Aller au contenu principal

En direct de la Chambre d'Agriculture de la Manche
Couverts végétaux : à détruire avant la mi-mars

L’intérêt des couverts hivernaux est incontestable. Cependant, pour ne pas pénaliser la culture principale, il est impératif de les détruire suffisamment tôt.

La destruction mécanique est souvent efficace, les meilleurs résultats étant obtenus avec des matériels de type cover-crop ou déchaumeurs à dents et disques. Le roulage des couverts sur sol gelé confirme également son intérêt, notamment pour la moutarde, la phacélie ou le radis fourrager. La destruction chimique sera réservée aux couverts de graminées.

Détruire le couvert avant le 15 mars

Des couverts implantés après une céréale comme la moutarde ou la phacélie peuvent être détruits dès le mois de décembre (sauf réglementations ou contrats particuliers : CAD par exemple). Des couverts implantés après un maïs peuvent rester en place jusqu'à la mi-mars (sauf sur des sols séchants où il est conseillé de les détruire dès le 15 février). Attention cependant à ne pas détruire les couverts trop tard. Ce conseil s'adresse particulièrement aux éleveurs tentés de laisser le couvert en place jusqu'en avril pour le valoriser en ensilage ou en pâturage. Une destruction tardive pénalise la culture suivante : baisse du niveau de la réserve en eau du sol, absorption d'azote, sol plus long à se ressuyer.

La destruction mécanique est souvent possible
La destruction mécanique est possible dans la plupart des cas. Si le couvert est bien développé, un broyage préalable est conseillé, sauf sur des sols sensibles au tassement. Il est ensuite nécessaire de faire un à deux passages d'outils. Un essai mis en place au Val Saint-Père, avec un cofinancement du FEOGA, a permis de tester plusieurs matériels pour la destruction des couverts. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec les cover-crop et les déchaumeurs à dents et disques. On peut noter que les déchaumeurs à “disques indépendants” ont donné des résultats médiocres quelle que soit l'espèce (moutarde, phacélie, avoine et ray-grass).
Dans le cas du ray grass, ce sont souvent deux passages qui sont nécessaires pour une bonne destruction : le premier doit être superficiel (6-8 cm) pour hacher le couvert. Après dessèchement de la surface, le second passage est fait plus profondément (10-12 cm). Il est conseillé de croiser les passages pour une meilleure efficacité.
On peut également signaler une nouvelle méthode, importée d'Amérique du Sud : le roulage des couverts, à faire sur sol gelé. La destruction est d'autant plus efficace que les plantes sont développées. C'est une méthode qui est actuellement en développement en France, surtout par les adeptes du non-labour. Ce système est particulièrement efficace pour la phacélie, la moutarde ou le radis. Il l'est moins pour la navette, le colza ou les graminées.

La destruction chimique à utiliser avec modération

La destruction chimique au glyphosate est parfois interdite (CTE, CAD, zones d'actions complémentaires). Elle reste cependant efficace pour les couverts de graminées, à une dose limitée à 1 l ou 1,5 l/ha.
Un passage d'outil à disques ou à dents sera effectué une fois le couvert jauni pour enfouir les résidus.

 Pour écrire à l'auteur:
npoisson@manche.chambagri.fr

En savoir plus :

www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Pascal Le Brun a été entendu par les adhérents des sections lait de la FDSEA et JA, représentées par Ludovic Blin, Edouard Cuquemelle et Luc Chardine.
FDSEA et JA interpellent Pascal Le Brun d'Agrial
Le 11 avril dernier, une cinquantaine d'adhérents des sections lait de la FDSEA et des JA ont rencontré Pascal Le Brun d'…
Ghislain Huette (à gauche) et Armand Prod'Homme (à droite)
"JA61, c'est avant tout une équipe"
La relève est assurée. Le lundi 15 avril 2024, Armand Prod'Homme et Ghislain Huette ont été nommés coprésidents du syndicat des…
Philippe Chesnay cultive sur 54 ha en bio du colza, de l'avoine et du trèfle principalement.
Aides de la PAC : ça ne passe toujours pas
Philippe Chesnay, agriculteur en grandes cultures, est toujours en attente d'une aide de 300 euros, qui devait lui être versée…
A Bretteville-sur-Ay, Charlène et Thomas Lebreuilly, maraichers bio, ont échangé avec le premier ministre, Gabriel Attal, en présence des responsables agricoles de la Manche.
Gabriel Attal, Premier ministre dans la Manche : "L'agriculture est une force et une chance"
Le Premier ministre, Gabriel Attal, s'est déplacé dans la Manche, samedi 27 avril, en débutant par la Foire aux bulots de…
Un projet de voie verte a été porté à connaissance d'exploitants de la Vallée de la Touques, ce qui inquiète l'association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, zone inondable.
Vallée de la Touques, dans le Calvados : bientôt des cyclistes dans les champs ?
L'Association pour la protection de l'environnement de la vallée de Saint-Julien-sur-Calonne, dans le Calvados, est sur le pied…
Le festival de l'élevage revient à l'hippodrome de Vire vendredi 31 mai et samedi 1er juin 2024.
Festival de l'élevage 2024 à Vire : "le concours phare" des Prim'Holsteins en Normandie
La ville de Vire, dans le Calvados, va de nouveau accueillir son festival de l'élevage, vendredi 31 mai et samedi 1er juin…
Publicité