Aller au contenu principal

Coopération
Cuniculiculture : une diversification durable

Suite aux quotas laitiers en 1983, beaucoup de niches de diversification sont tombées sur le chien. A contrario, la production de lapins de chair s’est inscrite durablement dans le paysage agricole.

Philippe et Isabelle Lecerf (producteurs à Billy/14) entourant le président de Normandie Lapin. Dans cet élevage, on consomme 220 t d’aliment/an. Un poste qui représente 70 % du prix de revient.
Philippe et Isabelle Lecerf (producteurs à Billy/14) entourant le président de Normandie Lapin. Dans cet élevage, on consomme 220 t d’aliment/an. Un poste qui représente 70 % du prix de revient.
© TG

 

Jean-Pierre Cavelier présidera, le 15 mai prochain à Bagnoles-de-l’Orne, sa dernière assemblée générale de Normandie Lapin. Une coopérative qui puise ses origines dans les années 1980. La mise en place des quotas laitiers avait alors ouvert les portes d’un vaste et ambitieux chantier de diversification (foie gras, escargot, lombric...). Presque trente ans plus tard, la cuniculiculture est une des rares rescapées. 70 éleveurs, tous très techniques, persistent et signent.

Un prix de l’aliment insuffisamment en baisse

La conjoncture est pourtant délicate. L’effet ciseau (prix de l’aliment en hausse et prix du lapin en baisse) enregistré en 2007/2008 devient certes un peu moins coupant mais le compte n’y est toujours pas. “Le prix de l’aliment qui avait augmenté de 70 e/t n’a reculé que de 40 e/t. Un poste qui représente 70 % de nos coûts de production”, analyse Jean-Pierre Cavelier. Philippe et Isabelle Lecerf, 474 cages mères à Billy (14), confirment. “Nous consommons 26 tonnes d’aliment toutes les 6 semaines soit 220 t/an. Cette baisse de 40 e équivaut donc à une économie de charges de 8 800 e”. Du mieux, mais encore insuffisant pour prendre la décision d’investir dans un bâtiment neuf. Les installations datent pourtant de 1985 et n’offrent ni les meilleures conditions de travail ni l’optimisation des performances techniques.

Du côté de Normandie Lapin, on ne sombre cependant pas dans le misérabilisme. “Le prix du lapin s’est maintenu chez nous. Ailleurs, il a baissé”, fait remarquer Jean-Pierre Cavelier. Le fruit d’une contractualisation donnant/donnant entre la coopérative et son débouché unique, la SNV (Société Normande de Volailles, Groupe LDC). “Nous avons négocié des volumes par rapport à un prix”. Et Normandie Lapin a mis la main à la poche. Elle a financé sur ses fonds propres une dizaine de cessations d’élevages.

 

Devenir cuniculiculteur ?

Des cessations qui ont permis à d’autres élevages de monter en puissance. Mais peut-on sans gageure envisager de devenir cuniculiculteur demain ? “Le discours est compliqué, reconnaît Jean-Pierre Cavelier. Aucun de nos éleveurs n’est en situation financière dramatique mais ce n’est sans doute pas le bon moment pour s’installer”. Il est vrai que l’investissement de départ est de 250 à 300 000 e pour un UTH.

La sérénité retrouvée passe donc nécessairement par la (re) conquête du consommateur. L’épisode de la crise aviaire a un temps masqué la réalité du marché. Depuis, la viande de lapin a retrouvé sa portion congrue dans les linéaires des grandes surfaces : 20 m pour la volaille, 50 cm pour le lapin avec seulement 5 ou 6 références et peu de nouveautés en termes de produits élaborés. Pas toujours facile pour le “Père Guillaume” ou le lapin estampillé “Gourmandie” d’y faire sa niche. Heureusement, la communication collective arrive en appoint.  Mais une autre communication menace la filière. De puissants lobbies, plus intégristes qu’environnementalistes, mènent des campagnes d’une rare violence contre la production de lapin de chair. Pourtant, du côté des éleveurs comme Philippe et Isabelle Lecerf, on attend de pied ferme les normes bien être animal. Un dossier qui frise la cinquantième lecture au Parlement de Strasbourg.

L’autre écueil, c’est le lapin en peluche ou le lapin nain. Pas facile dans ces conditions de séduire un consommateur jeune.


 

 

La production française

• Selon les différents indicateurs, la production française de lapins serait en hausse modérée en 2007 autour de 80 000 t de viande. En 2008, avec la mise en place de l’accord interprofessionnel de maîtrise de production par la filière, la production française serait en forte baisse autour de 5 %.  La FENALAP suit l’évolution du potentiel de production résultant des cessations, agrandissements et créations  d’élevage enregistrés par les organisations de producteurs à partir des données transmises chaque trimestre par 16 groupements, représentant 630 000 femelles soit 95 % de la production organisée nationale. A la fin de l’année 2007, ce bilan s’établissait à + 8 772 femelles, soit l’équivalent de 600 t de lapins abattus en plus au niveau des groupements enquêtés. Par contre, compte tenu de la situation critique d’un bon nombre d’éleveurs, le bilan est largement négatif sur l’ensemble de l’année 2008 à – 40 098 femelles, soit l’équivalent de 2 600 t de lapins abattus en moins.

Le CLIPP, grâce à la participation des centres d’insémination artificielle, suit le nombre de femelles inséminées hebdomadairement. En 2008 selon cet indicateur, le nombre de femelles inséminées a reculé de 7,3 % par rapport à 2007, résultat conforme à l’effet attendu de l’accord interprofessionnel de maîtrise de production mis en place par la filière. Sur les treize premières semaines de 2009, les IA enregistrent une nouvelle baisse de 3,9 % par rapport à la même période 2008. Selon COOP de France NA et le SNIA après la petite hausse constatée en 2007, les fabrications d’aliments pour lapins en 2008, dans le contexte de crise de la filière cunicole, enregistrent un repli de 7,5 % par rapport à 2007. En 2008, les enquêtes du SCEES montrent que les abattages contrôlés de lapins, corrigés des variations journalières d’abattage, sont en repli par rapport à 2007, aussi bien en tonnage qu’en nombre de têtes avec 51 375 t (- 5 %) soit 2 679 t en moins et 37,2 millions de lapins contre 39,3 millions en 2007. De janvier à février 2009, les abattages contrôlés CVJA se replient de 4,8 % par rapport à la même période 2008.                                                             Source ITAVI

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

TUBERCULOSE BOVINE
Tuberculose bovine : quatre cas confirmés dans le Calvados
Le Groupement de défense sanitaire confirme, ce mardi 23 février 2021, la détection de quatre cas de tuberculose bovine. Plus de…
TUBERCULOSE BOVINE LESSAY
Canton de Lessay : 200 animaux à abattre
Après quatre cas dans le Calvados, un cas de tuberculose bovine a été détecté fin février dans le canton de Lessay au sein d’un…
Graindorge, bâtiments de la future fromagerie
Graindorge mise sur le camembert AOP fermier et bio
La fromagerie Le Clos de Beaumoncel est en cours de finalisation à Camembert (61). Fruit d’un partenariat entre E. Graindorge et…
ETA GIFFARD - EPANDAGE
Terra Variant 585 cherche hectares où s’épandre
À l’automne, Denis Giffard, entrepreneur de travaux agricoles à Tournebu (14), a troqué l’une de ses arracheuses intégrales à…
ORNE - CERTIFICATION HVE
HVE : le label met un pied dans l’Orne
La Chambre d’agriculture de Normandie a invité les agriculteurs à s’informer sur le label HVE au cours de trois réunions dans l’…
Le GDS 14 élit son nouveau président
Lors de son assemblée générale, le Groupement départemental sanitaire du Calvados a renouvelé son bureau. Alain Legentil,…
Publicité