Aller au contenu principal

Covid-19 : L’abattoir de Saint-Hilaire a passé une journée au point mort

Lundi 2 novembre 2020, l’abattoir saint-hilairien était à l’arrêt pour cause de cas de Covid-19. Mardi, la situation était revenue à la normale.  

Mardi 3 novembre 2020, l’activité a repris à l’abattoir saint-hilairien.
© Archives

Rebelote. Presque une semaine après avoir été arrêté à cause de fuites de gaz, l’abattoir de Saint-Hilaire, à Grandparigny a de nouveau passé une journée au point mort. Lundi 2 novembre, un communiqué de presse de Mont-Saint-Michel Normandie annonce encore une mauvaise nouvelle pour ASH. « Suite à la détection d’un cas de Covid-19 au sein des équipes de l’abattoir intercommunal de Saint-Hilaire-du-Harcouët, l’établissement applique le principe de précaution, sur demande de l’Agence Régionale de Santé de Normandie. Ainsi, l’activité sera stoppée ce lundi 2 novembre 2020, afin de tester l’ensemble du personnel. La date de réouverture sera communiquée en fonction de ces résultats. »

Deux tests par personne

Contactée par téléphone, Hélène Frechon, directrice de l’abattoir, explique : « tous les salariés, soit 28 personnes, ont été testés en RT-PCR lundi matin. Et un laboratoire est venu tester tout le monde, lundi en fin de journée, par les tests antigéniques. Les résultats sont immédiats, nous sommes tous négatifs. L’abattoir a redémarré mardi matin ». Du côté de l’atelier de découpe Teba, les salariés ont été testés mardi matin, en tests antigéniques. Le dirigeant Manuel Pringault compte deux personnes positives à la Covid-19 dans ses rangs. « Une enquête est en cours pour déterminer des cas contacts éventuels, mais nous ne sommes pas à l’arrêt ». Il annonce cependant, en prévision des effets du reconfinement et de la propagation du virus, une baisse d’activité de l’atelier de découpe de 30 % à partir de la semaine prochaine. « J’ai peur qu’il y ait d’autres cas. Je préfère jouer la prudence sanitaire au détriment du compte d’exploitation. » Mardi matin, l’activité était revenue à la normale mais ces milieux, froids et humides, sont appréciés du virus. Au printemps, les foyers de contamination s’étaient multipliés, à travers le monde, dans les abattoirs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Marine et Jean-Sébastien Schils, agriculteurs du Calvados, sur M6 ce mercredi 4 janvier 2023
Marine et Jean-Sébastien Schils ont créé leur entreprise de pailles en seigle bio, La Paille d'O, afin de diversifier les sources…
Le CSP collectif : ce qu’en pensent les agriculteurs
La Chambre d’agriculture de Normandie organise quelques sessions de conseil stratégique phytosanitaire collectives. Près de 18 …
[EN IMAGES] Les étourneaux font leur nid dans le Bessin
Après le sud Manche, c’est au tour du Bessin, dans le Calvados, de subir les conséquences d’une présence excessive et durable de…
PARTICIPEZ AU JEU SM CAEN - BASTIA
 Jeu concours "Match à domicile du SM Caen". 2 places à gagner pour aller supporter votre club normand au stade d'Ornano !
Ter'élevage : l’ouest décapitalise plus qu’ailleurs
Succès pour les rencontres bovines Ter’élevage qui se sont déroulées le 7 décembre 2022 à Noyers-Bocage (14). 280 animaux…
A la ferme de Cesseville, on ne reste pas de glace devant les desserts
Des crèmes, des flans, des glaces... Depuis le 2 décembre 2022, Vanessa, Romain, Victor et Sacha contribuent, chacun à leur façon…
Publicité