Aller au contenu principal

Covid-19 : L’abattoir de Saint-Hilaire a passé une journée au point mort

Lundi 2 novembre 2020, l’abattoir saint-hilairien était à l’arrêt pour cause de cas de Covid-19. Mardi, la situation était revenue à la normale.  

Mardi 3 novembre 2020, l’activité a repris à l’abattoir saint-hilairien.
© Archives

Rebelote. Presque une semaine après avoir été arrêté à cause de fuites de gaz, l’abattoir de Saint-Hilaire, à Grandparigny a de nouveau passé une journée au point mort. Lundi 2 novembre, un communiqué de presse de Mont-Saint-Michel Normandie annonce encore une mauvaise nouvelle pour ASH. « Suite à la détection d’un cas de Covid-19 au sein des équipes de l’abattoir intercommunal de Saint-Hilaire-du-Harcouët, l’établissement applique le principe de précaution, sur demande de l’Agence Régionale de Santé de Normandie. Ainsi, l’activité sera stoppée ce lundi 2 novembre 2020, afin de tester l’ensemble du personnel. La date de réouverture sera communiquée en fonction de ces résultats. »

Deux tests par personne

Contactée par téléphone, Hélène Frechon, directrice de l’abattoir, explique : « tous les salariés, soit 28 personnes, ont été testés en RT-PCR lundi matin. Et un laboratoire est venu tester tout le monde, lundi en fin de journée, par les tests antigéniques. Les résultats sont immédiats, nous sommes tous négatifs. L’abattoir a redémarré mardi matin ». Du côté de l’atelier de découpe Teba, les salariés ont été testés mardi matin, en tests antigéniques. Le dirigeant Manuel Pringault compte deux personnes positives à la Covid-19 dans ses rangs. « Une enquête est en cours pour déterminer des cas contacts éventuels, mais nous ne sommes pas à l’arrêt ». Il annonce cependant, en prévision des effets du reconfinement et de la propagation du virus, une baisse d’activité de l’atelier de découpe de 30 % à partir de la semaine prochaine. « J’ai peur qu’il y ait d’autres cas. Je préfère jouer la prudence sanitaire au détriment du compte d’exploitation. » Mardi matin, l’activité était revenue à la normale mais ces milieux, froids et humides, sont appréciés du virus. Au printemps, les foyers de contamination s’étaient multipliés, à travers le monde, dans les abattoirs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Agrial innove face aux défis climatiques
A Vieux, le Gaec des Papineaux a reçu, vendredi 10 et samedi 11 juin 2022, sur son exploitation plus de 4 000 visiteurs dans le…
Entre Danone et l’OP des 3 Vallées, le prix du lait encore en débat
L’OP des 3 Vallées (Danone Molay-Littry) était réunie en AG mercredi 8 juin 2022, à Torteval-Quesnay (14). Les éleveurs ont fait…
Les premières coupes de silphie sous l’oeil de la coop de Creully
Près de 100 personnes, adhérents et techniciens de la Coopérative de Creully, ont assisté à la démonstration de coupe de silphie…
Luzerne
Éleveurs et cultivateurs créent une mini-filière de luzerne
La Cuma Séchoir collectif plaine Pays d’Auge est née il y a deux ans et demi. Elle regroupe des cultivateurs et des éleveurs qui…
Rendez-vous Tech bio
Rendez-vous tech&bio : au Gaec 2000, des hôtes heureux
Gilles et Florence Haelewyn sont installés à Commes depuis 1994. La conversion en bio des terres et du cheptel date, elle, de…
Chasseurs et FDSEA se lient contre les corvidés
La FDSEA et la Fédération des chasseurs se sont rencontrées, mardi 7 juin 2022. Elles ont échangé sur les options pour prévenir…
Publicité