Aller au contenu principal

Fromage de chèvre
Corinne Rossigny, la chevrière qui ne lâche rien

Depuis 2011, Corinne Rossigny est installée à Crouay (14) et produit du fromage de chèvre. Un parcours semé d’embuches qui n’a pas altéré sa volonté de continuer le métier d’agricultrice dont elle est toujours passionnée.

Corinne Rossigny
Chevrière à Crouay depuis 2011, Corinne Rossigny vend du fromage de chèvre sur les marchés.
© DR

Après sept années de vie parisienne, Corinne Rossigny et sa famille décident de venir s’installer à Crouay (14) en 2011. « On n’était pas du tout du coin, on voulait faire des chèvres, avec un petit troupeau, à taille humaine ». Elle devient alors exploitante d’une ferme de 6 ha comptant aujourd’hui 42 chèvres Alpines. Peu de temps après l‘installation, elle apprend qu’elle est atteinte d’un cancer : « on a tout stoppé, ça a décalé notre programme de reproduction de deux mois. Finalement, nous sommes en décalage avec les autres chevriers. Ils ont beaucoup de lait pour Pâques, nous pour Noël ». En janvier 2013, son mari décède. « Avant on vendait à la ferme, mon mari m’aidait, maintenant on ne peut plus ». Corinne Rossigny décide quand même de continuer à travailler.

Seule sur la ferme

Elle vend son fromage aux marchés de Ouistreham, de Saint-Lô, à la crèmerie de Courseulles, à des restaurateurs et s’organise avec des collègues producteurs pour que ses produits soient présents dans d’autres marchés. Son amplitude horaire s’allonge et elle ne parvient pas à se dégager de temps libre : « je suis épuisée, je mange des réglisses pour ne pas m’endormir en voiture. Toute seule, je galope tout le temps ». La fin de lactation lui permet de passer en monotraite, « je souffle un peu ». Elle rationnalise le travail grâce aux lactations longues sur une partie du cheptel, qui permettent de continuer à traire les chèvres sans les avoir mises à la reproduction. « Le lait vient grâce à la présence du reste du troupeau qui a des chevreaux. Ça me permet de réduire le nombre de mise bas, ce qui abîme les chèvres et est chronophage ». En dépit du surmenage, Corinne Rossigny est fière d’avoir reçu la médaille de bronze du Concours général agricole de 2019 dans la catégorie Fromage de chèvre à pâte molle et à croûte fleurie. Elle ajoute aussi : « mon troupeau est entièrement indemne du virus de Caev, j’en suis fière, c’est une maladie répandue ». Aujourd’hui la chevrière réfléchit à s’associer à un autre éleveur dans le but de se dégager du temps libre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

La coopérative linière du nord de Caen recrute
La Coopérative linière du nord de Caen créé une nouvelle équipe de nuit et recrute une dizaine de personnes sur son site de…
Marine et Jean-Sébastien Schils, agriculteurs du Calvados, sur M6 ce mercredi 4 janvier 2023
Marine et Jean-Sébastien Schils ont créé leur entreprise de pailles en seigle bio, La Paille d'O, afin de diversifier les sources…
Le CSP collectif : ce qu’en pensent les agriculteurs
La Chambre d’agriculture de Normandie organise quelques sessions de conseil stratégique phytosanitaire collectives. Près de 18 …
[EN IMAGES] Les étourneaux font leur nid dans le Bessin
Après le sud Manche, c’est au tour du Bessin, dans le Calvados, de subir les conséquences d’une présence excessive et durable de…
PARTICIPEZ AU JEU SM CAEN - GRENOBLE
 Jeu concours "Match à domicile du SM Caen". 2 places à gagner pour aller supporter votre club normand au stade d'Ornano !
Ter'élevage : l’ouest décapitalise plus qu’ailleurs
Succès pour les rencontres bovines Ter’élevage qui se sont déroulées le 7 décembre 2022 à Noyers-Bocage (14). 280 animaux…
Publicité