT
Tuberculose bovine : la profession réclame efficacité et rapidité
Jeudi 18 mars, à Thury-Harcourt, les éleveurs de Suisse normande étaient invités à une réunion sur la tuberculose bovine, à l’…
Le Haras national du Pin proposé à la cession pour un euro symbolique
La préfète de l’Orne propose de céder le Versailles du cheval pour 1 € symbolique. Françoise Tahéri a annoncé la nouvelle mardi…
Saint-Louis Sucre : « La fermeture de Cagny, c’est du foutage de gueule »
Loïc Touzé, salarié Saint-Louis Sucre et délégué syndical FO, s'insurge de la fermeture de la sucrerie, annoncée le 31 mars 2021…
Publicité