Aller au contenu principal

Elevage
Coûts des bâtiments vaches laitières

Référentiel des prix des logements, déjections et traite pour vaches laitières en Basse-Normandie.

Ce document a pour objectif d’apporter aux concepteurs de bâtiments des éléments sur les coûts globaux des constructions afin de leur permettre de préciser plus facilement l’incidence économique des projets en fonction des différentes solutions qui peuvent être envisagées par les éleveurs (type de stabulation, types d’équipements de traite…).Il est proposé différents types de logements pour 58-60 ou 120 vaches laitières et 20 blocs traite de 5 à 32 postes.Ce référentiel de coût à la place a été réalisé dans le cadre de la collaboration Bretagne, Pays de la Loire, Basse-Normandie, initiée par les GIE Elevage des trois régions avec les conseillers spécialisés bâtiments des Chambres d’agriculture.

Le logement

Chaque logement est présenté sous forme de fiche suivant le système retenu.La conception du bâtiment est optimisée, limitée en mur béton, valorisant au maximum le bois dans la construction (charpente et bardage). La capacité de chaque bâtiment est calculée à partir du couchage avec une place par vache en aire paillée comme en logettes.Les fourrages sont distribués à l’auge avec, soit une place par vache et des cornadis pour les aires paillées et les logettes sur 2 ou 4 rangées, soit une barre au garrot et au minimum 50 cm par vache.

La gestion des déjections et effluents peu chargés

Le temps de présence des animaux en stabulation est basé sur 225 jours par an, dont 170 jours pour la période hivernale. Une pluviométrie annuelle voisine de 900 mm. Les bases de calcul pour la comparaison des différentes hypothèses sont :

- 4 mois de stockage pour le fumier de raclage : un fumier mou à compact qui nécessite un paillage adapté : 4 kg de paille minimum par vache par jour en logettes et 1,5 kg sur l’aire d’exercice raclée en aire paillée, un stockage en fumière “type 3 murs” d’une hauteur de 1,50 m ;

- 4 et 6 mois pour les effluents liquides (lisiers et effluents peu chargés) avec fosse béton et fosse géomembrane.
Les volumes de stockage intègrent les effluents de traite : eaux blanches + eaux vertes ;

- pour les bâtiments 60 places, un volume “standard” de 40,4 m3 par mois correspondant à une installation de traite Epi ligne basse 2 x 6 postes ;

- pour les bâtiments 120 places, les volumes sont adaptés aux installations de traite associées au couchage : 82 m3 par mois pour une TPA (traite par l’arrière) 2 x 12 postes et 88 m3 pour un roto intérieur 24 postes ;- une hypothèse avec traitement des effluents peu chargés : eaux blanches, eaux vertes, lixiviats de fumière (découverte) et eaux brunes : “l’épandage sur prairies”.

Le bloc traite

Le coût global de chaque bloc traite prend en compte la salle de traite avec son équipement, la laiterie et l’aire d’attente.Toutes les installations sont prévues de plain-pied avec un seul couloir de retour et un pont levis sécurisé pour les épis 2x4 à 2x8 et deux couloirs de retour pour les TPA et les épis 2x10 et plus.Pour les troupeaux de plus de 80 vaches, l’aire d’attente représente une surface importante (ex. : 144 m² pour 120 VL). Elle a cependant été maintenue dans tous les projets pour faciliter les comparaisons. Elle peut toutefois être intégrée partiellement ou en totalité sur l’aire d’exercice ce qui permet de réduire sensiblement l’investissement. Le coût d’une aire d’attente varie de 250 à 350 € par vache.La conception est optimisée : hauteur de murs prévue à 3,50 m pour les installations épis et 2 m pour les TPA (la partie haute étant réalisée en bardage bois à clin).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité