Aller au contenu principal

Environnement
Couvrir ses sols pour l’hiver

En zone vulnérable, la couverture complète des sols est prévue pour l’hiver 2012/2013. Les ensilages de maïs démarrant tôt cette année, c’est l’occasion de semer des couverts dans de bonnes conditions, en choisissant de préférence des graminées.

Ce qui change avec la nouvelle Directive Nitrates
Un nouvel arrêté départemental a été signé cet été pour les zones vulnérables. En ce qui concerne la couverture des sols en hiver, il y a deux principaux changements :
- l’obligation devient individuelle (chaque exploitation doit la respecter) ;
- l’objectif est d’atteindre 100 % des sols couverts au cours de l’hiver 2012/2013.
Pour cela, des étapes sont prévues (voir tableau 1).
La couverture à 100 % qui était déjà obligatoire en zone d’actions complémentaires est maintenue.
Les dates d’implantation et de destruction ne changent pas : le semis après céréales doit être fait avant le 15 septembre, et la destruction avant maïs après le 1er février. Après un maïs grain, il est possible de broyer les cannes et de les enfouir sans semer de couvert. Après un maïs ensilage, le semis d’un couvert est obligatoire.
En zone d’actions complémentaires, la destruction est obligatoirement mécanique. Ailleurs, elle reste conseillée, mais il est possible de détruire chimiquement après le 15 février si le couvert est semé depuis plus de 4 mois et demi.

A partir du 15 septembre, optez pour des graminées
Le choix du couvert est à adapter en fonction de ses objectifs, de sa rotation, et du matériel disponible sur l’exploitation.
Le couvert le plus économique est la moutarde. Elle se sème très facilement à la volée avec un semoir de type Delimbe monté sur un déchaumeur. La dose de semis est d’environ 8 à 10 kg/ha pour un coût de semence de 25 à 30 € HT de l’hectare. Elle est déconseillée dans les rotations avec du colza. En cas de fort développement, un broyage est nécessaire avant de l’enfouir. A partir du 15 septembre, son développement est aléatoire : il ne sera satisfaisant que si l’automne est doux.
Par contre, les graminées comme l’avoine d’hiver, l’avoine diploïde, le ray-grass, le seigle conviennent parfaitement à des semis actuels, et jusqu’à la mi-octobre (voir tableau 2).
Des mélanges sont également possibles, à réaliser soi-même ou à acheter  prêt à l’emploi : avoine/seigle, avoine/moutarde, ray-grass/trèfle incarnat… les possibilités sont très variées. L’intérêt des mélanges est de limiter le risque d’échec : si une des espèces se développe mal, ce sont les autres qui compensent. Par ailleurs, les plantes associées se développent souvent mieux que lorsqu’elles sont seules : il y a un effet de synergie.
Article réalisé avec l’appui
du FEADER Basse-Normandie
Nathalie POISSON
Chambre d'Agriculture de la Manche
npoisson@manche.chambagri.fr
www.manche.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Implantation de la sucrerie AKS à Rouen : un château en Espagne ?
Où en est le projet d’implantation d’une méga sucrerie par une société dubaïote, sélectionnée par Haropa Port sur appel à…
Tuberculose bovine dans l'Orne : le point sur la prophylaxie 2022-2023
La campagne de prophylaxie tuberculose bovine a repris le 1er novembre 2022 dans l’Orne. Elle se terminera le 31 mai 2023. Cette…
Trois représentants de l’État visitent les fermes du Calvados
Le sous-préfet de Lisieux et la FDSEA, jeudi 17 novembre 2022. La sous-préfète de Vire et la Chambre, vendredi 18 novembre 2022.…
[EN IMAGES] La juge est fan de Jeannette dans la Manche
L’édition 2022 a été un bon cru pour le concours interdépartemental en race Normande à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 7 novembre…
Ce qu'il faut retenir de la réforme de la PAC
La Chambre régionale d’agriculture de Normandie et la Caisse régionale du Crédit Agricole Normandie ont organisé, mardi 29…
EARL De Quéry dans le Calvados : bien cibler les candidats pour céder sa ferme
François Divay, éleveur à Balleroy-sur-Drôme (14), n’a pas attendu le dernier moment pour préparer la transmission de son…
Publicité