Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Cuisiner au milieu des œuvres

Dans le cadre de la 3e édition du Festival Normandie impressionniste, les grands chefs normands ont été sollicités pour associer leur talent aux lieux culturels. Inspirés par un tableau, ils l’ont reproduit dans l’assiette à partir de produits normands.

© SB

Le Festival Normandie impressionniste se termine ce week-end avec une note gustative. En effet, les tableaux des peintres impressionnistes ont inspiré des grands chefs normands qui ont accepté de relever le défi : celui de reproduire un tableau de leur choix dans l’assiette à partir de produits normands. Ils sont une trentaine à être sortis de leur cuisine pour se mettre derrière les fourneaux devant l’oeuvre retenue. C’est le cas de Philippe Lecordier, installé à St-Lô, au Péché mignon à deux reprises au musée des beaux-arts de la ville préfectorale. « J’ai fait le tour de l’exposition. Et c’est en arrivant devant l’œuvre de Paul-César Helleu, Brume au soleil levant sur la Seine à Rouen que j’ai eu le déclic » explique le restaurateur. Tout de suite, il a trouvé les produits qu’il pourrait travailler devant un public. Il a donc concocté un effiloché de raie aux raisins de Wakayama, huitres d’Isigny et bigorneaux, écume aux herbes vertes.

Le tableau dans l’assiette
« Mon idée tait de reproduire le tableau au sein d’une assiette » indique Philippe Lecordier. Une assiette sortie de son établissement. « Les couleurs retranscrites par l’artiste m’ont immédiatement évoqué l’huître et le bigorneau, le choix de cette toile m’est apparu comme une évidence » poursuit-il
. Alors, concrètement, il a représenté le bateau dans la brume avec l’effiloché de raie, la brume et la mer avec la sauce d’huître, les bigorneaux, les raisins.
« J’adore relever des défis » avoue le professionnel. Régulièrement, la carte change dans son restaurant, la présentation et les produits. « Aujourd’hui, on travaille davantage les légumes » assure-t-il.
Une trentaine de chefs
Cette expérience a été reproduite par une trentaine de chefs dans les musées des beaux-arts de Caen, Rouen, Saint-Lô, Bernay, Cherbourg et Condé-en-Normandie.
Les objectifs de cette action sont à la fois afficher la richesse culturelle de la Normandie mais aussi de promouvoir la diversité et la qualité des produits normands de la terre et de la mer, valoriser la gastronomie normande audacieuse et créative, et promouvoir le savoir-faire des producteurs et des restaurateurs.
Cette initiative a pu avoir lieu grâce au concours de Irqua Normandie, Flyin’Chef, la CCI Seine Mer Normandie, la filière cidricole, les musées, les chefs normands et le soutien de la région Normandie, la Draaf et le Festival Normandie impressionniste.

Multipartenariat
A la fois les scolaires ont pu prendre part à cette démonstration et dégustations tout comme les amateurs d’arts, les touristes, les gourmets et gourmands. L’occasion de sensibiliser un large public à l’art culinaire et l’art pictural.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité