Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Groupement bovins
Copelveau n'a pas les deux pieds dans le même sabot

A Copelveau, le seul groupement bovins encore basé dans la Manche, on se démène pour les producteurs. Lors de l'assemblée générale, se déroulant mercredi à Gavray, Philippe Dolley, président de la structure, a mis en exergue "37 000 têtes commercialisés. Nous représentons 25% de l'activité manchoise en JB et 8% en gros bovins". La force de Copelveau ? Avoir passer une partie de de sa production dans des filières de qualité comme FQRN, Label Blond d'Aquitaine, Boeufs de Nos Régions et dernièrement Hebdopack. Reste que les dirigeants du groupement tapent du poing sur la table, "il est inadmissible que les éleveurs allaitants, qui ont la partie la plus ingrate de la filière bovine, soient soumis au "presse citron" de la grande distribution".

Philippe Dolley (au centre), président du groupement Copelveau, "attention à l'augmentation des coûts de production. L'avenir de la production de viande bovine passe par l'autonomie alimentaire et l'optimisation sur la qualité et la quantité des fourrages produits".
Philippe Dolley (au centre), président du groupement Copelveau, "attention à l'augmentation des coûts de production. L'avenir de la production de viande bovine passe par l'autonomie alimentaire et l'optimisation sur la qualité et la quantité des fourrages produits".
© ec

La situation de la viande bovine en 2010 a été marquée par de grosses variations de prix. A Copelveau, on met aussi en cause les industriels, "ils ne jouent pas troujours le jeu. Sur l'année dernière, le revenu moyen disponible pour prélèvements privés et autofinancement serait de 7900 euros par exploitation. C'est de la mendicité!" Et de conclure, "face à cette situation, c'est l'ensemble de la filière qui doit réagir (à quoi bon maintenir un couplage à 170 euros par tête, si l'on ne peut même faire vivre un paysan ?"


La suite dans votre prochaine édition

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
John Deere : le premier 8R sur les routes du pays d’Auge
Les établissement Ruaux ont vendu et livré le premier tracteur John Deere 8R/370 en Normandie. Visite complète au champ.
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
Publicité