Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

OS race Normande
Dans la tourmente

Une soixantaine de délégués des différents pôles ont donc participé à ce qui aurait dû être l’assemblée générale constitutive de l’OS en 2008. Bref rappel, dans cette même salle d’Avranches, le quorum n’avait pas été atteint obligeant les dirigeants à renouveler l’opération quinze jours plus tard à Laval. A cette époque, si des bruits de couloirs circulaient, aucune opposition n’avait été enregistrée. Mardi dernier, il en a été tout autre avec une levée de boucliers, juste après les 10 résolutions dont une refusée par la salle, celle concernant le vote par correspondance. Gérard Renvoizé (Sarthe), Michel Hamel et Benoît Flambard montant au créneau, « ce type de vote permettrait de faire une assemblée générale à trois personnes alors que justement une ag est un moment fort dans la vie de l’association ». Conciliant, après un rapide tour de salle, Jacques Legendre, président de l’OS, a retiré la sixième résolution.

Jacques Legendre, imperturbable ou presque face aux critiques de la salle.
Jacques Legendre, imperturbable ou presque face aux critiques de la salle.
© EC

Thierry Hulmer (France Contrôle Laitier), lui, a mis les pieds dans le plat, « l’évolution génomique n’appartient pas qu’à une structure ; les US ne sont pas les seuls à avoir investi. Les interprofessions laitières et bovines ainsi que l’            État ont abondé l’enveloppe. Quant au travail de l’OS, il faut aujourd’hui clarifier les choses. C’est clair, avec la nouvelle structure, il y a une incompréhension de la base sur le terrain ». Passant au regroupement sur Domfront, « je l’ai validé voici un an, aujourd’hui je ne serais pas sûr de faire de même ». Pascal Orvain (Normande 50) est intervenu dans le même sens, « qu’il y ait des dégâts avec cette restructuration, d’accord mais pas à ce point. Ce que nous voulons c’est une lisibilité qui n’existe pas pour le moment ». Nouvelle prise de parole de Gérard Renvoizé, « les éleveurs doivent reprendre le pouvoir. Je donne jusqu’au National de Saint-Lô en juin pour une nouvelle feuille de route, sinon je démissionne ».  

La suite dans votre édition de jeudi prochain

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Agriculteur Normand.

Les plus lus

Une bouteille de cidre par semaine éloigne la crise et sauve le verger
Il suffirait que chaque foyer normand achète une bouteille de cidre par semaine pour sauver la filière cidricole malmenée par la…
« C’est inadmissible que l’on n’arrive pas à être reçu par les ministres de l’Agriculture et des Finances »
Au moment où la filière vitivinicole cherche à négocier des aides avec le gouvernement pour sa survie, la filière cidricole…
Accepter un peu d’inflation alimentaire
« Nous sommes des besogneux. On nous demande de la montée en gamme et du local avec de plus en plus de contraintes et nous…
Agneau du Gaec Le vent des marais
Un nouvel abattoir en vue ?
Fin 2018, l’abattoir de Beuvillers fermait définitivement ses portes. Un abattoir de plus qui, en stoppant son activité, a eu…
Ludovic Blin Président de la section laitière régionale de la FRSEA Normandie “ Et maintenant ? ”
A l’heure où le déconfinement s’organise progressivement sur le territoire français, le secteur laitier dresse un premier bilan…
En attendant les JO, Éric Delaunay tire les corvidés
Dans le département, la pression corvidés se fait sentir. Pour y remédier, le tir est autorisé, même en période de confinement. À…
Publicité