Aller au contenu principal

Groupement bovins
Copelveau n'a pas les deux pieds dans le même sabot

A Copelveau, le seul groupement bovins encore basé dans la Manche, on se démène pour les producteurs. Lors de l'assemblée générale, se déroulant mercredi à Gavray, Philippe Dolley, président de la structure, a mis en exergue "37 000 têtes commercialisés. Nous représentons 25% de l'activité manchoise en JB et 8% en gros bovins". La force de Copelveau ? Avoir passer une partie de de sa production dans des filières de qualité comme FQRN, Label Blond d'Aquitaine, Boeufs de Nos Régions et dernièrement Hebdopack. Reste que les dirigeants du groupement tapent du poing sur la table, "il est inadmissible que les éleveurs allaitants, qui ont la partie la plus ingrate de la filière bovine, soient soumis au "presse citron" de la grande distribution".

Philippe Dolley (au centre), président du groupement Copelveau, "attention à l'augmentation des coûts de production. L'avenir de la production de viande bovine passe par l'autonomie alimentaire et l'optimisation sur la qualité et la quantité des fourrages produits".
Philippe Dolley (au centre), président du groupement Copelveau, "attention à l'augmentation des coûts de production. L'avenir de la production de viande bovine passe par l'autonomie alimentaire et l'optimisation sur la qualité et la quantité des fourrages produits".
© ec

La situation de la viande bovine en 2010 a été marquée par de grosses variations de prix. A Copelveau, on met aussi en cause les industriels, "ils ne jouent pas troujours le jeu. Sur l'année dernière, le revenu moyen disponible pour prélèvements privés et autofinancement serait de 7900 euros par exploitation. C'est de la mendicité!" Et de conclure, "face à cette situation, c'est l'ensemble de la filière qui doit réagir (à quoi bon maintenir un couplage à 170 euros par tête, si l'on ne peut même faire vivre un paysan ?"


La suite dans votre prochaine édition

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Fossé traité : l’agriculteur ne nie pas mais regrette la procédure
Début juin, un agriculteur reçoit un appel de l’Office français de la biodiversité du Calvados pour avoir traité un fossé. Lundi…
Une éleveuse ornaise sur les marches du festival de Cannes
Jeudi 15 juillet, Anne-Cécile Suzanne, agricultrice à Mauves-sur-Huisne (61), a monté les marches du Palais des festivals à…
Pour la Préfète de l’Orne, Françoise Tahéri, Maxime Le Jeanne décrit l’équipement de l’unité de méthanisation installée en 2011 au Gaec des Fossés à Moussonvilliers dans le Perche et agrandie en 2016.
La préfète appréhende le cycle complet de la méthanisation
Sur l’invitation de la FDSEA et de JA, Françoise Tahéri, préfète de l’Orne, s’est rendue mardi 6 juillet 2021, dans l’élevage de…
Les rendements en orges sont au rendez-vous de la moisson
En date de lundi 19 juillet 2021, les organismes de collecte saluent une belle avancée dans les orges et attendent les premières…
Moisson 2021
La météo pluvieuse contrarie la collecte
Lundi 26 juillet, la collecte des orges se termine mais la pluie a stoppé l’avancement des récoltes.
Catherine Pilet-Fontaine, exploitante à Ranville, Daniel Savary, salarié et Geoffroy de Lesquen, agriculteur et vice-président de la fédération des chasseurs du Calvados.
La faune sauvage préservée grâce à la barre d’effarouchement
A Ranville, Catherine Pilet-Fontaine vient de recevoir une barre d’effarouchement, financée par la fédération des chasseurs du…
Publicité