Aller au contenu principal

Le jeune bovin toujours en progression
Copelveau récolte le fruit de ses efforts

Satisfecit pour la coopérative normande qui a mis le paquet sur le JB. Les éleveurs, eux, bénéficient d'une filière performante

La contractualisation des JB intéresse de plus en plus d'éleveurs.
La contractualisation des JB intéresse de plus en plus d'éleveurs.
© DR
Alors que le grand-ouest subit une régression de 3,8%, la Basse-Normandie et Copelveau enregistrent respectivement + 3,7 et +10% de hausse concernant les jeunes bovins. Concrètement, près de 28 000 animaux ont été commercialisés par la coopérative normande : 44% de JB, 32% en broutards, 18% de bovins “traditionnels”, 3% en veaux, le reste étant représenté par les exportations en mâles et femelles et 1% de gros bovins maigres. +10% en Manche Fer de lance de Copelveau, l’activité jeunes bovins est donc en constante progression avec pour l’ensemble de cette filière 73% en races à viande et 27% en animaux laitiers. “La contractualisation en JB n’a pas arrêté de croître” soulignent les dirigeants de la coop. “Dans la Manche, nous avons augmenté de 10%. Notre développement se fait grâce à une politique d’organisation de producteurs basée sur la transparence, la mise en place des filières, un suivi sanitaire et technique, une sécurisation maximum du revenu de l’éleveur sans oublier une contractualisation qui a fait ses preuves depuis 2002”. Et d’enfoncer le clou en soulignant que le travail effectué permet de donner une bonne stabilité à la coop. “Nous avons sur l’exercice 2006 un excédent de 42 935 euros après redistribution aux éleveurs engagés dans l’appui technique Copelveau : 5 euros par broutard mis en place, 7 euros/jeune bovin produit et 15ù sur le chiffres d’affaires “produits vétérinaires et dérogataires (137 078 euros”). L’année dernière, l conseil avait pris la décision de mettre à disposition des éleveurs le financement de la production. Cette mesure, très appréciée pour des raisons pratiques et de suivi, a permis à 90% des adhérents d’opter pour cette solution, avec la maintien du paiement des broutards à 50 jours après la livraison en atelier et le règlement à 12 jours après abattage des animaux est toujours maintenu. En final, Jean-Claude Dorenlor (Chambre d’Agriculture) est intervenu sur l’avenir de la viande bovine. “2006 a été une très bonne année mais 2007 est plus sombre”. En effet, le déficit européen de viande bovine fait la part belle aux importations venant notamment du Brésil avec des prix planchers. “Les éleveurs devront se montrer vigilants, de plus la réforme de la PAC n’annonce rien de bon”.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité