Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En direct de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Couverts végétaux : à détruire avant la mi-mars

L’intérêt des couverts hivernaux est incontestable. Cependant, pour ne pas pénaliser la culture principale, il est impératif de les détruire suffisamment tôt.

La destruction mécanique est souvent efficace, les meilleurs résultats étant obtenus avec des matériels de type cover-crop ou déchaumeurs à dents et disques. Le roulage des couverts sur sol gelé confirme également son intérêt, notamment pour la moutarde, la phacélie ou le radis fourrager. La destruction chimique sera réservée aux couverts de graminées.

Détruire le couvert avant le 15 mars
Des couverts implantés après une céréale comme la moutarde ou la phacélie peuvent être détruits dès le mois de décembre (sauf réglementations ou contrats particuliers : CAD par exemple). Des couverts implantés après un maïs peuvent rester en place jusqu'à la mi-mars (sauf sur des sols séchants où il est conseillé de les détruire dès le 15 février). Attention cependant à ne pas détruire les couverts trop tard. Ce conseil s'adresse particulièrement aux éleveurs tentés de laisser le couvert en place jusqu'en avril pour le valoriser en ensilage ou en pâturage. Une destruction tardive pénalise la culture suivante : baisse du niveau de la réserve en eau du sol, absorption d'azote, sol plus long à se ressuyer.

La destruction mécanique est souvent possible
La destruction mécanique est possible dans la plupart des cas. Si le couvert est bien développé, un broyage préalable est conseillé, sauf sur des sols sensibles au tassement. Il est ensuite nécessaire de faire un à deux passages d'outils. Un essai mis en place au Val Saint-Père, avec un cofinancement du FEOGA, a permis de tester plusieurs matériels pour la destruction des couverts. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec les cover-crop et les déchaumeurs à dents et disques. On peut noter que les déchaumeurs à “disques indépendants” ont donné des résultats médiocres quelle que soit l'espèce (moutarde, phacélie, avoine et ray-grass).
Dans le cas du ray grass, ce sont souvent deux passages qui sont nécessaires pour une bonne destruction : le premier doit être superficiel (6-8 cm) pour hacher le couvert. Après dessèchement de la surface, le second passage est fait plus profondément (10-12 cm). Il est conseillé de croiser les passages pour une meilleure efficacité.
On peut également signaler une nouvelle méthode, importée d'Amérique du Sud : le roulage des couverts, à faire sur sol gelé. La destruction est d'autant plus efficace que les plantes sont développées. C'est une méthode qui est actuellement en développement en France, surtout par les adeptes du non-labour. Ce système est particulièrement efficace pour la phacélie, la moutarde ou le radis. Il l'est moins pour la navette, le colza ou les graminées.

La destruction chimique à utiliser avec modération
La destruction chimique au glyphosate est parfois interdite (CTE, CAD, zones d'actions complémentaires). Elle reste cependant efficace pour les couverts de graminées, à une dose limitée à 1 l ou 1,5 l/ha.
Un passage d'outil à disques ou à dents sera effectué une fois le couvert jauni pour enfouir les résidus.

 Pour écrire à l'auteur:
npoisson@manche.chambagri.fr

En savoir plus :

www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Élodie et Baptiste Leclerc (50)
Témoignage d'Élodie et Baptiste Leclerc, éleveurs de veaux à Le Mesnilbus (50)
Élodie et Baptiste Leclerc élèvent des veaux à Le Mesnilbus (50) en intégration chez Denkavit. Âgés tous les deux de 31 ans, ils…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité