Aller au contenu principal

Adasea
Cultiver l’installation

Territoire et installation : deux enjeux pour l’Adasea du Calvados. Ces thèmes étaient au centre des débats lors de l’assemblée générale de l’association. Les élus locaux se révèlent aussi des vecteurs des politiques d’installation.

Jean-Luc Paris : “Certains élus locaux nous demandent parfois soit des installations en bio, soit des installations 
à 1 000 000 litres de lait. J’ai parfois l’impression d’être sur une autre planète”.
Jean-Luc Paris : “Certains élus locaux nous demandent parfois soit des installations en bio, soit des installations
à 1 000 000 litres de lait. J’ai parfois l’impression d’être sur une autre planète”.
© V.M.

Avec les difficultés économiques, faut-il encore installer des jeunes ? Cette question, Jean-Luc Paris se l’est posée. Mais le président de l’Adasea y croit. Sa preuve : la motivation des candidats. “Ils sont toujours demandeurs. La crise n’arrêtera pas les jeunes motivés. Nous comptons toujours plus de candidats que de fermes à reprendre. Souvenons nous également : nous avons connu des difficultés laitières 12 ans plus tôt. Il faut y croire. La démographie montre qu’on aura besoin de nous”, a expliqué Jean-Luc Paris en préambule de l’exposé de Jérôme Daniel. Thème retenu : “l’installation au cœur de notre territoire”.

Politique agricole : de Bruxelles au canton
Le Calvados compte actuellement 25 % d’installation hors-cadre familial, contre 30 % pour la moyenne nationale. Sur les 10 dernières années, l’ouest du département se montre également plus favorable à l’installation. L’Adasea tente d’expliquer certains dynamismes territoriaux. La structure intervient sur ce sujet dans le cadre du Projet Agricole Départemental. “Nous avons rencontré les élus sur le terrain. Nous constatons un manque d’appropriation de la question agricole. Tout ne se joue pas à Bruxelles. A commencer par la circulation des tracteurs dans les bourgs !”, insiste Jérôme Daniel, directeur de l’Adasea. Le monde agricole est perçu comme un secteur bien organisé, donc capable de gérer ses problèmes en interne. Mais petit oubli des élus : les agriculteurs sont devenus minoritaires. S’y ajoutent des politiques territoriales complexes, maîtrisées par quelques initiés.
L’Adasea a travaillé avec plusieurs communautés de communes. Objectif : apporter une expertise aux acteurs locaux. Certaines CDC bénéficient d’un repérage précoce des cédants. Parmi elles, celle d’Isigny-sur-Mer. Sur cette zone, 70 agriculteurs de plus de 70 ans ont été recensés. 60 sont désormais accompagnés par l’Adasea. “Nous avons observé des exploitations viables, avec un  total de 3 600 000 litres de lait à reprendre. Le potentiel d’installation est là. Le canton bénéficie encore d’une forte densité agricole. Nous avons donc sensibilisé les élus de la CDC. Cependant, l’appropriation du message reste à déterminer”, résume Jérôme Daniel.

Rencontre des élus des communautés de communes
Autre exemple avec la communauté de communes de Falaise : 180 agriculteurs âgés de plus de 55 ans y sont dénombrés. “Les cédants rencontrés s’interrogent. Avec la restructuration laitière et céréalière, peu de jeunes se sont installés. Mais, nous sentons l’émergence d’une dynamique portée par les élus”. Des propos modérés par Jean-Philippe Mesnil, président du Cdfa, agriculteur et élu de la CDC de Falaise : “on observe aujourd’hui un dynamisme. Au début, je me sentais bien seul autour de la table”.
D’un canton à l’autre, l’implication des collectivités locales varie. “Nous devons y consacrer du temps”, résume Jean-Luc Paris. “On entend toutes sortes de discours. Soit on installe en bio, soit on installe avec 1 000 000 de litres. J’ai parfois l’impression d’être sur une autre planète !” Mais autre planète ou pas, la population a besoin d’agriculteurs.

Répertoire Départ Installation

- En 2008, le RDI a contribué à la transmission de 21 exploitations. Ce chiffre augmente depuis 5 ans. Le RDi représente désormais une installation sur cinq.
- L’activité du répertoire reste soutenue avec 182 candidats à l’installation et 35 exploitations inscrites.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Sébastien Macé, agriculteur dans la vallée de la Sienne
Parole d’installé, 25 ans après : " Le moral n’y est plus "
Installé en 1995, Sébastien Macé, agriculteur à Heugueville-sur-Sienne (50) avait fait l’objet d’une rubrique Parole d’installé…
Gaec de la Fosse Louvière 61
Il suffirait de quelques dizaines de centimes par kg de carcasse
La filière viande bovine est en plein marasme. Témoignage sous la stabulation de Fabienne et Bertrand, à St-Gervais-du-Perron…
Stabulation - Brûler le béton
VIDEO. Ils brûlent le béton pour éviter les glissades
A Hermival-les-Vaux (14), Florian Fernagut fait appel pour la troisième fois à l’entreprise morbihannaise Tounet pour le décapage…
Denise et Georges Angot - Sées (61)
Chez les Angot : « Noël, c’est mon rayon de soleil »
Denise et Georges Angot habitent à Sées (61). À 79 et 84 ans, ils vont fêter Noël avec leurs deux filles et leurs maris. Si les…
De la gendarmerie à la bergerie
De la gendarmerie à la bergerie
Depuis deux ans, Christophe Salmon travaille à la bergerie de la ferme de Grégoire de Mathan, à Longvillers dans le Calvados.…
Boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14)
La boucherie Mesnil en plein rush
La découpe bat son plein à la boucherie Mesnil de Villers-Bocage (14), où la période des fêtes a été synonyme de nombreuses…
Publicité